Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 300 députés signent un retrait de confiance: Bouhadja poussé à la démission
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 09 - 2018

Entre les députés de la majorité parlementaire, particulièrement ceux du parti FLN, et Saïd Bouhadja, c'est le clash.
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN) est visé par une pétition qui a rassemblé durant le week-end plus de 300 signatures parmi les députés de son propre parti, le Front de libération nationale (FLN), outre ceux du RND, du MPA, de TAJ et des indépendants, dans l'objectif de le destituer. Sous la pression, Bouhadja pourrait être amené à jeter l'éponge dans les prochaines heures. Une rumeur a d'ailleurs circulé hier, annonçant sa démission, avant que l'homme ne sorte de son silence pour démentir et affirmer qu'il était toujours en poste. «Je ne vois pas d'inconvénients à quitter mon poste, à condition que cela se fasse dans la légalité, contrairement à ce qui se passe actuellement», a déclaré le président de la chambre basse du Parlement, cité par des médias en ligne. L'homme, tout en insistant qu'il n'a pas démissionné, se montrera confiant. Comment ne pas l'être lorsque l'on sait qu'il n'y a concrètement aucun moyen permettant aux députés de le destituer ? En effet, l'article 131 de la Constitution stipule que «le président de l'Assemblée populaire nationale est élu pour la durée de la législature». C'est-à-dire tout le mandat. Quant à l'article 10 du règlement intérieur de l'Assemblée, qui traite de la vacance de la présidence de l'APN, il évoque uniquement les cas de démission, d'incapacité, d'incompatibilité ou de décès. Or, il se trouve que Bouhadja n'est dans aucune de ces situations. La légalité dont il parle n'est en effet autre qu'un probable signal de la présidence de la République, voire du président Bouteflika en personne qui a validé en mai 2017 son nom proposé au poste. C'est dire la complexité de la chose au sein de la chambre basse du Parlement. Une situation faisant suite à une guerre qui remonte à plusieurs semaines déjà. Mais la goutte qui aura fait déborder le vase est le limogeage par Bouhadja du secrétaire général de l'APN, Bachir Slimani. Un homme que l'on qualifie de «fidèle» au sein du FLN. Contre Saïd Bouhadja, les députés énumèrent plusieurs accusations dont «le manque de coordination», «des décisions unilatérales», «la violation du règlement intérieur de l'APN», «une mauvaise gestion», «des dépenses financières injustifiées» et «le non-respect de la représentation des groupes parlementaires dans le cadre de missions à l'étranger». Paradoxalement, jusqu'à présent, la direction du parti FLN est plongée dans un silence pour le moins complice. La réunion tenue mercredi dernier entre le secrétaire général, Djamel Ould Abbès et une soixantaine de députés a été sanctionnée par la mise en place d'une commission chargée du suivi des fautes qui pourraient «survenir au niveau du Parlement de la part de députés désobéissant aux décisions du président». Ould Abbès, dans une déclaration à la presse, va se montrer prudent, ne voulant pas assumer ce conflit. Il se contentera d'insister sur l'importance de «la cohérence et la cohésion», affirmant que «toute personne ne respectant pas la ligne politique du parti ou tentant de franchir la ligne rouge du président de la République n'a pas de place au sein du parti, quel que soit le poste». Cependant, maintenant que Bouhadja est indésirable parmi plus de 300 députés sur les 462 que compte l'Assemblée, va-t-il continuer à résister longtemps, jusqu'à s'exposer à leur défiance en plénière ? Pas si sûr. Dans les couloirs du quartier général du parti majoritaire à Hydra, la démission du président de l'APN n'est qu'une question de quelques heures. Attendons pour voir…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.