Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PASS�E L�EUPHORIE DES QUALIFICATIONS AU MONDIAL
�ruption des grognes sociales
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 01 - 2010

Une qualification pour la phase finale de la Coupe du monde de football procure, certes, de la joie, mais n�am�liore en aucun cas, ni d�aucune mani�re, l�ordinaire des millions de salari�s. Les 5 000 travailleurs de la Soci�t� nationale des v�hicules industriels (SNVI) nous rappellent � cette �vidence axiomatique.
Sofiane A�t-Iflis - Alger (Le Soir) - �a gronde fort depuis avant-hier au complexe industriel SNVI de Rouiba, dans la p�riph�rie est d�Alger. Pr�s de 5 000 travailleurs ont d�cid�, spontan�ment, est-il fait remarquer, de ranger leurs outils et d�serter les ateliers pour dire toute leur insatisfaction des conclusions de la derni�re tripartite. Pour eux, la tripartite, c�l�br�e par le gouvernement et la Centrale syndicale comme le pinacle des acquis sociaux, n�est qu�un leurre. Et en cela, ils n�ont pas tort, tant insignifiante est l�incidence du rel�vement du SNMG sur le pouvoir d�achat des salari�s, tous les salari�s, � l�exception de ceux, minoritaires, dont la paie est fonction de ce salaire minimum garanti. Franchement, la r�vision � la hausse du SNMG ne profite qu�aux b�n�ficiaires de pensions de retraite et aux smicards. Mais ceux-l� ne constituent pas une masse importante. La Centrale syndicale, l�Union g�n�rale des travailleurs alg�riens (UGTA), qui, depuis longtemps, a d�sert� le terrain des luttes syndicales pour se confiner dans un r�le de soupape, n�ignore pas cette r�alit�. Elle sait pertinemment que la hausse du SNMG n�est d�aucun secours pour la grande masse des salari�s. Mais, ligot�e qu�elle est par le pacte national �conomique et social conclu avec le gouvernement, elle ne peut s�autoriser d�autres conduites qu�avaliser les d�cisions gouvernementales, quelles qu�elles soient. Gagn�e profond�ment par la scl�rose, provoqu�e aussi par une compromission politique exag�r�e, la direction de la Centrale syndicale vit un d�phasage attest� avec la base syndicale qui, elle, se d�m�ne vaillamment � dresser la barricade devant l��rosion de son pouvoir d�achat. Preuve en est cette grogne des travailleurs de la SNVI qui ont d�cid� de d�brayer jusqu�� ce que leurs dol�ances soient satisfaites. Des dol�ances que l�UGTA n�a pas su, ou n�a pas carr�ment voulu d�fendre, en l�occurrence une revalorisation r�elle des salaires et la pr�servation des acquis sociaux des travailleurs. En effet, les salari�s, du moins ceux s��reintant dans les fonderies de la SNVI, s��l�vent contre la suppression de la possibilit� de d�part � la retraite, � l�accomplissement de 32 ann�es de services, un m�canisme introduit dans le syst�me de retraite nationale en 1994. Chez les travailleurs, la suppression de cet avenant au syst�me de retraite est per�ue comme un recul, une remise en cause d�un acquis. Que des politiques fr�quentant ouvertement le s�rail dirigeant saluent cette d�cision de la tripartite n�alt�re en rien la justesse de la revendication des couches laborieuses. Les travailleurs de la SNVI ont raison de sonner la fin de la kermesse � laquelle tout le monde s�est abandonn�, apr�s la qualification des Verts au Mondial sud-africain. Car, en plus de l��rosion du pouvoir d�achat, il est d�autres inqui�tudes � se faire, notamment par rapport � l�emploi. Le nouveau code de travail, qu�une commission tripartite peaufine depuis un certain temps d�j�, risque fort malheureusement de m�nager le lit � l�emploi pr�caire, en autorisant le recours sans condition au contrat � dur�e d�termin�e, le CDD. Les syndicats autonomes n��tant pas associ�s � la n�gociation avec le gouvernement, en d�pit d�une repr�sentativit� prouv�e sur le terrain de la mobilisation, on voit mal l�UGTA faire barrage � une telle disposition dans le nouveau code du travail. Ce n�est pas sans motif que le gouvernement gratifie la Centrale syndicale du statut d�unique partenaire social admis � la n�gociation. Il sait que du c�t� de la maison du Peuple, il ne pleuvra que soutien. Mais la docilit� de la direction de l�UGTA ne le tirera pas forc�ment d�affaire. La grogne sociale, visible, � pr�sent que l�euphorie d�apr�s-qualification au Mondial est pass�e, pointe du nez, plus que jamais mena�ante. Les praticiens de la sant� publique sont d�j� en pleine contestation. Leur d�brayage pourrait fort bien faire des �mules, tant, partout, les probl�mes s�amoncellent sans perspectives tangibles de r�glement. Comme quoi, rien ne pourra faire les travailleurs se d�tourner de leur mis�re� m�me pas le safari sud-africain des Verts !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.