Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TLEMCEN
La Tafna, la rivi�re du trait�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 07 - 2008

Elle arrive du sud de Tlemcen, elle prend sa source pr�s du mont Merchiche (Sebdou) � 1600 m d�altitude. Elle enserre la ville avec ses nombreux affluents, traverse la plaine des Ga�dis (Remchi) et se jette vers la mer face � l��le de Rachgoun, l�ancien royaume de Siga.
La Tafna aurait pu �tre une rivi�re comme tant d�autres, mais la rivi�re, m�me d�sert�e par ses eaux ces derni�res ann�es, continue, avec les murmures des flots de l�histoire, � faire parler d�elle et souvent avec nostalgie. D�j� au XI si�cle, El-Bekri affirmait que la Tafna �tait navigable, elle recevait de petits navires qui la remontent jusqu�� la ville de l�ancienne Siga, capitale du roi berb�re Syphax. Selon le g�ographe El-Bekri, la ville de Siga �tait situ�e � 4 km de l�embouchure de la Tafna. Selon un ouvrage m�moire d�di� � Tlemcen, Louis Abadie, dans Tlemcen au pass� retrouv�, mentionne le r�le capital de cette rivi�re depuis les Ph�niciens jusqu�aux Arabes en passant par les Romains. Mais l�histoire de la Tafna fut plut�t marqu�e par le trait� du 30 mai 1837 qui accordait � l�Emir Abdelkader le sud-ouest du pays y compris Tlemcen et le Mechouar. Selon toujours l�auteur de Tlemcen au pass� retrouv�, l�Emir Abdelkader recevait des armes des Anglais par cette voie maritime. C�est pour cette raison que Clauzel fit occuper l��le de Rachgoun et verrouiller le port. Le ravitaillement des troupes fran�aises � Tlemcen arrivait d�Oran par mer. Un autre g�ographe, Mac Carthy, rappelle qu�en 1850 des p�cheurs espagnols remontaient la Tafna lorsque la mer �tait houleuse pour remplir leurs barques de poisson de rivi�re. La Tafna reste � la fois une rivi�re myst�rieuse et l�gendaire, elle traverse des gouffres et des grottes qui ont attir� explorateurs et sp�l�ologues, mais le myst�re de la Tafna reste entier. Un ing�nieur �lectricien de Tlemcen, Marcel Henry, fut le premier � tenter en 1931 une exploration � Merchiche. il y a aussi Ghar Lakha (a grotte noire), une v�ritable merveille. En 1935, une �quipe dirig�e par Louis Dolfus et des membres du cercle Jeanne d�Arc s�int�ressa � la grotte noire, l�un des participants � cette exp�dition,R. Douffiaques, livre ses impressions dans un article publi� par Le Petit Tlemc�nien. Devant certains stalactites, on aurait envie de se mettre � genoux, on croirait �tre en pr�sence d�un chefd��uvre divin, on reste �bloui devant des splendeurs contempl�es par nul autre �il humain. Le plus frappant, c�est le coloris de la roche d�un rose comparable � celui pr�c�dant le lever du soleil. Le pays de la Tafna ne laissait personne indiff�rent, m�me les objets inanim�s avaient une �me. Dans le bulletin des Amis du Vieux Tlemcen de 1954, Paul Matin dit : �Ma m�re Tafna (ouma Tafna) r�ussit cent mauvaises plaisanteries, elle vous tord les chevilles sous les �boulis, elle vous arrose du plafond, elle vous fait glisser brutalement la t�te en avant, elle cr�ve votre bateau sur ses r�cifs pointus. � Il termine son article par cette observation �mouvante : �La vieille m�re Tafna n�a rien invent� ; � Merchiche comme ailleurs en Alg�rie, il y a de l�eau, mais elle se cache � l'ombre avec raison. Quand on la cherche longtemps, on la trouve. � L�histoire de la Tafna est aussi un vrai chef-d��uvre de passions, de souvenirs et de nostalgies. Louis Abadie, dans sa pr�face de Tlemcen au pass� retrouv�, n�a apparemment rien oubli�, il signe son �uvre avec une d�dicace un peu triste : �A mes parents rest�s l�-bas, � mes compatriotes retrouv�s ici.� Tlemcen quand elle murmure son histoire, on a l�impression que la Tafna traverse aussi la M�diterran�e.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.