L'ancien président de l'APN Said Bouhadja inhumé au cimetière d'El-Alia    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PSG : Jesé Rodriguez bientôt viré ?    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Les événements d'El-Guerguerat, un "manquement" du Maroc à son obligation de ne pas entraver le processus de règlement onusien    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    VIOLENCE A L'EGARD DES FEMMES : Le CNDH appelle à davantage d'efforts    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    Décès de Saïd Bouhadja: Chanegriha présente ses condoléances à la famille du défunt    L'APLS mène des attaques intenses sur des positions marocaines pour le 12e jour consécutif    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    LDC : Le programme de ce mercredi    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Un scooter propre et innovant    Escapade dans le monde des SUV    Numérisation en cours    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    énième report du procès Boumala    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Qualification de huit nouvelles recrues    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    USMBA – RCR : Treize joueurs qualifiés par la LFP    Timimoun : Des chercheurs préparent un sommet des oasis en 2021    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Gestion de la situation sanitaire, AEP, prévention contre les inondations: Djerad préside une réunion des walis    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barrage Taksebt de Tizi Ouzou: Dégel du projet de 4 stations d'épuration
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2018

Voilà une bonne nouvelle qui va certainement ravir la population locale et surtout les défenseurs de l'environnement au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou : «Les pouvoirs publics ont décidé de lever le gel sur le projet de la réalisation de quatre stations d'épuration des eaux usées (STEP) sur les six prévues en amont du barrage Taksebt.»
«En effet, sollicités par le wali de Tizi Ouzou pour la levée du gel sur cet important projet au profit de sa wilaya, les services du ministère des Ressources en eau ont fini par accepter le dégel de quatre stations d'épurations des eaux usées (STEP) sur les six prévues en amont du barrage Taksebt à l'effet de protéger cette importante infrastructure hydrique de risques de pollution», c'est ce que nous a indiqué une source proche de la direction des ressources en eau de Tizi Ouzou, tout en précisant que le ministre de tutelle a confié la réalisation de ces quatre STEP à l'Agence nationale de l'assainissement (ANA) pour un coût de 50 millions DA soit l'équivalent de 5 milliards de centimes. Principale ressource en eau potable des 67 communes de la wilaya, et une partie des localités de Boumerdès et d'Alger, le barrage Taksebt d'une capacité totale de 180 millions de m3 est menacé de pollution en raison des milliers de mètres cubes d'eaux usées et de rejets des huileries et autres unités industrielles provenant d'une cinquantaine de villages relevant de 5 communes limitrophes.
Pour remédier à cette menace patente, les autorités de wilaya avaient annoncé en 2013 la réalisation de six stations d'épuration des eaux usées (Step), avant d'être gelées par les pouvoirs publics qui avaient prônés des restrictions budgétaires en raison des difficultés financières induites par la chute des ressources du pays en devises suite à la dégringolade des prix du pétrole. Toutefois, l'importance de ce projet conjugué aux décisions du gouvernement de lever le gel progressivement sur certains projets d'utilités publique notamment la santé, l'éducation et les ressources en eau ont fait que l'appel du wali de Tizi Ouzou a fini par recevoir un accueil favorable de la part des pouvoirs publics qui ont décidé de dégeler le projet de la réalisation de ces stations d'épurations des eaux usées.
Les défenseurs de l'environnement soulagés
Selon les services de la Direction des ressources en eau de Tizi Ouzou, ce projet vital pour le secteur hydrique de la wilaya est remis en cause en raison de la décision de gel qui touche de nombreux projets, prise par les pouvoirs publics, suite à la crise financière qui secoue le pays. Une décision de gel qui a fait réagir la direction des Ressources en eau de la wilaya de Tizi Ouzou, à travers un courrier adressé au ministère de tutelle en date du 25 novembre 2015 pour une demande de dérogation pour le maintien de cette opération lancée en 2014 bien avant la décision de gel prise le 09 novembre 2015.
En effet, selon le rapport de la DRE, ce projet qui comporte six stations d'épuration localisées respectivement dans la commune d'Irdjen, avec deux Step, à Aïn El-Hammam à Ouacifs, à Ouadhia et à Mechtras, n'ont pas été réalisé à temps à cause notamment de l'infructuosité des appels d'offre. En effet, sur les six appels d'offre, cinq ont été déclarés infructueux et seul le projet de la Step de Mechtras a vu son marché confié à une entreprise de réalisation avant que le gouvernement ne décide le gel de l'ensemble du projet. Une décision qui tombe tel un couperet sur la tête des responsables de ressources en eau dans la wilaya, surtout au vu de la situation peu reluisante dans laquelle se retrouve le plus important réservoir en eau dans la région.
Touché de plein fouet par la sécheresse sévissant dans le pays, le barrage Taksebt dont les capacités sont réduite à 43% de réserve d'eau, est également touché par le phénomène de pollution. Avec le gel du projet de réalisation de ces stations d'épuration, le barrage Taksebt risque de disparaître de la carte hydrique du pays.
Devenu le réceptacle des eaux usées venant de plusieurs villages et communes limitrophes, le barrage Taksebt qui alimente également plusieurs localités des wilayas de Boumerdès et d'Alger, est sous une menace permanente d'une pollution à grande échelle. C'est pour cette raison que les défenseurs de l'environnement qui ne cessent depuis plusieurs années de tirer la sonnette d'alarme sur ce danger qui guette cette grande infrastructure hydrique du pays, seront certainement les premiers soulagés par cette décision de levée de gel sur ces stations d'épuration.
22 villages déversent toujours leurs eaux usées
La réalisation de ces stations baissera de manière pas très signifiante, le volume d'eaux usées déversées dans le barrage de Taksebt situé en aval de plusieurs villages relevant des communes d'Aït Mahmoud, Béni Aïssi, Ouadhaisn, Ouacifs, Irdjen, Larbaâ N'ath Irathen, etc.
Les quantités importantes d'eaux usées que le barrage reçoit des villages de ce versant sud de la wilaya de Tizi-Ouzou accentuent son degré de pollution. L'inexistence de stations de traitement et d'épuration des eaux fait que toutes les eaux usées provenant d'au moins 22 villages sont déversées dans ce barrage. Avant, elles ont déjà pollué tous les cours d'eaux qui les charrient vers cette destination.
Depuis son inauguration, le barrage de Taksebt, véritable site écologique, n'a pas cessé de subir des agressions, en particulier celles liées à son environnement direct.
Ces agressions ont surtout trait à la pollution qui caractérise les environs immédiats de ce barrage qui s'étale sur une longueur de 14 km. Cette pollution même si elle n'est pas encore atteint un stade de gravité (on ne peut parler pour l'instant d'érosion hydrique) est générée par de nombreux autres facteurs.
Des deux côtés du barrage, il y a de fortes concentrations démographiques ainsi que les infrastructures installées sur les bassins versants.
Il n'existe pas de concentration industrielle proprement dite, et qui peut constituer une menace directe, mais dans les régions contiguës au site, on peut relever, des huileries, des élevages avicoles, de petites fabriques etc.
Une situation de menace quasi-similaire pèse sur les autres barrages comme ceux de Draâ El Mizan, car tous les cours d'eau qui les alimentent le sont déjà. La quasi-totalité de s villages de la Kabylie, qui en compte plus de 1500 déversent leurs rejets dans les oueds, ruisseaux et rus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.