Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Intersyndicale de l'éducation se réunira aujourd'hui: Les modalités de la grève seront fixées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 01 - 2019

L'intersyndicale composée du Cnapeste, Unpef, Cla, Satef, Snapest et SNTE, décidera d'un plan d'action de protestation, et fixera les modalités et les dates de cette grève
Le secteur de l'éducation risque la paralysie. Une grève sera décidée aujourd'hui, par les six formations syndicales composant l'intersyndicale qui tiendra sa réunion à 10H, au siège de l'UNPEF à Alger.
L'intersyndicale composée du Cnapeste, Unpef, Cla, Satef, Snapest et SNTE, décidera d'un plan d'action de protestation, et fixera les modalités et les dates de cette grève. En dépit des déclarations faites hier, par la ministre de la tutelle, Nouria Benghebrit, où elle a qualifié d'«apaisée» ses relations avec les partenaires sociaux, ces syndicats optent pour l'escalade. Contredisant les propos de Benghebrit, le coordinateur national du Snapest, Méziane Mériane, a expliqué que «si c'était le cas, je ne vois pas l'intérêt de se retirer de la Charte d'Ethique et de déontologie, en raison du non respect des engagements pris par la tutelle». Et d'ajouter : «non, notre relation n'est pas apaisée, contrairement à ce qu'a affirmé Benghebrit». Reprochant à la ministre de prendre des décisions unilatérales, notre interlocuteur a souligné que les mêmes problèmes persistent dans le secteur. «Les conflits régionaux ne sont toujours pas résolus, les commissions mixtes pas établies, les lacunes subsistent au niveau des académies, c'est parce' que la tutelle ne nous écoute pas et ne prête pas attention à nos doléances», a-t-il affirmé. Pour lui, la réunion que tiendra l'intersyndicale aujourd'hui sera une réponse à Benghebrit. Cette réunion tracera, selon lui, les actions à entreprendre dans le cadre d'un mouvement de protestation. «Lors de cette rencontre, nous allons décider de la forme de protestation qu'on devra entreprendre dans le cadre de l'intersyndicale. Une grève cyclique n'est pas à écarter», a-t-il fait savoir.
Boualem Amoura, président du Satef, a, de son coté, assuré que les syndicats sont décidés à faire la grève, et la réunion d'aujourd'hui permettra de fixer les modalités et les dates de cette action. Il s'est par la suite, interrogé sur l'intérêt de la ministre de tenir de tels propos, à la veille de la rencontre de l'intersyndicale. «C'est une déclaration pour la consommation médiatique, sinon, pourquoi avoir attendu la veille de la réunion de l'intersyndicale pour la faire, alors que Benghebrit n'a pas donné signe de vie depuis notre retrait collectif de la Charte, le 23 septembre dernier», a-t-il expliqué. Selon lui, il s'agit d'un rappel à l'ordre que la ministre aurait essuyé, après avoir coupé tout dialogue avec ses partenaires sociaux. «Il faut savoir déjà, que c'est la ministre qui a transgressé la Charte, par le non respect de ces engagements, et ne pas avoir consulté les syndicats avant de prendre des décisions», a-t-il avancé. Commentant l'argument de Benghebrit, selon lequel les syndicats «n'ont déposé aucun préavis au niveau du ministère», Amoura lui a rappelé que les syndicats ne peuvent pas tenir une grève avant de réunir leurs conseils nationaux, et puis se concerter dans le cadre de l'intersyndicale pour décider d'une action commune. Notre interlocuteur s'est dit prêt à engager des discussions «sérieuses» avec la ministre de l'éducation. «Si Benghebrit veut l'accalmie, on est prêt à entreprendre des discussions sérieuses avec elle. La ministre aura beaucoup à gagner si elle s'engage à travailler avec ses partenaires sociaux», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.