«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FFS : vers le rejet de la présidentielle
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 01 - 2019

Le Front des forces socialistes (FFS), réunira son conseil national les 25 et 26 janvier. A l'issue des débats qui se poursuivront durant les deux jours, le plus vieux parti de l'opposition se prononcera sur l'élection présidentielle.
Après un long silence qui lui a valu des critiques, surtout qu'il a toujours expliqué que la présidentielle ne constituait pas une priorité, le FFS peut finalement être le premier parti à s'exprimer clairement sur cette échéance. Sinon, lors de cette réunion, « il est question d'étudier la situation politique du pays et d'approfondir le débat sur les questions de l'heure, notamment la présidentielle », explique Jugurtha Abbou, secrétaire national chargé à l'information, qui confirme la date des 25 et 26 du mois en cours. Selon notre interlocuteur, la commission stratégie politique du CN est à pied d'œuvre sur ce plan. Les membres de cette commission ont pour mission de « présenter tous les éléments du débat » à l'issue duquel, « il y aura une résolution de la position du FFS ».
Mais que décidera finalement le parti cher au défunt Hocine Aït Ahmed ? Le porte-parole du FFS estime que la question relève de la souveraineté du CN. Toutefois, ce qui est sûr c'est que la ligne du parti restera inviolable. « Le FFS ne changera pas de cap politique et ne déviera pas de sa ligne », insiste Jugurtha Abbou qui assure que quelque soient les circonstances, le parti « gardera son autonomie de décision malgré les tentatives de déstabilisation qui prouvent que le FFS dérange de par sa ligne et ses positions vis-à-vis du pouvoir ». Il est clair que la tenue du conseil national du FFS interviendra après la convocation du corps électoral. Ce qui lui permettra d'avoir tous les éléments, dont la candidature ou pas du Président Bouteflika, pour prendre la bonne décision. Cependant, pour le parti, la question de la présidentielle ne se limite pas aux personnes. « La question est de savoir si on va vers une élection ouverte ou fermée », explique à ce sujet notre interlocuteur, regrettant qu'à présent, « tous les ingrédients font que l'élection prochaine sera fermée ». « C'est la pérennité du système et le statuquo », fera-t-il remarquer.
Mais, tout porte à croire que le FFS va droit vers le rejet de l'élection présidentielle, à travers un boycott actif même. Dans les coulisses du plus vieux parti de l'opposition, notamment la commission stratégie politique, l'étude de la situation concorde avec cette idée de rejet. Laquelle idée est renforcée par le discours radical qu'a retrouvé le parti avec la nouvelle direction nationale élue à l'occasion du congrès extraordinaire d'avril 2018. Lors du dernier conseil national tenu en octobre 2018, le FFS, rappelle-t-on, avait plaidé pour un changement du système, non pas un changement dans le système. Le fait qu'il ne se soit pas immiscé dans le débat politique depuis, notamment avec la multiplication des initiatives plaidant pour le report de l'élection, le prolongement du mandat ou l'organisation d'une conférence nationale inclusive, n'était pas finalement une fatalité. Le FFS semble désormais avoir bien mûri sa position, en prenant en compte tous les éléments.
Se dirige-t-on pourtant vers la même position adoptée en 2014 lorsque le parti avait estimé que « participer est inconcevable » et que « l'option du boycott, même si elle était respectable, ne constituait pas à elle seule une alternative » ? Il semblerait que cette fois-ci, le FFS qui, selon ses responsables « ne veut aucunement s'inscrire dans l'agenda du pouvoir », soit prêt à aller au-delà du simple ‘'ni-ni'' ou du boycott passif. Son rejet de la présidentielle pourrait se traduire dans ce cas par une campagne de terrain pour appeler les algériens à bouder les urnes et par un désengagement massif des élus locaux de l'opération de préparation du vote.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.