L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Nouveau look et plus de puissance    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Makri brandit la charia    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Sétif-confinement partiel dans 18 communes: veiller à l'approvisionnement du marché    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    "Le projet ne répond pas aux exigences du hirak"    20 porteurs de projets innovants sélectionnés    Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    DENSIFICATION    Les 13 manifestants acquittés    Complexité insurmontable ?    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LETTRE DE PROVINCE
FFS : AN 45 OU L�EMPREINTE D�UN PATRIARCHE Par Boubakeur Hamidechi [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 09 - 2008

�La r�sistance du peuple alg�rien au coup de force constitutionnel a accul� le r�gime � d�couvrir son v�ritable visage. Les tenants du pouvoir ont recouru aux m�thodes coloniales de corruption (�) afin de b�illonner et de truquer la volont� populaire� (fin de citation). Que le lecteur distrait ne se fasse pas du souci quant � sa dissipation ramadanesque. Quoique �vocatrice des menaces qui p�sent actuellement sur le pays, la d�claration en question ne se trouve dans un aucun journal de la semaine et n�a pas pour auteur l�un, parmi les hommes politiques, qui de nos jours administrent notre avenir. Vieille de 45 ann�es, cette d�claration est l�acte de naissance du FFS. Deux phrases liminaires d�un r�quisitoire sans concession et qui, de nos jours, n�a pas pris une seule ride. Un certain 29 septembre 1963, A�t Ahmed d�cidait de le rendre public et d�entrer en r�sistance au nom de l�id�al d�mocratique. Lui, dont le militantisme, au sein du mouvement national, �tait incontestable aupr�s de ses pairs, renouera alors avec l�infamie des proc�s et de la prison. Arr�t� le 17 octobre 1964, il sera condamn� � mort par une certaine �cour criminelle r�volutionnaire� le 17 avril 1965 vite commu� en perp�tuit� le 12 avril.
Lui qui ne retrouva la libert� qu�en mai 1966 et l�exil qui est son lot, deviendra, au fil des avatars du r�gime, la cible de campagnes orchestr�es. Il conna�tra alors la bassesse des attaques ad hominem et les insupportables soup�ons de sectarisme. Epreuves inou�es pour le discr�diter mais qui, finalement, fourniront aux r�seaux clandestins de son parti et � lui-m�me les bons ressorts pour survivre et ne pas tomber dans l�oubli. Pionnier de l�opposition, telle que ce pays souhaite qu�elle se manifeste et agisse de nos jours, le FFS peut se pr�valoir d��tre le contemporain d�un Etat dans les limbes. La crise de l��t� 62 qui torpilla la transition, alors incarn�e par le GPRA en imposant le premier sc�nario du putschisme � l�alg�rienne, contraignit de nombreuses personnalit�s � se d�marquer de la d�rive autoritaire en marche. Face au travail de verrouillage de la premi�re Assembl�e d�lib�rante, les Boudiaf, Ferhat Abbas et A�t Ahmed n�eurent d�autre choix que d�entrer en dissidence ou battre en retraite. A�t Ahmed, lui, choisira � la fois la tribune pour d�noncer et la d�mission pour �tre cons�quent avec ses convictions. Et c�est � lui que l�on doit la plus vigoureuse des philippiques adress�e � cette constituante h�sitante et pr�te � la servilit�. En ce mois de d�cembre 1962, Ben Bella n��tait pas encore pr�sident de la R�publique au moment o�, par la menace et les promesses, il voulait se tailler une constituante � sa mesure et selon ses vagues credo id�ologiques. Man�uvres sordides qui firent dire ceci � A�t Ahmed : � (�) Parions sur la d�mocratie, comme valeur et m�thode � la fois, comme but doctrinal et moyen politique. Il ne faut pas entendre qu�il s�agit l� d�une simple question d�orgueil national, d�un messianisme d�exhibition, d�une sp�culation philosophique abstraite. Non ! C�est une option (�) de raison. En tant qu�exp�rience d�mocratique, notre r�volution r�pond � nos valeurs collectives et de dignit� individuelle, � notre pass� et � nos traditions de lutte (�)� Etayant par un exemple concret son refus de l�unanimisme st�rilisant, il fustigera dans le m�me discours le complot qui allait faire du Parti communiste la premi�re victime. �(�) Un parti fort et organis� qui jouit de la confiance du peuple n�a nul besoin de dissoudre un autre parti comme le PCA. Il me semble au contraire, conclura-t-il, qu�il serait bon que ce parti puisse se maintenir car il jouerait le r�le de stimulant (�). Je pense enfin que la pr��minence du parti FLN n�entra�ne pas n�cessairement l�unicit� (�).