Les ministres s'impliquent en force    Cinq anciens ministres concernés    Bechar: début du vote dans les zones éparses de la daïra frontalière de Béni-Ounif    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    La constitution 2020 est la priorité du régime    Sans relief    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Nouvelle ruée sur la semoule    Un terroriste libéré au Mali arrêté à Tlemcen    Au moins 69 civils tués dans des attaques au Karabakh    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Sahara occidental: l'ONU appelée à mettre fin à l'occupation marocaine    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Taoufik Makhloufi : «je suis un athlète propre»    Reprise des entraînements samedi à Tizi Ouzou    Soumana prêté une saison au NC Magra    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Les joueurs recrutés pas encore enregistrés    "Le Mouloudia est victime d'un conflit d'intérêt"    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Remets tes savates, ça chlingue !    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Le référendum sur l'amendement de la Constitution, une consécration de la volonté populaire    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    Bouira : La rupture avec les anciennes pratiques n'est pas pour demain !    La consécration du projet de révision constitutionnelle, premier jalon dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    Jijel: raccordement au réseau du gaz naturel de 395 foyers    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Panamera délivre, désormais, jusqu'à 700 chevaux    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Protection civile s'explique sur la mort du jeune Ayache Mahdjoubi: Pourquoi l'opération de sauvetage n'a pas réussi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 12 - 2018

Le jeune Ayache Mahdjoubi, tombé il y a sept jours dans un puits artésien est décédé. Les éléments de la Protection civile sur place, tentent de repêcher le corps, noyé par la montée des eaux des nappes.
Ayache Mahdjoubi, 26 ans, est tombé dans un puits artésien de 35 mètres de profondeur, dans le village d'Oum Cheml, dans la commune d'El Houamed, à 75 km au Sud-ouest de M'sila. Il est resté coincé à l'intérieur du puits de 35 cm de large, sans que les équipes de secours, composées de la protection civile aidée par la population locale, n'aient pu l'en extraire. Les eaux profondes encerclant le tube, qui ont englouti Ayache, lui ont été fatales. Selon la Protection civile, la mort du jeune homme date de deux jours. Les tentatives de la Protection civile ont toute été vaines. Forage et pompage n'ont pas donné les résultats escomptés. Chose qui a soulevé des interrogations, notamment sur les réseaux sociaux, sur l'échec de l'opération de sauvetage d'Ayache, ainsi que sur les moyens et les techniques utilisés par les services de la Protection civile, réputée par son professionnalisme. La Protection civile a estimé que le décès d'Ayache ne représente pas un échec de ses éléments, qui focalisent leurs efforts, désormais, sur le repêchage du corps. Contacté par nos soins, le chargé de la communication à la DGPC, le capitaine Nassim Bernaoui, a affirmé que la Protection civile a tout mis en place pour réussir l'opération de sauvetage, rappelant que ce corps a été certifié aux normes internationales. Hélas, les conditions n'ont pas été très favorables, et les risques du glissement du terrain ont porté préjudice à cette opération. «Le sauvetage de la victime s'est transformé en une opération de recherche du corps», a-t-il souligné. Les circonstances dans lesquelles se déroule l'opération sont «compliquées», a précisé Bernaoui. Répondant aux critiques émanant, notamment, des internautes, notre interlocuteur a expliqué que «La protection civile a mis en place les moyens modernes (équipements techniques, caméra thermique, infrarouge, oxygène) pour pouvoir porter secours à ce jeune homme. Cependant, les conditions n'ont pas été favorables», a-t-il déploré. Et d'ajouter : «Ceux qui nous critiquent n'ont pas des connaissances techniques dans ce genre d'opération». Les travaux d'excavation ont atteint, samedi, une profondeur de 26 mètres. Hélas, il y a eu une remontée importante d'eau des nappes, qui a submergé le tube où il avait glissé, à hauteur de 22 à 23 mètres. Arrivé à cette distance, de l'eau et de la boue sortait du forage, ce qui a porté à croire que la victime est décédée. «Il reste seulement à repêcher le corps pour le confirmer». Notre interlocuteur a affirmé qu'on a alimenté le défunt par oxygène, au fur et à mesure que l'opération se déroulait, et qu'on a parlé avec lui, afin de le maintenir conscient. «Il faut savoir que le puits était très profond, et de 36 cm de largeur seulement. La victime était dans une position très délicate ne lui permettant pas de bouger. Avec les températures qui baissent très vite la nuit, nous avons consenti nos efforts sur le forage, ce qui augmenté le risque de faire glisser encore plus bas la victime», a-t-il souligné. Bernaoui a souligné qu'il s'agit d'une opération unique en son genre, vu qu'il s'agissait d'une personne adulte, expliquant que s'il était question d'un enfant, la situation aurait été autre.
Le wali de M'sila repoussé par les citoyens
Par ailleurs, le cas Ayache a suscité une vague de solidarité de la population locale et parmi de nombreux algériens sur les réseaux sociaux. Les autorités de la wilaya de M'Sila ont été très critiquées. Elles sont accusées de ne pas avoir mobilisé suffisamment de moyens pour l'opération de sauvetage. Hadj Mokdad, wali de M'sila, s'est résolu à s'y rendre dans la zone, une deuxième fois. Sur place, le responsable a essuyé une série d'insultes. Sa voiture a été même été caillassée. Car, pour les citoyens, il a surtout brillé par son absence. Eploré, le frère de la victime a imputé l'échec de l'opération de sauvetage au wali. Malgré l'onde de choc de l'annonce, l'élan de solidarité ne s'est pas affaibli. A l'heure actuelle, toutes les équipes sur place, officielles ou volontaires, continuent de travailler sur les lieux de l'incident, dans l'espoir de repêcher le corps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.