Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Drame de Melilla: le Forum diplomatique de solidarité avec le peuple sahraoui condamne la répression sanglante de migrants africains    JM/Boxe : Houmri bat le Marocain Assaghir et passe en demi-finale    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    JM: le badminton et la lutte décrochent l'or, le karaté do termine avec l'argent    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Face aux séismes    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



BOUIRA
Des �lections sur fond de tension
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 04 - 2009

Comme il fallait s�y attendre, la wilaya de Bouira a v�cu les �lections de ce jeudi dans un climat pas du tout serein. Les architectes de la fraude, qui esp�raient mettre d�finitivement la wilaya dans le moule et f�ter la normalisation comme il se doit, ont �t� quelque peu contr�s dans leurs calculs par les jeunes de la r�gion berb�rophone ainsi que sa population.
Yazid Yahiaoui - Bouira (Le Soir) - Cependant, malgr� ces incidents, les responsables de l�administration ont r�ussi quand m�me � hisser le taux de participation � un niveau qui les mettrait � l�abri des repr�sailles de la part de leurs sup�rieurs. Ici, chronologie d�une �lection pas comme les autres.
Des urnes saccag�es dans plusieurs communes
D�s la matin�e, alors que les centres et bureaux de vote �taient ouverts normalement � travers toutes les communes arabophones de la wilaya, dans la partie berb�rophone, c�est dans une autre ambiance que les choses ont commenc�. D�s la veille, la population de Takerboust avait proc�d� � la destruction du centre de la ville, avec ses bureaux et ses isoloirs. Le m�me sc�nario a eu lieu � Rafour, au niveau du centre de vote le plus grand � l��chelle de la commune avec quelque 7 000 inscrits. Un coup dur pour l�administration qui ne savait plus quoi faire. Au fil des minutes, la tension montait au chef-lieu de M'chedallah o� le centre de vote Lamri- A�ssa n�a pas tard� � �tre saccag�. Puis ce fut au tour d�un autre centre de Boumedjvar, qui abrite luiaussi plus de 5 000 inscrits, � faire les frais de la col�re des jeunes. Les bo�tes sont saccag�es et lanc�es dans la cour avec les bulletins des six candidats. Quelques minutes plus tard, un autre centre du village Ath- Yekhlef, dans la m�me commune, connut le m�me sort. Au m�me moment, � Saharidj, une autre commune de la da�ra de M�chedallah, les jeunes attaqu�rent les centres de vote du chef-lieu ainsi que les autres centres des villages. A Chorfa, un centre de vote a �t� la cible des jeunes, alors que dans la commune d�Ahnif, les tentatives des jeunes de s�attaquer aux centres de vote ont �chou�. A El-Esnam, les jeunes ont tent� de saccager les urnes d�s les premi�res heures de la matin�e, en mettant dans un premier temps le feu aux pneus plac�s sur la RN5 ; proc�d� consistant � ameuter le plus de jeunes avant de s'attaquer aux centres de vote. Cependant, la tentative a �chou� apr�s que les CRS eurent intervenu en dispersant les �meutiers et en installant un dispositif de s�curit� autour du centre de vote du chef-lieu. A Ha�zer �galement, la tension �tait � son comble, et les jeunes ont mis le feu aux pneus plac�s en face du centre de vote du chef-lieu. Sans oser s�attaquer au centre bien gard� par des policiers, les jeunes scandaient des mots d�ordre hostiles au pouvoir. Ainsi, avant 10 heures, c��taient au total 10 centres de vote qui �taient saccag�s, soit 4 � M�chedallah, 4 � Saharidj et 1 � Aghbalou et 1 � Chorfa. Ceci en ce qui concernait la r�gion berb�rophone qui vivait une tension indescriptible surtout au niveau du village Raffour, dans la commune de M�chedallah, o� les jeunes avaient plant� le d�cor des �meutes des ann�es 2001 et 2002 en mettant de par et d�autre de la RN15 qui traverse le village en allant vers B�ja�a, des pneus br�l�s, d�gageant d��paisses fum�es dans le ciel. Aucun dispositif de s�curit� ne pouvait intervenir dans de telles conditions. Ainsi �tait le climat au niveau de la r�gion berb�rophone alors que de l�autre c�t� de la wilaya, dans les da�ras de Sour-El-Ghozlane et A�n-Bessem et � un degr� moindre Lakhdaria, les �lections se d�roulaient normalement avec, cependant, un seul handicap, le manque d�affluence.
