Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Intersyndicale de l'éducation se réunira aujourd'hui: Les modalités de la grève seront fixées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 01 - 2019

L'intersyndicale composée du Cnapeste, Unpef, Cla, Satef, Snapest et SNTE, décidera d'un plan d'action de protestation, et fixera les modalités et les dates de cette grève
Le secteur de l'éducation risque la paralysie. Une grève sera décidée aujourd'hui, par les six formations syndicales composant l'intersyndicale qui tiendra sa réunion à 10H, au siège de l'UNPEF à Alger.
L'intersyndicale composée du Cnapeste, Unpef, Cla, Satef, Snapest et SNTE, décidera d'un plan d'action de protestation, et fixera les modalités et les dates de cette grève. En dépit des déclarations faites hier, par la ministre de la tutelle, Nouria Benghebrit, où elle a qualifié d'«apaisée» ses relations avec les partenaires sociaux, ces syndicats optent pour l'escalade. Contredisant les propos de Benghebrit, le coordinateur national du Snapest, Méziane Mériane, a expliqué que «si c'était le cas, je ne vois pas l'intérêt de se retirer de la Charte d'Ethique et de déontologie, en raison du non respect des engagements pris par la tutelle». Et d'ajouter : «non, notre relation n'est pas apaisée, contrairement à ce qu'a affirmé Benghebrit». Reprochant à la ministre de prendre des décisions unilatérales, notre interlocuteur a souligné que les mêmes problèmes persistent dans le secteur. «Les conflits régionaux ne sont toujours pas résolus, les commissions mixtes pas établies, les lacunes subsistent au niveau des académies, c'est parce' que la tutelle ne nous écoute pas et ne prête pas attention à nos doléances», a-t-il affirmé. Pour lui, la réunion que tiendra l'intersyndicale aujourd'hui sera une réponse à Benghebrit. Cette réunion tracera, selon lui, les actions à entreprendre dans le cadre d'un mouvement de protestation. «Lors de cette rencontre, nous allons décider de la forme de protestation qu'on devra entreprendre dans le cadre de l'intersyndicale. Une grève cyclique n'est pas à écarter», a-t-il fait savoir.
Boualem Amoura, président du Satef, a, de son coté, assuré que les syndicats sont décidés à faire la grève, et la réunion d'aujourd'hui permettra de fixer les modalités et les dates de cette action. Il s'est par la suite, interrogé sur l'intérêt de la ministre de tenir de tels propos, à la veille de la rencontre de l'intersyndicale. «C'est une déclaration pour la consommation médiatique, sinon, pourquoi avoir attendu la veille de la réunion de l'intersyndicale pour la faire, alors que Benghebrit n'a pas donné signe de vie depuis notre retrait collectif de la Charte, le 23 septembre dernier», a-t-il expliqué. Selon lui, il s'agit d'un rappel à l'ordre que la ministre aurait essuyé, après avoir coupé tout dialogue avec ses partenaires sociaux. «Il faut savoir déjà, que c'est la ministre qui a transgressé la Charte, par le non respect de ces engagements, et ne pas avoir consulté les syndicats avant de prendre des décisions», a-t-il avancé. Commentant l'argument de Benghebrit, selon lequel les syndicats «n'ont déposé aucun préavis au niveau du ministère», Amoura lui a rappelé que les syndicats ne peuvent pas tenir une grève avant de réunir leurs conseils nationaux, et puis se concerter dans le cadre de l'intersyndicale pour décider d'une action commune. Notre interlocuteur s'est dit prêt à engager des discussions «sérieuses» avec la ministre de l'éducation. «Si Benghebrit veut l'accalmie, on est prêt à entreprendre des discussions sérieuses avec elle. La ministre aura beaucoup à gagner si elle s'engage à travailler avec ses partenaires sociaux», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.