Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Sit-in des avocats devant le palais de justice    Sidi Saïd plus que jamais indésirable    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    «La rue doit maintenir la pression»    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    La fin des anneaux de Jupiter    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Le groupe Benamor se disculpe    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Le monde entier a exprimé son immense douleur !    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Protection civile s'explique sur la mort du jeune Ayache Mahdjoubi: Pourquoi l'opération de sauvetage n'a pas réussi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 12 - 2018

Le jeune Ayache Mahdjoubi, tombé il y a sept jours dans un puits artésien est décédé. Les éléments de la Protection civile sur place, tentent de repêcher le corps, noyé par la montée des eaux des nappes.
Ayache Mahdjoubi, 26 ans, est tombé dans un puits artésien de 35 mètres de profondeur, dans le village d'Oum Cheml, dans la commune d'El Houamed, à 75 km au Sud-ouest de M'sila. Il est resté coincé à l'intérieur du puits de 35 cm de large, sans que les équipes de secours, composées de la protection civile aidée par la population locale, n'aient pu l'en extraire. Les eaux profondes encerclant le tube, qui ont englouti Ayache, lui ont été fatales. Selon la Protection civile, la mort du jeune homme date de deux jours. Les tentatives de la Protection civile ont toute été vaines. Forage et pompage n'ont pas donné les résultats escomptés. Chose qui a soulevé des interrogations, notamment sur les réseaux sociaux, sur l'échec de l'opération de sauvetage d'Ayache, ainsi que sur les moyens et les techniques utilisés par les services de la Protection civile, réputée par son professionnalisme. La Protection civile a estimé que le décès d'Ayache ne représente pas un échec de ses éléments, qui focalisent leurs efforts, désormais, sur le repêchage du corps. Contacté par nos soins, le chargé de la communication à la DGPC, le capitaine Nassim Bernaoui, a affirmé que la Protection civile a tout mis en place pour réussir l'opération de sauvetage, rappelant que ce corps a été certifié aux normes internationales. Hélas, les conditions n'ont pas été très favorables, et les risques du glissement du terrain ont porté préjudice à cette opération. «Le sauvetage de la victime s'est transformé en une opération de recherche du corps», a-t-il souligné. Les circonstances dans lesquelles se déroule l'opération sont «compliquées», a précisé Bernaoui. Répondant aux critiques émanant, notamment, des internautes, notre interlocuteur a expliqué que «La protection civile a mis en place les moyens modernes (équipements techniques, caméra thermique, infrarouge, oxygène) pour pouvoir porter secours à ce jeune homme. Cependant, les conditions n'ont pas été favorables», a-t-il déploré. Et d'ajouter : «Ceux qui nous critiquent n'ont pas des connaissances techniques dans ce genre d'opération». Les travaux d'excavation ont atteint, samedi, une profondeur de 26 mètres. Hélas, il y a eu une remontée importante d'eau des nappes, qui a submergé le tube où il avait glissé, à hauteur de 22 à 23 mètres. Arrivé à cette distance, de l'eau et de la boue sortait du forage, ce qui a porté à croire que la victime est décédée. «Il reste seulement à repêcher le corps pour le confirmer». Notre interlocuteur a affirmé qu'on a alimenté le défunt par oxygène, au fur et à mesure que l'opération se déroulait, et qu'on a parlé avec lui, afin de le maintenir conscient. «Il faut savoir que le puits était très profond, et de 36 cm de largeur seulement. La victime était dans une position très délicate ne lui permettant pas de bouger. Avec les températures qui baissent très vite la nuit, nous avons consenti nos efforts sur le forage, ce qui augmenté le risque de faire glisser encore plus bas la victime», a-t-il souligné. Bernaoui a souligné qu'il s'agit d'une opération unique en son genre, vu qu'il s'agissait d'une personne adulte, expliquant que s'il était question d'un enfant, la situation aurait été autre.
Le wali de M'sila repoussé par les citoyens
Par ailleurs, le cas Ayache a suscité une vague de solidarité de la population locale et parmi de nombreux algériens sur les réseaux sociaux. Les autorités de la wilaya de M'Sila ont été très critiquées. Elles sont accusées de ne pas avoir mobilisé suffisamment de moyens pour l'opération de sauvetage. Hadj Mokdad, wali de M'sila, s'est résolu à s'y rendre dans la zone, une deuxième fois. Sur place, le responsable a essuyé une série d'insultes. Sa voiture a été même été caillassée. Car, pour les citoyens, il a surtout brillé par son absence. Eploré, le frère de la victime a imputé l'échec de l'opération de sauvetage au wali. Malgré l'onde de choc de l'annonce, l'élan de solidarité ne s'est pas affaibli. A l'heure actuelle, toutes les équipes sur place, officielles ou volontaires, continuent de travailler sur les lieux de l'incident, dans l'espoir de repêcher le corps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.