Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





GESTION D�SASTREUSE DE LA COMMANDE PUBLIQUE ET MULTIPLICATION DES SCANDALES DE CORRUPTION
Le pouvoir a lui-m�me autoris� les pratiques du gr� � gr� � grande �chelle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 02 - 2010

Nous assistons depuis plusieurs ann�es � la multiplication des autorisations par le gouvernement des pratiques du gr� � gr� dans la gestion de la commande publique : ce sont de nouveaux scandales en perspective qui co�teront aux contribuables plusieurs centaines de milliards, qui alimenteront la corruption � grande �chelle et qui pi�tineront les r�gles de la concurrence. Le Soir d�Alg�rie, dans cet espace hebdomadaire, n�a cess� d�alerter sur les dangers de la multiplication des autorisations de gr� � gr� par les Conseils des ministres et de gouvernement. Le pouvoir a entretenu la culture du �gr� � gr�. Les cons�quences de ces �choix� d�sastreux, pr�visibles au demeurant, se traduisent aujourd�hui en scandales de corruption � r�p�tition.
La r�glementation alg�rienne sur les march�s publics, d�cret pr�sidentiel n�02-250 du 24 juillet 2002 ( Journal officiel n�52 du 28 juillet 2002), a certes pr�vu la possibilit� de passer par le gr� � gr� dans la passation de march�s publics, dans les conditions d�finies notamment par les articles 22, 37 et 38, mais sous l'impulsion du chef de l�Etat (en Conseil des ministres) et en conseil du gouvernement, cette exception est en train de devenir la r�gle. La r�glementation sur les march�s publics est gel�e de fait, cr�ant un tr�s grave pr�c�dent. Il y a quelques ann�es, le Conseil des ministres avait �tendu le gr� � gr� � la r�alisation de prisons et � l'achat de... 300 autobus pour le transport des �tudiants ! Apr�s les arr�t�s interminist�riels autorisant les pratiques du gr� � gr� dans les march�s publics pour le minist�re de la Jeunesse et des Sports (Jeux africains de juillet 2007) et celui du Tourisme et de l'Artisanat, c'est au tour du Conseil des ministres pr�sid� par le chef de l'Etat, l'instance la plus �lev�e de l'Ex�cutif (� ne pas confondre avec le conseil du gouvernement), de donner le feu vert pour de plus gros march�s. Pour rappel, lors de sa r�union du 14 mai 2007, le �Conseil des ministres avait entendu deux communications et donn� son approbation sur la passation de march�s de gr� � gr� simple relatifs � la r�alisation d��tablissements p�nitentiaires et l�acquisition de 300 autobus pour le transport d��tudiants�. Extrait du communiqu� officiel. Cette d�cision, �nonc�e discr�tement, en deux lignes, � la fin d'un tr�s long communiqu� (investissements dans les chemins de fer) est pass�e pratiquement inaper�ue. Le choix du gr� � gr� au profit du minist�re de la Justice �tait d'autant moins judicieux que c'est ce m�me minist�re qui �pilote� l'�laboration des lois et des textes de pr�vention et de lutte contre la corruption, et c'est l'actuel ministre de la Justice qui avait dirig� la d�l�gation alg�rienne � la conf�rence internationale de signature de la Convention des Nations unies contre la corruption en d�cembre 2003, � M�rida au Mexique. Et pourtant, la transparence dans la gestion de la commande publique est largement �voqu�e dans cette convention que l'Alg�rie a ratifi�e en avril 2004.
Le Conseil des ministres avait cr�� des pr�c�dents
Cette scandaleuse d�cision de 2007 avait �t� pr�c�d�e, toujours par le m�me Conseil des ministres, d'autres op�rations de gr� � gr�, notamment la reconstruction dans la r�gion de Boumerd�s apr�s le s�isme de 2003 ; le march� de l'eau � Alger pour le groupe fran�ais Suez ; des importations d'�quipements m�dicaux ; la concession de la gestion de l'a�roport d'Alger ; la construction du nouveau si�ge du Conseil constitutionnel ; un march� au profit du minist�re de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication en association avec l'Agence spatiale alg�rienne, etc. Hormis l�urgence de la reconstruction de Boumerd�s, toutes les autres autorisations de gr� � gr� � sans passer par l�avis d�appel d�offres � n��taient pas justifi�es au regard des bonnes pratiques en mati�re de march�s publics. La r�glementation alg�rienne sur les march�s publics � d�j� extr�mement insuffisante et trop permissive � est devenue contournable � souhait, cr�ant un tr�s grave pr�c�dent. Il n'est un secret pour personne que le gr� � gr� doit �tre l'exception. Nombre de pays l'ont supprim� de leur r�glementation. L'Alg�rie fait le contraire. Le gr� � gr� dans les march�s publics va � l'encontre des pratiques de saine concurrence, favorise l'opacit� dans la gestion de la commande publique et fait le lit de la corruption. Plus r�cemment encore, les march�s publics du Festival panafricain de la culture de 2009 avaient �t� attribu�s au �gr� � gr�. Dans le n� 5 du Journal officiel dat� du 21 janvier 2009 �tait publi� un arr�t� interminist�riel dat� du 28 novembre 2008 et sign� par les ministres des Finances et de la Culture, autorisant le gr� � gr� pour les march�s publics propres au Festival culturel panafricain 2009 d'Alger. Ce texte n'a �t� rendu public que 70 jours apr�s avoir �t� sign� !
A force de �semer� du gr� � gr�
Le projet de d�cret pr�sidentiel adopt� le 23 juillet 2008 en Conseil des ministres, portant r�glementation des march�s publics, a �t� publi� au Journal officiel dat� du 9 novembre 2008, soit avec un retard de plus de 3 mois et demi ! En effet, le Conseil des ministres, tenu le 23 juillet 2008 sous la pr�sidence du chef de l�Etat, avait notamment adopt� un d�cret pr�sidentiel modifiant et compl�tant celui du 24 juillet 2002, portant r�glementation des march�s publics, d�cret qui avait d�j� �t� modifi� en septembre 2003. Ces modifications ont �lib�ralis� � davantage le code des march�s, code qui �tait d�j� tr�s en de�� des normes internationales en vigueur. La commande publique tant au niveau central qu�� l��chelle locale ne sera presque plus r�gie par des r�gles � l�avenir, le gr� � gr� devenant la pratique dominante, au lieu d��tre l�exception, ce qui va encore ouvrir plus largement le lit de la corruption � tous les niveaux. Le gouvernement s�est cach� derri�re les walis � ces derniers seraient � l�origine d�une demande pour rendre plus permissible la gestion des march�s publics � pour justifier cette scandaleuse d�r�glementation, les walis, et nombre de ministres, consid�rant que la r�glementation actuelle est un obstacle � la r�alisation des march�s et au respect des d�lais dans la r�alisation du programme du pr�sident ! Dans ce nouveau texte, les ministres, les walis et les pr�sidents d'APC, pourront officiellement contourner les d�cisions des commissions des march�s ! Du jamais vu comme violation de la loi et des conventions internationales (ONU et Union africaine) contre la corruption ratifi�es par l�Alg�rie. Cet alibi qui ne dit pas son nom a favoris� les pratiques les plus opaques et la politique du fait du prince. Au lieu �d�ouvrir� davantage la r�glementation sur les march�s, les pouvoirs publics feraient mieux d��tre plus regardant sur le respect de son application, et de l�adapter plus s�rieusement aux recommandations de la Convention des Nations unies contre la corruption de 2003.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.