Après la déclaration de vacance du poste de son président: Ould Abbès écarte la dissolution de l'APN    Refusant la médiation de deux députés pour rétablir Salima Ghezali: Le FFS plaide pour un changement du système    Bedoui à propos de la mauvaise gestion: «L'administration doit se libérer des obstacles bureaucratiques»    Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»    Une occasion pour faire connaitre les atouts touristiques des régions du sud    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    Cherchell (Tipasa): Distribution prochaine de plus de 1100 logements    220 logements sociaux de Sebdou (Tlemcen): Le wali ordonne la révision de la liste des bénéficiaires    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Bouhani sérieusement touchée à la cheville    L'importance du rôle de la presse dans la consécration de la culture de la paix mise en exergue    «Ghaza est en train d'imploser»    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Saaâdoune succédera à El Morro    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    Zetchi optimiste    L'OPGI peine à se faire payer    Six mois de suspension pour le président    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Nouvelles d'Oran    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    Escroquerie au logement, cinq arrestations    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Pour qui paye Bouhadja ?    253 affaires traitées en septembre dernier    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    Défaite de Charles Quint à Alger    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 09 - 2018

Au moment où le président français fait le premier pas dans la reconnaissance des crimes commis par les soldats français en Algérie, on devrait relire tous les témoignages et ouvrages qui ont dénoncé la torture dont le livre de Rachid Ouaissia «Les carnets de Hartmut Elsehaus», la guerre d'Algérie par ses acteurs français.
En effet, l'ouvrage de Rachid Ouaissa sur la guerre d'Algérie perçue par les acteurs français permet de remettre les pendules à l'heure et de mieux appréhender «cette guerre selon un œil plus scientifique que militant». Ce livre édité chez ‘Casbah' éditions a donné à «cette guerre une place de choix parmi les grandes guerres en la plaçant dans le cadre des grands enjeux internationaux et dans le cadre des contradictions du système mondial et des rapports de forces entre l'Est et L'Ouest, entre le Sud et le Nord» selon les propos de l'auteur allemand Harmut Elsenhans, jeune étudiant en France à l'époque de ces entretiens. Rachid Ouaissa a remis au goût du jour ces carnets de cet allemand pour avoir une idée précise de la conjoncture de l'époque et des divers enjeux.
Le déchirement de la société française
Cette œuvre parue en 1999 à Publisud sous le titre : «la guerre d'Algérie 1954:/ 1962 la transition d'une France à une autre» a été boycottée et la guerre d'Algérie est restée prisonnière des mémoires officielles, mais aussi du monopole d'une certaine classe «d'homo academicus», dit il dans sa préface. A partir de ses entretiens, avec de hauts responsables notamment des intellectuels de gauche et des responsables de la droite et de l'extrême droite et des militaires et hauts fonctionnaires tels que Pierre Messmer, Jean Marie le Pen, Jacques Soustelle, Alexandre Sanguinetti, Bernard Tricot, Vidal-Naquet, Jacques Mitterrand, Daniel Mayer, Hartmut Elsenhans fait une analyse de cette guerre qui lui fait dire que «la guerre d'Algérie, c'est le destin politique de la France sur l'échiquier international qui se dessine et son passage d'un statut de puissance mondiale à celui de puissance régionale tout en mettant à nu le déchirement de la société française».
Pour que nul n'oublie
Ce livre tente de montrer à travers les entretiens de Hartmut Elsenhans que ce passé tumultueux non reconnu et ce visage hideux de la colonisation pèsera sur la France tant que le désir de repentance et de résipiscence ne sera pas fait. A ce sujet, l'auteur allemand s'exprime ainsi : «L'Algérie restera l'épine dorsale de l'histoire française ; tant que la France officielle n'aura pas le courage de dire que la guerre d'Algérie était injuste, criminelle et n'aurait jamais dû avoir lieu». Les multiples entretiens montrent les visions contradictoires de la France, notamment les intellectuels de gauche qui stigmatisent cette guerre et leurs soutiens inconditionnels comme le réseau Janson ou «les porteurs de valise» et ceux partisans d'une «Algérie française». L'ouvrage est accompagné d'un glossaire pour les abréviations et d'une postface de hartmut qui essaye d'expliquer les divergences entre les deux pays pour ce devoir de mémoire et de contrition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.