Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 09 - 2018

Au moment où le président français fait le premier pas dans la reconnaissance des crimes commis par les soldats français en Algérie, on devrait relire tous les témoignages et ouvrages qui ont dénoncé la torture dont le livre de Rachid Ouaissia «Les carnets de Hartmut Elsehaus», la guerre d'Algérie par ses acteurs français.
En effet, l'ouvrage de Rachid Ouaissa sur la guerre d'Algérie perçue par les acteurs français permet de remettre les pendules à l'heure et de mieux appréhender «cette guerre selon un œil plus scientifique que militant». Ce livre édité chez ‘Casbah' éditions a donné à «cette guerre une place de choix parmi les grandes guerres en la plaçant dans le cadre des grands enjeux internationaux et dans le cadre des contradictions du système mondial et des rapports de forces entre l'Est et L'Ouest, entre le Sud et le Nord» selon les propos de l'auteur allemand Harmut Elsenhans, jeune étudiant en France à l'époque de ces entretiens. Rachid Ouaissa a remis au goût du jour ces carnets de cet allemand pour avoir une idée précise de la conjoncture de l'époque et des divers enjeux.
Le déchirement de la société française
Cette œuvre parue en 1999 à Publisud sous le titre : «la guerre d'Algérie 1954:/ 1962 la transition d'une France à une autre» a été boycottée et la guerre d'Algérie est restée prisonnière des mémoires officielles, mais aussi du monopole d'une certaine classe «d'homo academicus», dit il dans sa préface. A partir de ses entretiens, avec de hauts responsables notamment des intellectuels de gauche et des responsables de la droite et de l'extrême droite et des militaires et hauts fonctionnaires tels que Pierre Messmer, Jean Marie le Pen, Jacques Soustelle, Alexandre Sanguinetti, Bernard Tricot, Vidal-Naquet, Jacques Mitterrand, Daniel Mayer, Hartmut Elsenhans fait une analyse de cette guerre qui lui fait dire que «la guerre d'Algérie, c'est le destin politique de la France sur l'échiquier international qui se dessine et son passage d'un statut de puissance mondiale à celui de puissance régionale tout en mettant à nu le déchirement de la société française».
Pour que nul n'oublie
Ce livre tente de montrer à travers les entretiens de Hartmut Elsenhans que ce passé tumultueux non reconnu et ce visage hideux de la colonisation pèsera sur la France tant que le désir de repentance et de résipiscence ne sera pas fait. A ce sujet, l'auteur allemand s'exprime ainsi : «L'Algérie restera l'épine dorsale de l'histoire française ; tant que la France officielle n'aura pas le courage de dire que la guerre d'Algérie était injuste, criminelle et n'aurait jamais dû avoir lieu». Les multiples entretiens montrent les visions contradictoires de la France, notamment les intellectuels de gauche qui stigmatisent cette guerre et leurs soutiens inconditionnels comme le réseau Janson ou «les porteurs de valise» et ceux partisans d'une «Algérie française». L'ouvrage est accompagné d'un glossaire pour les abréviations et d'une postface de hartmut qui essaye d'expliquer les divergences entre les deux pays pour ce devoir de mémoire et de contrition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.