L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le CR Témouchent accède, Zaouia et le SCAD en stand-by    Migné compte sur son collectif pour contrer l'Algérie et le Sénégal    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PORTABLES
La nanotechnologie d�barque chez Nokia
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2008

Nokia et l�universit� de Cambridge lancent Morph�e, une application pour mobile bas�e sur la nanotechnologie. Ce concept est d�velopp� par le Centre de recherche Nokia (NRC) et l�universit� de Cambridge (Royaume-Uni).
Ce proc�d� a �t� lanc� en marge de l�exposition �Design and the Elastic Mind� qui a eu lieu au Mus�e des arts modernes de New York. En somme, Morph�e est un concept qui illustre la nouvelle g�n�ration d�appareils mobiles flexibles et extensibles, en permettant aux utilisateurs de donner aux appareils mobiles des formes compl�tement diff�rentes. Ce concept met en exergue les derni�res fonctionnalit�s de la nanotechnologie : mat�riaux flexibles, composants �lectroniques transparents et des surfaces autonettoyantes. Tapani Ryhenen, directeur du laboratoire NRC Cambridge, a expliqu� que l�association de l�art et des sciences pr�sente le judicieux potentiel de la nanoscience aupr�s du public. Les techniques d�velopp�es pourraient se traduire par de nouvelles possibilit�s en termes de conception et de fonctionnement des appareils mobiles. Les recherches men�s rev�tent un caract�re fondamental puisqu�elles visent � d�finir de nouvelles mani�res de d�veloppent et d�exploitation de nouveaux mat�riaux. Par ailleurs, le professeur Mark Welland, directeur du centre de recherche en nanotechnologie au d�partement de l�Ingineering Nanoscience Group de l�universit�, a not� que le d�veloppement du concept Morph�e d�montre combien cette technologie peut �tre source d�inspiration d�un point de vue artistique. Elle est aussi essentielle dans le cadre de la d�finition du programme de recherches communes en stimulant le travail � faire dans le futur. Le partenariat entre le constructeur finnois et l'universit� de Cambridge s�inscrit dans le cadre d'un programme de recherches � long terme. Le NRC a d�velopp� une unit� de recherche aupr�s du site de l'universit� de West Cambridge. Cette unit� collaborera avec plusieurs d�partements, comme le centre des nanosciences et la division �lectrique du d�partement d'ing�nierie, sur des projets qui, au d�part, sont ax�s sur la nanotechnologie. Des �l�ments de Morph�e pourraient �tre int�gr�s dans des appareils portables dans les prochaines ann�es m�me si, initialement, cela ne devrait concerner que les mod�les haut de gamme. La nanotechnologie pourrait un jour conduire � l��laboration de solutions peu on�reuses et offrir ainsi la possibilit� d�int�grer des fonctionnalit�s complexes � des tarifs accessibles. Le centre de recherche NRC projette d�aller au-del� des activit�s actuelles. En collaborant �troitement avec toutes les divisions, les recherches visent � explorer de nouvelles fronti�res eu �gard aux services num�riques, aux connexions entre les dimensions physiques et num�riques, ainsi qu�aux interactions humaines, technologies et les contenus et les donn�es, en passant par l�architecture des appareils, ainsi que l�acc�s et la connectivit�.
L. S. M.
C'est quoi la nanotechnologie ?
La tendance nano, c�est la recherche de l�infiniment petit et l��tude des propri�t�s de la mati�re � cette �chelle de l�extr�me. Le cran est le cran qui vient apr�s le milli�me. Il est �galement connu sous l�appellation micron, qui est le milli�me de millim�tre. Le nanom�tre, c�est encore un cran de mille fois plus dans l�infiniment petit, c�est-�-dire le milli�me de micron. C�est la taille d�une mol�cule ou d�un agr�gat d�atomes. Un globule rouge mesure environ 70 nanom�tres. Pour mieux comprendre ce que sont les nanotechnologies, il faut commencer par d�finir ce que sont les acteurs de ces technologies : les nano-objets, nanomat�riaux ou nanoparticules. Un nano-objet est un objet de taille nanom�trique, que ce soit un atome m�tallique, un agr�gat d�atomes identiques ou d�esp�ces diff�rentes. Un m�lange savant de quelques atomes de carbone et de quelques nanogrammes m�dicament, substrat nanom�trique. �a peut �tre n�importe quelle combinaison de compos�s agr�gu�s ensemble pour combiner les propri�t�s physiques ou chimiques. Il n�existe pas vraiment de d�finition des nanotechnologies, elles peuvent �tre de natures tr�s diff�rentes, suivant les compositions choisies, couvrir de vastes applications largement inconnues. La d�finition la plus commun�ment admise est que les nanotechnologies sont le d�veloppement et l�exploitation pratique de structures et de dispositifs � l��chelle nanom�trique. Des mat�riaux ou des objets de cette taille ont des propri�t�s ou un comportement physico-chimique qui peut �tre tout � fait diff�rent de celui du m�me mat�riau, m�tal ou objet � une taille plus classique. L�or, par exemple, est un m�tal particuli�rement inerte � l�oxydation, aux acides, � l��tat naturel. A l��tat nanom�trique, par contre, il est capable de devenir le catalyseur de certaines r�actions, c�est-�-dire chimiquement hyper-r�actif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.