Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 12 - 2018

La onzième édition du Salon Djurdjura du livre, qui a débuté avant-hier au niveau de la bibliothèque principale de la lecture publique de Tizi-Ouzou, a drainé une grande affluence. Les visiteurs, notamment les amoureux de la lecture, les intellectuels et les étudiants étaient au rendez-vous pour découvrir les derniers titres de la littérature locale et nationale exposés au niveau des stands d'une quarantaine de maisons d'éditions présentes sur place.
Après le coup d'envoi de ce Salon qui a été donné par le wali, Abdelhakim Chater en présence de la directrice de la culture, Nabila Goumeziane et une forte délégation de l'exécutif local, les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité de la promotion de la lecture publique qui joue un rôle primordial dans l'évolution du savoir et de la culture dans la société.
Ils ont, à l'occasion, tiré la sonnette d'alarme quant à la régression de la culture de la lecture et du livre, notamment avec la survenue des nouvelles technologies de l'information et de la communication qui continuent à attirer davantage la gente juvénile qui est devenue «accro» à cette tendance technologique.
Dans le même contexte, le wali, Abdelhakim Chater a mis en garde contre la prolifération des réseaux sociaux qui ont relégué au second palier le livre qui doit rester irremplaçable.
A cet effet, il a tenu à lancer son appel visant à encourager la population juvénile et la famille estudiantine de s'approvisionner l'acte de la lecture. «Nous avons constaté que les livres disponibles sur les stands sont destinés à tous les goûts. Des contes, bande dessinée, des livres sur le patrimoine…», précisera une lectrice rencontrée sur place
A préciser qu'en se référant aux statistiques faites par le centre international des études économiques, l'individu algérien lit 10 minutes par an, contrairement à celui européen qui lit 200 heures par an. Par ailleurs, le wali, a affirmé que cette manifestation culturelle qui est devenue une tradition pour la wilaya de Tizi-Ouzou a accueilli une soixantaine d'auteurs et d'écrivains et durant laquelle plusieurs activités culturelles et intellectuelles seront au menu.
Un salon, dira-t-il, qui coïncide avec une date phare à l'histoire de l'Algérie qui est le 11 décembre 1960 où le peuple algérien a déchiré sa volonté farouche d'arracher l'indépendance du colonialisme français.
«Après une année et demi de l'organisation de ces manifestations, le mérite revient aux Algériens qui ont eu leur gain de cause en arrachant l'indépendance du pays», a-t-il dit.
Dans son allocution, la directrice de la culture, Nabila Goumeziane a indiqué que ce salon Djurdjura du livre qui rayonne aujourd'hui à l'échelle nationale, se veut être une occasion pour donner la parole au livre et à l'écriture afin de s'ouvrir à la promotion de la lecture publique. Elle a précisé que cette nouvelle édition qui entre dans le cadre de l'année de l'Amazighité décrétée par l'état, est inscrite pour promouvoir et valoriser la lecture par l'organisation du prix d'écriture intitulé «Ungal» en langue amazighe dont le but d'encourager la production livresque en cette langue devenue officielle depuis février 2016. Ajouté à cela, un autre concours sur le patrimoine historique intitulé : «lieux et mémoire» est programmé durant ce salon au profit des élèves du cycle moyen de la wilaya afin de les inciter sur l'importance de connaître l'histoire et de découvrir nos valeureux hommes et femmes qui ont écrit l'histoire de leur sang. Pour rappel, plusieurs activités sont programmées tout au long de ce Salon qui prendra fin le 15 du mois en cours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.