Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Pris au dépourvu, les citoyens pénalisés    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    FAF : L'AGE pour la désignation du nouveau président aura lieu ce jeudi    Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste    Les ménages à rude épreuve    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Béjaïa    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    "Their Algeria" décroche le prix spécial du jury    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Energies renouvelables : une journée dédiée à l'hydrogène vert le 19 avril en cours    Mouloudia d'Alger : Les joueurs mettent la pression    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Liverpool-Real Madrid : Les compositions probables    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Un ultimatum pour Cavani    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Une grave provocation    Saidal fabriquera du Levothyrox    Exclusivement destinée à l'export    «L'immunité collective n'est pas atteinte»    Azra scintille à tigzirth    Le président Tebboune appelle à la vigilance    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Le complexe de l'automobile    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Zorc optimiste pour Haaland    David Luiz sur le départ    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    Baâdji poursuit sa purge    Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»    Les indépendants en «conquérants»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA 13e TRIPARTITE SE TIENDRA LES 2 ET 3 D�CEMBRE PROCHAIN
L�UGTA entre c�l�rit� du gouvernement et forcing du patronat
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 11 - 2009

C�est dans un contexte particulier que se tiendra les 2 et 3 d�cembre prochain la treizi�me tripartite, sixi�me du genre sous la pr�sidence d�Ahmed Ouyahia. Si la question de la revalorisation salariale � travers le SNMG devrait constituer le point nodal de cette rencontre, il n�en demeure pas moins que les autres questions inscrites � l�ordre du jour ne seront pas moins importantes.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Une r�vision � la hausse du Salaire national minimum garanti (SNMG) d�au moins 2 000 DA, voire 3 000 DA, serait d�j� chose acquise pour le monde du travail. Les trois partenaires, en l�occurrence le gouvernement, l�UGTA et le patronat, semblant, en effet, �tre en totale symbiose sur la question. Ainsi, � en croire des sources proches de la Centrale syndicale, il a d�j� �t� arr�t� une fourchette d�augmentation. Toutefois, notre source tient � pr�ciser qu'�aucune proposition n'a �t� encore faite�, ajoutant que cette question �sera discut�e entre nous (UGTA) et les diff�rents partenaires�. �Le SNMG n�a toujours augment� que de 2 000 DA, mais cette fois-ci, nous esp�rons qu'il �voluera un peu plus, d'autant plus que l'UGTA a toujours discut� cette question en fonction d��tudes sur le pouvoir d'achat�, tient-on � pr�ciser. Sur un autre plan, et parall�lement � cette question de revalorisation du SNMG, notre source n'a pas �cart� l'�ventualit� de la tenue d'une bipartite (gouvernement-UGTA) qui sera consacr�e au dossier des statuts particuliers et du r�gime indemnitaire, qui concernent quelque 1 600 000 travailleurs de la Fonction publique. Dans ce contexte, il est � noter qu�une trentaine de statuts �sont pr�ts� et que d'autres �sont en discussion entre les syndicats sectoriels et les minist�res de tutelle�. C�est dans cette optique bien pr�cise que les repr�sentants des travailleurs affili�s � l�UGTA tenteront de peser sur les n�gociations avec le gouvernement, pour arracher le quitus pour une bipartite dont l�ordre du jour sera consacr� exclusivement aux �statuts particuliers et r�gimes indemnitaires�. La �concession� faite par le gouvernement aux syndicats autonomes du secteur de l��ducation semble �tre �l�invit�e surprise� du nouveau dialogue social. D�ailleurs, du c�t� de la Maison du peuple, on consid�re qu��il y a eu rupture unilat�rale� du pacte �conomique et social. �Sinon comment expliquer le recul inattendu du gouvernement face � la protesta des syndicats autonomes du secteur de l��ducation ?�, souligne-t-on. �La question de la r�troactivit� du r�gime indemnitaire, telle que d�termin�e par le d�cret 07-304 du 29 septembre 2007, � compter du 1er janvier 2008, est un acquis arrach� par l�UGTA. La lettre adress�e au directeur g�n�ral de la Fonction publique (R�f : n� 137/SG/UGTA/09), en date du 4 octobre 2009, est assez explicite. C�est � l�autre partie (minist�re de l�Education ou services du gouvernement) de rendre public cet accord�, ajoute- t-on du c�t� du si�ge de l�ex-foyer civique, arguant que �l�UGTA est largement repr�sentative dans le secteur de la Fonction publique.� En d�autres termes, au sein de la Centrale syndicale, on n�h�site pas � qualifier la �sortie� du gouvernement comme un coup de poignard dans le dos, d�autant plus que les trois parties (UGTA, gouvernement et patronat) ont paraph�, en 2006, un accord de �non-agressivit� � dans le cadre du pacte �conomique et social. Ce dernier point sera inscrit, d�ailleurs, � l�ordre du jour de cette tripartite. Il sera �galement question de d�battre du Code du travail, de la place de l�entreprise publique �conomique dans le nouveau contexte �conomique ou, encore, du r�gime des retraites. A ce titre, il est � rappeler que les organisations patronales n�ont eu de cesse de revendiquer �l�urgence� de la mise en place d�un nouveau syst�me de relations de travail bas� sur le contrat � dur�e d�termin�e (CDD). Une approche que r�fute �globalement et dans le d�tail� la Centrale syndicale, consid�rant, par la voix de son secr�taire g�n�ral, que �la priorit� des priorit�s r�side dans la r�vision de la l�gislation du travail, notamment en ses articles 2, 11 et 14 de la loi 90-11 du 21 avril, 1990 relative aux relations de travail�. Pour Sidi Sa�d, �il faut r�fl�chir ensemble pour mettre en place des instruments juridiques relatifs au monde du travail, car nous sommes aujourd�hui dans l�obligation d�aller vers un nouveau Code du travail pour accompagner la nouvelle configuration �conomique nationale�. Enfin, l�autre question qui peut, � court terme, �compromettre� les relations entre l�UGTA et le gouvernement, est celle relative au r�gime indemnitaire. En effet, si jusque-l� les responsables de la Centrale syndicale ont �vit� d�intervenir directement dans le d�bat, il n�en demeure pas moins que du c�t� des pouvoirs publics, la r�vision du syst�me de r�gime des retraites doit conna�tre des changements. Pour le gouvernement, la r�vision du nombre d�ann�es de cotisation pour la retraite est d�sormais un passage oblig�.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.