Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE DANGER DU RAT KILLER STRONG, SUJET D�UNE �TUDE
Commercialisation frauduleuse de pesticides
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 05 - 2009

La commercialisation frauduleuse de certaines marques de produits pesticides menace la vie des consommateurs et complique la t�che des m�decins lors de la prise en charge des cas d�intoxication. Plusieurs marques de produits pesticides sont actuellement commercialis�es sur le march� national, d�une fa�on illicite, mettant en danger la vie des consommateurs, au su et au vu des autorit�s publiques. A ce jour, malgr� les alertes lanc�es par les sp�cialistes dans le domaine de la toxicologie, aucune mesure n�a �t� prise afin de retirer ces produits de la vente et encore moins pour poursuivre les importateurs en justice.
Ben Aziz - Oran (Le Soir) - Une r�cente �tude a �t� �labor�e par le service de pharmacologie et toxicologie du CHU d�Oran, en collaboration avec le laboratoire de recherche en sant� et environnement de l�universit� d�Oran et le laboratoire de toxicologie de l�h�pital Lariboisi�re de Paris, et pr�sent�e par le docteur Boularas, en marge de la premi�re conf�rence internationale de m�decine l�gale. Cette �tude a concern� un des pesticides actuellement �coul� sur le march� national appel� Rat-Killer Strong, dont personne ne conna�t ni le pays qui le produit ni l�identit� de son importateur vers l�Alg�rie. �Sur un nombre de 2 450 personnes souffrant d�intoxication aigu� admises au CHU d�Oran durant la p�riode allant de 2005 � 2008, les pesticides sont responsables de 16% des cas et occupent la deuxi�me place apr�s les intoxications aigu�s dues aux m�dicaments�, a-t-il �t� soulign� dans cette �tude. �Contrairement aux ann�es pr�c�dentes o� les insecticides organophosphor�s �taient les plus incrimin�s, ce sont actuellement les raticides qui pr�dominent avec l�introduction incontr�l�e sur le march� d�un produit commercialis� sous le nom de Rat Killer Strong�, a d�plor� la m�me �quipe de chercheurs. Ce produit, a fait remarquer la m�me �tude, �pr�sent� sous forme de granul�s noir�tres emball�s dans une bo�te ne comportant aucune mention sur la nature de sa mati�re active ni l�identit� de son fabricant ou de son importateur, pris� par les m�nages en raison de son faible co�t, a entra�n�, au cours des quatre derni�res ann�es, l�intoxication de 189 personnes�. Nos interlocuteurs, membres de l��quipe de recherche travaillant dans le domaine de la toxicologie, nous ont fait savoir que ce produit, � l�instar de plusieurs autres produits de m�me type, est commercialis� en grande quantit� dans les magasins de quincaillerie ainsi que chez d�autres marchands, bien qu�il ne figure pas dans la nomenclature des produits autoris�s � la commercialisation que ce soit aupr�s du minist�re du Commerce, de la Sant� ou de l�Agriculture. D�autre part, pour information, la l�gislation alg�rienne, expliquent les sp�cialistes, stipule que le manuel d�utilisation de chaque produit mis en vente en Alg�rie doit �tre imp�rativement r�dig� en fran�ais et en arabe, ce qui n�est pas le cas pour la majorit� des produits examin�s par l��quipe de chercheurs du service de toxicologie du CHU d�Oran. Selon le Dr Djelad Sana, �lors de l�admission des personnes intoxiqu�es transf�r�es aux urgences m�dico-l�gales, qui souffraient de vomissements, diarrh�es, crampes, douleurs abdominales, bronchospasmes et troubles de la vision, nous avons constat� une fr�quence des patients intoxiqu�s par ce genre de substance�. Selon les statistiques mentionn�es dans la m�me �tude, 82% des intoxications �taient volontaires, s�agissant majoritairement de tentatives de suicide, le plus souvent observ�es chez des patients de sexe f�minin et chez des adolescents (68% de femmes, 36% d�adolescents et 36% autres jeunes adultes), sans pour autant n�gliger les intoxications accidentelles qui repr�sentent �galement un taux important. Apr�s analyse du produit au laboratoire de toxicologie fran�ais suscit�, il s�est av�r� qu�il devait servir dans les domaines de l�agriculture, tout en respectant des indications tr�s pr�cises, ce qui n��tait pas le cas. Ce produit, ajoute la m�me �tude, ne devrait jamais servir � des fins domestiques vu sa dangerosit�. Dans ce cas de figure, les sp�cialistes se sont interrog�s quant au r�le des services de contr�le de la qualit� des produits, qui vient s�ajouter � l�anarchie commerciale qui menace de plus en plus la sant� et la vie des citoyens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.