� Irrigu� par une telle somme de principes intangibles et que, ni le temps historique est parvenu � d�mentir, ni les p�rip�ties politiques du pays � rouiller, le FFS a finalement travers� la p�riode de glaciation dictatoriale sans grands dommages. Certains sp�cialistes �criront m�me qu�il s�est grandement bonifi� gr�ce au sens de la communication de son leader. A l�inverse du PRS de feu Boudiaf qui s�est auto-dissous apr�s la disparition de Boumediene, ce front a plut�t trouv� mati�re, � partir de sa clandestinit�, pour actualiser (avec une grande justesse dans l�argument) son proc�s de l�arbitraire politique qui r�gne dans le pays. D�crivant la succession ferm�e, A�t Ahmed ironisa sur les cons�quences en d�clarant que �la disparition de Boumediene a, dans les faits, plus profit� que nui au r�gime�. Pr�cisant au passage que �l�arm�e a tout naturellement d�sign� un des siens pour succ�der � un des siens�, avec simplement une petite nuance dans le �changement du centre de gravit� du pouvoir� profitable alors au clan de l�est au d�triment du clan d�Oujda, dont le postulant en 1979 �tait Bouteflika. Plus pr�s de nous, le 5 octobre 88 n�a pas sembl� prendre de court ses �valuations. Car � chaud, le FFS posa, d�s le 24 octobre, la bonne question � propos du train des r�formes annonc�es par Chadli. � �S�agit-il d�un bluff d�mocratique destin�, en ravalant la fa�ade, � donner au pouvoir un semblant de l�gitimit� � l�image de la kermesse colossale organis�e en 1976 autour de la Charte nationale ? Qui peut croire que des centaines de compatriotes ont �t� sacrifi�s d�lib�r�ment pour que le chef de l�Etat puisse proc�der � son profit � un simple r��quilibrage des appareils, � un changement de personnes ��(1) Le voil� donc ce magistral scepticisme positif dont ce patriarche politique ne s�est jamais d�parti jusqu'� devenir exemplaire et r�f�rentiel aupr�s des analystes les plus pointus, m�me lorsqu�ils ne se revendiquent pas de son radicalisme �obtus�, selon leur reproche. Parmi les �spin-doctors� qui n�ont pas h�site � mettre en perspective (prospective ?) le r�le de ce FFS, nous citerons le colonel Chafik Mesbah qui �crivait pr�cis�ment ceci, il y a dix ans de cela : �Si je peux me pr�valoir cependant de quelques capacit�s d�anticipation politique, ce serait pour faire part de la forte probabilit� que le courant dit �d�mocratique� finira fatalement par �tre domin� par le FFS, parti dont je salue la qualit� de l�ancrage social et la constance du programme, m�me si celui-ci m�inspire des r�serves.� (2). Mais en 2008, comment se porte et se comporte encore ce parti hors normes, exclusivement model� par un personnage �galement d�exception mais qui frappe aujourd�hui � la porte du grand �ge ? De l�avoir port� � bout de bras 45 ans durant et de l�avoir prot�g� en toutes circonstances des d�viations majeures, n�a-t-il pas fini par s�entourer de disciples sans originalit� personnelle ? Et c�est un peu de cela qu�il s�agit dans les sph�res de ce �front�. Comment survivre � la nostalgie du za�m sans avoir l�air de trahir son enseignement mais �galement sans l�imiter comme un perroquet ! Vaste probl�me que celui de vouloir prolonger un combat avec une culture politique r�nov�e et des valeurs �maison� anciennes.
B. H.
(1)- Toutes les citations cit�es dans cet article sont extraites de la documentation du FFS
(2)- La citation est extraite d�un droit de r�ponse de Mohamed Chafik Mesbah � la suite d�un article critique publi�e par l�hebdomadaire Libre Alg�rie : num�ro du 7au 20 d�cembre 1998.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.