Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à l'option du cinquième mandat de Bouteflika.. L'opposition tente de nouvelles initiatives
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 02 - 2019

Alors que le retrait du président de Talai El Hourriyet, Ali Benflis et du président du MSP, Abderrazak Makri, de la course n'est pas exclu, d'autres acteurs politiques comptent lancer des consultations, pour aboutir à une position commune de l'opposition.
Les partis de l'opposition ne se découragent pas quant à l'issue de leurs initiatives, bien qu'il ne reste que moins de trois mois pour l'élection présidentielle du 18 avril prochain.
Contrariés par l'annonce de la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat, plusieurs partis lancent des initiatives afin de faire face à la situation. Alors que le retrait du président de Talai El Hourriyet, Ali Benflis et du président du MSP, Abderrazak Makri, de la course n'est pas exclu, d'autres acteurs politiques comptent lancer des consultations, pour aboutir à une position commune de l'opposition. Abdallah Djabbalah, président du Front de la justice et du développement (FJD), pense que la seule solution qui reste à l'opposition est de présenter un candidat unique à l'élection. Comment ? Il compte entamer une série de consultations avec des personnalités et des partis sérieux, dont Ali Benflis, Ali Ghediri et Abderrazak Makri, tous les trois des candidats qui se réclament de l'opposition, en vue de dégager un consensus. «Les membres du Madjliss Echoura du parti ont voulu que je me présente à la présidentielle, mais je me suis excusé. C'est alors qu'ont été prises les décisions de ne pas participer, et d'entamer des discussions avec l'opposition sérieuse, partis ou personnalités, afin de dégager un consensus sur un candidat unique», a-t-il expliqué sur TSA. «Ma conviction est qu'il faut une position commune, car seul le peuple peut retirer la légitimité au gouvernant, à supposer qu'il l'ait élu par le passé. Il est difficile de faire partir le lobby qui détient le pouvoir aujourd'hui avec une multitude de candidatures. Cela lui donnerait l'occasion d'arranger les résultats de l'élection en sa faveur, puis expliquer la victoire de son candidat par l'éparpillement des voix de l'opposition», a-t-il ajouté. Dans le même sillage de la présidentielle, le RCD, qui a décidé de boycotter l'élection, compte lancer une initiative pour rassembler les partis autour de l'impératif d'un nouveau départ. Dans la résolution du conseil national du parti tenu le 1er février, le RCD a annoncé que son secrétariat national est chargé de «finaliser un appel en vue d'un rassemblement le plus large, afin de mobiliser les citoyens et les forces vives du pays, autour de l'impératif d'un nouveau départ».
Quel nouveau départ ?
«Un départ qui restitue la parole au peuple dans un Etat où la liberté, la sécurité, l'égalité en droits et l'égalité des chances ne relèvent plus d'un mythe», a souligné le parti de Mohcine Belabbas, après avoir soutenu que «l'impasse historique du système politique qui régente le pays depuis 1962 ne doit pas déboucher sur le chaos». Mais pour le RCD, il importe avant tout de refuser la reconduction du statu quo, ou de valider un rapport de force de circonstance dans un système en crise structurelle. «Présentement, la déliquescence institutionnelle et le délabrement social excluent toute mobilisation en faveur d'une refondation libérée, aussi bien des considérations étroites des clans que des chapelles politiques qui ont mené le pays vers l'abîme. Aucune candidature, aucune personnalité, aucun parti seul n'est à même de pouvoir redresser la situation», estime le RCD. L'autre initiative des partis de l'opposition est à inscrire à l'actif du FFS qui, lui aussi, a décidé de boycotter la présidentielle. Le parti, qui considère que les conditions d'une élection démocratique, libre, honnête et transparente, à trois mois de la tenue du prochain scrutin présidentiel ne sont pas réunies, a décidé de ne pas présenter de candidat, et de ne soutenir aucun candidat. Appelant la population à boycotter activement, massivement et pacifiquement le scrutin, le plus vieux parti de l'opposition a décidé, en outre, de «poursuivre et à intensifier sa campagne de mobilisation en direction des Algériens et des Algériennes et des forces vives de la nation, pour imposer au régime une alternative démocratique et sociale qui mettra fin au système actuel anti-démocratique et anti-social sans perspective de sortie de crise». Il affirme qu'il continuera son combat pour la reconstruction d'un consensus national et populaire autour de l'élection d'une Assemblée Nationale Constituante, et l'avènement de la 2e République, fondée sur un Etat de droit et les principes universels de la démocratie. La question qui se pose est de savoir où mèneront toutes ces initiatives des partis de l'opposition, à mois de trois mois de la présidentielle ? Toutes les initiatives de cette opposition ont été vouées à l'échec dans le passé. Vont-elles alors aboutir à quelque chose de concret cette fois-ci ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.