Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



�LECTIONS EN ALLEMAGNE ET AU PORTUGAL
Recul des socialistes en Europe au profit de radicaux port�s par la crise
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 09 - 2009

D�b�cle en Allemagne, perte de la majorit� absolue au parlement portugais, les �lections de dimanche traduisent le recul des socialistes en Europe, au profit de formations plus radicales sur leur gauche et qui ont durci leur position anti-capitaliste depuis la crise.
�Il y a une tendance globale au recul de la social-d�mocratie depuis 20 ans�, constate le politologue fran�ais Philippe Braud. D'une part �tout le monde, m�me la droite, est devenu social-d�mocrate : m�me Nicolas Sarkozy ou Angela Merkel d�fendent la couverture sant�, le revenu minimum ou la protection sociale �, explique-t-il. D'autre part, �parce que dans une �poque o� se sont impos�es la mondialisation et l'�conomie de march�, la droite para�t paradoxalement plus rassurante �. �Une Europe sans gauche� titrait hier lundi le journal italien La Stampa, pr�sentant la d�faite historique des sociaux-d�mocrates allemands du SPD comme un �signal d'alarme grave� pour la gauche europ�enne, notamment sanctionn�e pour sa participation � des coalitions de droite. Au Portugal, la victoire des socialistes dimanche aux �lections l�gislatives a toutefois �t� temp�r�e par la perte de la majorit� absolue au Parlement. D�sormais �absente des gouvernements des deux plus gros pays continentaux, France et Allemagne�, la gauche �le sera bient�t du Royaume-Uni�, pronostiquait le quotidien espagnol El Pais, alors que les travaillistes britanniques sont critiqu�s pour leur gestion de la crise et en passe de c�der le pouvoir apr�s un r�gne de pr�s de 14 ans. Comme les politiques, les journaux europ�ens soulignaient hier lundi le lourd tribut pay� par le SPD, qui a enregistr� son plus bas score historique (23 %) aux l�gislatives de dimanche, apr�s quatre ans de participation � un gouvernement de centre droit. Les conservateurs (CDU/CSU) de la chanceli�re Angela Merkel et leurs alli�s lib�raux du FDP ont remport� une majorit� confortable (332 d�put�s sur 622), selon les r�sultats officiels, qui d�notent un d�bordement du SPD sur sa gauche, avec la perc�e de Die Linke (11,9 %), un parti n�o-communiste qui d�fend des th�ses radicales en mati�re de justice sociale et une ligne pacifiste. Cette �mergence est favoris�e par la perte des rep�res politiques traditionnels, constate Philippe Braud, expliquant que la CDU et le SPD ne polarisaient plus la vie politique depuis qu'ils participaient ensemble � une coalition. �Cela ne veut pas dire que ces partis protestataires aient un grand avenir�, temp�re-t-il, estimant qu'il mettront � terme de l'eau dans leur vin � et perdront des �lecteurs � pour participer � leur tour � des coalitions de gouvernement, ou se marginaliseront en restant radicaux. La mont�e d'une gauche radicale comme celle des �cologistes, qui ont r�alis� de bons scores lors d'�lections nationales comme lors des derni�res �lections europ�ennes, va contraindre les socialistes � red�finir leur projet politique s'ils ne veulent pas entrer dans une longue p�riode d'opposition. D�s dimanche, Jean-Luc M�lenchon, chef du Parti de Gauche (gauche des socialistes fran�ais), avait invit� la gauche fran�aise � m�diter les r�sultats des �lections allemandes, avec l'��chec mis�rable� du SPD et le �score remarquable� de Die Linke, condamnant tout projet d'alliance avec la droite. De son c�t�, le Premier ministre socialiste espagnol Jos� Luis Rodriguez Zapatero a ni� l'existence d'un �vent favorable aux conservateurs� en Europe, attribuant la �correction� subie par le SPD � �sa pr�sence au gouvernement �, une situation emp�chant, selon lui, de d�finir sa �propre identit� politique et (son) projet�.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.