Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 11 - 2018

La Libye fait l'objet d'une énième conférence qui se déroule cette fois-ci à Palerme, en Italie.
L'Italie organise une conférence internationale sur la Libye à Palerme, avec la participation de plusieurs pays, dont l'Algérie, la Turquie, la tunisie, la Russie, l'Allemagne, l'Egypte et le Maroc, mais aussi la France. La conférence est organisée après l'échec de initiative française d'organiser des élections en 2018. Première déconvenue toutefois, le maréchal Haftar, l'homme fort de Libye, a cependant annoncé qu'il n'y participerait pas. Le commandement général de l'armée nationale libyenne, l'autoproclamée ANL, a affirmé que le maréchal Khalifa Haftar s'était déjà rendu en Sicile pour «tenir des séries de rencontres avec les présidents des pays du voisinage pour discuter des derniers développements sur le plan national et international». La conférence sur la Libye qui se tient à Palerme va-t-elle permettre de réduire les divergences entre l'Italie et la France ? Depuis longtemps, Paris et Rome, ancienne puissance coloniale, s'écharpent au sujet de la reconstruction de ce pays dévasté après l'intervention occidentale de 2011. L'Italie estime que la tenue d'élections en Libye est prématurée. La France, quant à elle, multiplie les efforts diplomatiques pour soutenir un scrutin législatif et présidentiel en 2018, écrit Le Monde. Pour Rome, l'enjeu est majeur. D'abord parce que c'est la première rencontre de cette ampleur organisée en Italie depuis l'arrivée du gouvernement Conte. La conférence de Palerme sur la Libye a subi un nouveau coup dur avec le départ précipité mardi de la Turquie, outrée d'avoir été exclue d'une réunion dans la matinée. Le vice-président turc Fuat Oktay a préféré claquer la porte de cette conférence, après avoir été tenu à l'écart d'une réunion informelle des principaux acteurs de la crise libyenne, qui s'est tenue en marge de la conférence. Toute réunion qui exclut la Turquie ne peut être que contre-productive, a dit Oktay, dont le pays joue pourtant un rôle clé dans la crise libyenne. Cet accès de colère de la Turquie, qui s'est dite «profondément déçue», s'ajoute au mauvais départ de cette conférence qui s'est ouverte lundi soir, boycottée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est de la Libye. Ce dernier s'est bien rendu en Sicile, mais en précisant qu'il était hors de question qu'il participe à cette conférence. Il a toutefois accepté de rencontrer plusieurs acteurs nationaux et internationaux en Libye, lors d'une réunion hier. Placée sous la présidence du chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, elle a rassemblé, outre M. Haftar, le président égyptien Abdel Fattah al Sissi, le chef du gouvernement d'union nationale internationalement reconnu, Fayez al-Sarraj, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le Premier ministre russe Dimitri Medvedev, le président tunisien Beji Caïd Essebsi, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, l'émissaire des Nations unies pour la Libye Ghassan Salamé et le président du Conseil européen Donald Tusk. Le maréchal Haftar, qui a volé la vedette à tous les autres participants à ce rendez-vous, a quitté la Sicile sitôt terminée cette réunion sans attendre la session plénière de la conférence. Nombre de pays, dont le Qatar, l'Arabie saoudite et l'Espagne ont été invités à la conférence.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.