La hantise du faible taux de participation
En effet, lorsque le wali fit son apparition vers 11 heures dans le centre de presse de la wilaya pour faire le point, le premier taux de participation devait �tre communiqu� mais celui-ci, qui �tait d�� peine 2 %, n�a pas �t� communiqu�. Le wali mit l�accent plut�t sur les conditions de d�roulement du scrutin, ainsi que la pr�sence de trois observateurs, deux de l�Union arabe et un troisi�me de l�Union africaine, et leur d�placement vers �des communes de leur choix�, comme Taghzout et Sour-El- Ghozlane ( !?). En outre, il fit part des incidents qui ont eu lieu dans la da�ra de M�chedallah en promettant, toutefois, de faire r�tablir l�ordre dans la journ�e pour permettre aux gens d�sireux de voter d�accomplir leur droit et en n�excluant pas des poursuites contre les perturbateurs. A 12 heures, lors de notre d�placement � El- Esnam, la pluie qui tombait depuis la matin�e a fait place � une petite lueur de soleil. Au centre de vote du chef-lieu, nous avons pu remarquer de visu la pr�sence d�un camion CNS devant le centre, avec des policiers point�s tout autour du centre situ�, faut-il le rappeler, en face de la brigade de la gendarmerie. Visiblement, les responsables ont pr�f�r� faire appel aux policiers afin de ne pas heurter la sensibilit� des citoyens qui peuvent saisir l�occasion de la pr�sence des gendarmes pour s�attaquer aux urnes. Au niveau du centre, sur les 4 299 inscrits, seuls 420 ont vot�, soit un taux de 9 %. Il est vrai qu�au niveau de cette APC, RCD, le mot d�ordre du boycott a bien fonctionn� et le r�sultat final de la journ�e de 23 % de votants le confirmera. Au m�me titre que les APC de M�chedallah, Chorfa (RCD) ainsi que Ahnif (FFS) qui ont enregistr� les taux les plus faibles avec respectivement 15,69 %, 21,36 % et 24,23 %. Ce sont, peut-�tre, les seuls r�sultats qui refl�tent une certaine r�alit� de l�urne. Cela �tant, lors du deuxi�me relev� de la journ�e effectu� � 13 heures, la panique des responsables a commenc� � ce moment-l�, notamment pour la commune de Lakhdaria, fief de l�exministre et vice-pr�sident de l�APN, Kara Mohamed- Seghir ainsi que de l�actuel P/APW Gaci Abdelkader. Le taux de participation qui �tait de 36% est jug� faible. Au m�me titre que ceux de Bouira et d�A�n-Bessem. Au m�me moment, au niveau de la r�gion berb�rophone, comme l�avait d�clar� le wali, au niveau des APC o� les centres ont �t� saccag�s, l�administration, qui a fait appel aux services anti�meutes de la police qui se sont d�ploy�s au niveau de ces centres de vote, a proc�d� au remplacement des urnes saccag�es pour relancer l�op�ration de vote. Celle-ci a repris de plus belle au niveau du centre de Boumedjvar � M�chedallah ainsi qu�Ath-Yekhlef, Saharidj et Chorfa. A Raffour et Aghbalou ainsi qu�� M�chedallah- Centre, les tentatives ont �chou�. Vers 16 heures, seuls trois centres de vote �taient toujours ferm�s � Raffour, M�chedallah-centre et Takerboust ( Aghbalou). Cependant, cette r�ouverture ne s�est pas faite sans heurts. A Boumedjvar, les jeunes �meutiers ont presque encercl� le centre alors qu�au niveau du village Ath-Yekhlef, le centre est gard� sous haute surveillance et les jeunes n�ont abandonn� la partie qu�apr�s plusieurs heures d�affrontements avec les services de la police qui les a dispers�s � coups de bombes lacrymog�nes. A 18 heures, le taux de participation au niveau de la wilaya de Bouira �tait d�j� gonfl� � 51,13 % mais puisque les responsables en voulaient plus, ce taux sera revu � la hausse pour se fixer �� 66,31 %. Un taux que les responsables de la wilaya avaient obtenu sous la fa�ade de la traditionnelle prolongation des d�lais d�une heure pour les cinq grandes da�ras de la wilaya que sont Bouira qui aura un taux final de 54,77%, Sour-El-Ghozlane et A�n-Bessem avec plus de 75 % chacune et, enfin, Lakhdaria qui sautera de 36% �� 72 %. La seule da�ra qui a �chapp� un peu � cette hyst�rie des taux imaginaires est M�chedallah avec 15,37 %. Ici, rappelons que pendant toute la journ�e et m�me pendant les jours de campagne, aucun repr�sentant des autres candidats ne s�est manifest� pour d�noncer les d�passements. Apr�s avoir eu ce taux voulu, et apr�s les premiers d�pouillements, des dizaines de jeunes acquis � la cause se sont donn� rendez- vous sur l�esplanade de la maison de la culture o� la Direction de la culture avait d�j� tout pr�par� pour f�ter pendant pr�s d�une heure la victoire de Bouteflika en lan�ant des feux d�artifice et en �mettant � grands d�cibels des chansons � la gloire du �ra�s�. Hier vendredi, sans surprise, le directeur de la r�glementation de wilaya a pr�sent� les chiffres d�finitifs et les r�sultats du d�pouillement qui ont donn� Bouteflika en t�te des suffrages avec 90,30 %, suivi de Louisa Hanoune avec 4,04 %, puis Moussa Touati avec 2,12, Djahid Younsi avec 1,28%, Mohamed Sa�d avec 1,24 et, enfin, Reba�ne avec 1,02%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.