«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TLEMCEN
La Tafna, la rivi�re du trait�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 07 - 2008

Elle arrive du sud de Tlemcen, elle prend sa source pr�s du mont Merchiche (Sebdou) � 1600 m d�altitude. Elle enserre la ville avec ses nombreux affluents, traverse la plaine des Ga�dis (Remchi) et se jette vers la mer face � l��le de Rachgoun, l�ancien royaume de Siga.
La Tafna aurait pu �tre une rivi�re comme tant d�autres, mais la rivi�re, m�me d�sert�e par ses eaux ces derni�res ann�es, continue, avec les murmures des flots de l�histoire, � faire parler d�elle et souvent avec nostalgie. D�j� au XI si�cle, El-Bekri affirmait que la Tafna �tait navigable, elle recevait de petits navires qui la remontent jusqu�� la ville de l�ancienne Siga, capitale du roi berb�re Syphax. Selon le g�ographe El-Bekri, la ville de Siga �tait situ�e � 4 km de l�embouchure de la Tafna. Selon un ouvrage m�moire d�di� � Tlemcen, Louis Abadie, dans Tlemcen au pass� retrouv�, mentionne le r�le capital de cette rivi�re depuis les Ph�niciens jusqu�aux Arabes en passant par les Romains. Mais l�histoire de la Tafna fut plut�t marqu�e par le trait� du 30 mai 1837 qui accordait � l�Emir Abdelkader le sud-ouest du pays y compris Tlemcen et le Mechouar. Selon toujours l�auteur de Tlemcen au pass� retrouv�, l�Emir Abdelkader recevait des armes des Anglais par cette voie maritime. C�est pour cette raison que Clauzel fit occuper l��le de Rachgoun et verrouiller le port. Le ravitaillement des troupes fran�aises � Tlemcen arrivait d�Oran par mer. Un autre g�ographe, Mac Carthy, rappelle qu�en 1850 des p�cheurs espagnols remontaient la Tafna lorsque la mer �tait houleuse pour remplir leurs barques de poisson de rivi�re. La Tafna reste � la fois une rivi�re myst�rieuse et l�gendaire, elle traverse des gouffres et des grottes qui ont attir� explorateurs et sp�l�ologues, mais le myst�re de la Tafna reste entier. Un ing�nieur �lectricien de Tlemcen, Marcel Henry, fut le premier � tenter en 1931 une exploration � Merchiche. il y a aussi Ghar Lakha (a grotte noire), une v�ritable merveille. En 1935, une �quipe dirig�e par Louis Dolfus et des membres du cercle Jeanne d�Arc s�int�ressa � la grotte noire, l�un des participants � cette exp�dition,R. Douffiaques, livre ses impressions dans un article publi� par Le Petit Tlemc�nien. Devant certains stalactites, on aurait envie de se mettre � genoux, on croirait �tre en pr�sence d�un chefd��uvre divin, on reste �bloui devant des splendeurs contempl�es par nul autre �il humain. Le plus frappant, c�est le coloris de la roche d�un rose comparable � celui pr�c�dant le lever du soleil. Le pays de la Tafna ne laissait personne indiff�rent, m�me les objets inanim�s avaient une �me. Dans le bulletin des Amis du Vieux Tlemcen de 1954, Paul Matin dit : �Ma m�re Tafna (ouma Tafna) r�ussit cent mauvaises plaisanteries, elle vous tord les chevilles sous les �boulis, elle vous arrose du plafond, elle vous fait glisser brutalement la t�te en avant, elle cr�ve votre bateau sur ses r�cifs pointus. � Il termine son article par cette observation �mouvante : �La vieille m�re Tafna n�a rien invent� ; � Merchiche comme ailleurs en Alg�rie, il y a de l�eau, mais elle se cache � l'ombre avec raison. Quand on la cherche longtemps, on la trouve. � L�histoire de la Tafna est aussi un vrai chef-d��uvre de passions, de souvenirs et de nostalgies. Louis Abadie, dans sa pr�face de Tlemcen au pass� retrouv�, n�a apparemment rien oubli�, il signe son �uvre avec une d�dicace un peu triste : �A mes parents rest�s l�-bas, � mes compatriotes retrouv�s ici.� Tlemcen quand elle murmure son histoire, on a l�impression que la Tafna traverse aussi la M�diterran�e.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.