Barça : Messi reprend l'entrainement avec le groupe    Bonnes perspectives en gaz et électricité    DIALOGUE NATIONAL : Le panel s'engage à rencontrer la société civile    «Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    «L'investissement est ouvert au privé»    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Guterres profondément préoccupé par la situation dans le Nord-Ouest    Jeux militaires de Russie : l'Algérie décroche la 6e place    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    Sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas    SAISON ESTIVALE : 17 morts par noyade à Mostaganem    PELERINAGE 2019 : 22 Algériens décédés depuis le début du Hadj    Crime odieux sur un jeune homme à El Matmar    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    "La mission du panel est de diviser le hirak"    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    La hantise des conducteurs    L'armée face à une situation sécuritaire de plus en plus préoccupante    Farès opéré avec succès    Une jeune fille fait une chute du 5e étage à Haï Essalem    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Trop de questions (2)    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Bensalah réitère son appel au dialogue    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    Tébessa, El-Tarf: De nouveau des routes coupées à cause de l'eau    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    ZLECAF : Nécessité de saisir les opportunités au profit de l'économie nationale    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à l'option du cinquième mandat de Bouteflika.. L'opposition tente de nouvelles initiatives
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 02 - 2019

Alors que le retrait du président de Talai El Hourriyet, Ali Benflis et du président du MSP, Abderrazak Makri, de la course n'est pas exclu, d'autres acteurs politiques comptent lancer des consultations, pour aboutir à une position commune de l'opposition.
Les partis de l'opposition ne se découragent pas quant à l'issue de leurs initiatives, bien qu'il ne reste que moins de trois mois pour l'élection présidentielle du 18 avril prochain.
Contrariés par l'annonce de la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat, plusieurs partis lancent des initiatives afin de faire face à la situation. Alors que le retrait du président de Talai El Hourriyet, Ali Benflis et du président du MSP, Abderrazak Makri, de la course n'est pas exclu, d'autres acteurs politiques comptent lancer des consultations, pour aboutir à une position commune de l'opposition. Abdallah Djabbalah, président du Front de la justice et du développement (FJD), pense que la seule solution qui reste à l'opposition est de présenter un candidat unique à l'élection. Comment ? Il compte entamer une série de consultations avec des personnalités et des partis sérieux, dont Ali Benflis, Ali Ghediri et Abderrazak Makri, tous les trois des candidats qui se réclament de l'opposition, en vue de dégager un consensus. «Les membres du Madjliss Echoura du parti ont voulu que je me présente à la présidentielle, mais je me suis excusé. C'est alors qu'ont été prises les décisions de ne pas participer, et d'entamer des discussions avec l'opposition sérieuse, partis ou personnalités, afin de dégager un consensus sur un candidat unique», a-t-il expliqué sur TSA. «Ma conviction est qu'il faut une position commune, car seul le peuple peut retirer la légitimité au gouvernant, à supposer qu'il l'ait élu par le passé. Il est difficile de faire partir le lobby qui détient le pouvoir aujourd'hui avec une multitude de candidatures. Cela lui donnerait l'occasion d'arranger les résultats de l'élection en sa faveur, puis expliquer la victoire de son candidat par l'éparpillement des voix de l'opposition», a-t-il ajouté. Dans le même sillage de la présidentielle, le RCD, qui a décidé de boycotter l'élection, compte lancer une initiative pour rassembler les partis autour de l'impératif d'un nouveau départ. Dans la résolution du conseil national du parti tenu le 1er février, le RCD a annoncé que son secrétariat national est chargé de «finaliser un appel en vue d'un rassemblement le plus large, afin de mobiliser les citoyens et les forces vives du pays, autour de l'impératif d'un nouveau départ».
Quel nouveau départ ?
«Un départ qui restitue la parole au peuple dans un Etat où la liberté, la sécurité, l'égalité en droits et l'égalité des chances ne relèvent plus d'un mythe», a souligné le parti de Mohcine Belabbas, après avoir soutenu que «l'impasse historique du système politique qui régente le pays depuis 1962 ne doit pas déboucher sur le chaos». Mais pour le RCD, il importe avant tout de refuser la reconduction du statu quo, ou de valider un rapport de force de circonstance dans un système en crise structurelle. «Présentement, la déliquescence institutionnelle et le délabrement social excluent toute mobilisation en faveur d'une refondation libérée, aussi bien des considérations étroites des clans que des chapelles politiques qui ont mené le pays vers l'abîme. Aucune candidature, aucune personnalité, aucun parti seul n'est à même de pouvoir redresser la situation», estime le RCD. L'autre initiative des partis de l'opposition est à inscrire à l'actif du FFS qui, lui aussi, a décidé de boycotter la présidentielle. Le parti, qui considère que les conditions d'une élection démocratique, libre, honnête et transparente, à trois mois de la tenue du prochain scrutin présidentiel ne sont pas réunies, a décidé de ne pas présenter de candidat, et de ne soutenir aucun candidat. Appelant la population à boycotter activement, massivement et pacifiquement le scrutin, le plus vieux parti de l'opposition a décidé, en outre, de «poursuivre et à intensifier sa campagne de mobilisation en direction des Algériens et des Algériennes et des forces vives de la nation, pour imposer au régime une alternative démocratique et sociale qui mettra fin au système actuel anti-démocratique et anti-social sans perspective de sortie de crise». Il affirme qu'il continuera son combat pour la reconstruction d'un consensus national et populaire autour de l'élection d'une Assemblée Nationale Constituante, et l'avènement de la 2e République, fondée sur un Etat de droit et les principes universels de la démocratie. La question qui se pose est de savoir où mèneront toutes ces initiatives des partis de l'opposition, à mois de trois mois de la présidentielle ? Toutes les initiatives de cette opposition ont été vouées à l'échec dans le passé. Vont-elles alors aboutir à quelque chose de concret cette fois-ci ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.