A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE DANGER DU RAT KILLER STRONG, SUJET D�UNE �TUDE
Commercialisation frauduleuse de pesticides
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 05 - 2009

La commercialisation frauduleuse de certaines marques de produits pesticides menace la vie des consommateurs et complique la t�che des m�decins lors de la prise en charge des cas d�intoxication. Plusieurs marques de produits pesticides sont actuellement commercialis�es sur le march� national, d�une fa�on illicite, mettant en danger la vie des consommateurs, au su et au vu des autorit�s publiques. A ce jour, malgr� les alertes lanc�es par les sp�cialistes dans le domaine de la toxicologie, aucune mesure n�a �t� prise afin de retirer ces produits de la vente et encore moins pour poursuivre les importateurs en justice.
Ben Aziz - Oran (Le Soir) - Une r�cente �tude a �t� �labor�e par le service de pharmacologie et toxicologie du CHU d�Oran, en collaboration avec le laboratoire de recherche en sant� et environnement de l�universit� d�Oran et le laboratoire de toxicologie de l�h�pital Lariboisi�re de Paris, et pr�sent�e par le docteur Boularas, en marge de la premi�re conf�rence internationale de m�decine l�gale. Cette �tude a concern� un des pesticides actuellement �coul� sur le march� national appel� Rat-Killer Strong, dont personne ne conna�t ni le pays qui le produit ni l�identit� de son importateur vers l�Alg�rie. �Sur un nombre de 2 450 personnes souffrant d�intoxication aigu� admises au CHU d�Oran durant la p�riode allant de 2005 � 2008, les pesticides sont responsables de 16% des cas et occupent la deuxi�me place apr�s les intoxications aigu�s dues aux m�dicaments�, a-t-il �t� soulign� dans cette �tude. �Contrairement aux ann�es pr�c�dentes o� les insecticides organophosphor�s �taient les plus incrimin�s, ce sont actuellement les raticides qui pr�dominent avec l�introduction incontr�l�e sur le march� d�un produit commercialis� sous le nom de Rat Killer Strong�, a d�plor� la m�me �quipe de chercheurs. Ce produit, a fait remarquer la m�me �tude, �pr�sent� sous forme de granul�s noir�tres emball�s dans une bo�te ne comportant aucune mention sur la nature de sa mati�re active ni l�identit� de son fabricant ou de son importateur, pris� par les m�nages en raison de son faible co�t, a entra�n�, au cours des quatre derni�res ann�es, l�intoxication de 189 personnes�. Nos interlocuteurs, membres de l��quipe de recherche travaillant dans le domaine de la toxicologie, nous ont fait savoir que ce produit, � l�instar de plusieurs autres produits de m�me type, est commercialis� en grande quantit� dans les magasins de quincaillerie ainsi que chez d�autres marchands, bien qu�il ne figure pas dans la nomenclature des produits autoris�s � la commercialisation que ce soit aupr�s du minist�re du Commerce, de la Sant� ou de l�Agriculture. D�autre part, pour information, la l�gislation alg�rienne, expliquent les sp�cialistes, stipule que le manuel d�utilisation de chaque produit mis en vente en Alg�rie doit �tre imp�rativement r�dig� en fran�ais et en arabe, ce qui n�est pas le cas pour la majorit� des produits examin�s par l��quipe de chercheurs du service de toxicologie du CHU d�Oran. Selon le Dr Djelad Sana, �lors de l�admission des personnes intoxiqu�es transf�r�es aux urgences m�dico-l�gales, qui souffraient de vomissements, diarrh�es, crampes, douleurs abdominales, bronchospasmes et troubles de la vision, nous avons constat� une fr�quence des patients intoxiqu�s par ce genre de substance�. Selon les statistiques mentionn�es dans la m�me �tude, 82% des intoxications �taient volontaires, s�agissant majoritairement de tentatives de suicide, le plus souvent observ�es chez des patients de sexe f�minin et chez des adolescents (68% de femmes, 36% d�adolescents et 36% autres jeunes adultes), sans pour autant n�gliger les intoxications accidentelles qui repr�sentent �galement un taux important. Apr�s analyse du produit au laboratoire de toxicologie fran�ais suscit�, il s�est av�r� qu�il devait servir dans les domaines de l�agriculture, tout en respectant des indications tr�s pr�cises, ce qui n��tait pas le cas. Ce produit, ajoute la m�me �tude, ne devrait jamais servir � des fins domestiques vu sa dangerosit�. Dans ce cas de figure, les sp�cialistes se sont interrog�s quant au r�le des services de contr�le de la qualit� des produits, qui vient s�ajouter � l�anarchie commerciale qui menace de plus en plus la sant� et la vie des citoyens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.