Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    Les importations en légère baisse    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Faux indices contre réalité    La FAF dénonce le comportement de Raouraoua    L'Algérien Youcef Rihane éliminé au deuxième tour    Le leader en péril à Sétif, duels à couteaux tirés en bas du tableau    La préparation du match contre la JSK perturbée    Madagascar et l'Ouganda au programme du Kenya    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    «Le théâtre en tout lieu et temps»    Des vents forts sur plusieurs wilayas du sud du pays    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    L'UNICEF lance une campagne de sensibilisation sur l'importance des vaccins    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Installation des commissions de candidatures et de recours    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    De l'immigration clandestine en question    Transfert illégal de devises : une bande démantelée    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec un dispositif sécuritaire renforcé.. La capitale quadrillée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 03 - 2019

Durant toute la journée d'hier, dernier délai de dépôt des dossiers de candidature pour l'élection présidentielle, un dispositif sécuritaire impressionnant a été déployé dans tous les quartiers de la capitale. Pour sécuriser d'une part les opérations de dépôt des dossiers de candidature et d'autre part contenir les manifestations des étudiants contre le cinquième mandat du président sortant Abdelaziz Bouteflika, les forces de l'ordre ont accompli un travail titanesque. À l'est d'Alger, précisément à Bab Ezzouar, les forces de la Gendarmerie nationale ont été déployées au moment où des milliers d'étudiants manifestaient. A quelques kilomètres, les gendarmes ont bloqué, vers 13h, la circulation vers Alger et se sont déployés sur l'autoroute, plus exactement au niveau du quartier les Bananiers, et aussi du côté du cimetière El-Alia.
Ces derniers ont pu empêcher les milliers d'étudiants d'atteindre Alger-Centre. Un peu plus loin, un dispositif renforcé de la police anti-émeute a été déployé également dans différents points à El Harrach qui ont connu un important mouvement de protestation. La mission des forces de l'ordre était plus complexe du côté de Ben Aknoun où les étudiants de la faculté de droit Benyoucef Benkhedda et de la faculté de médecine ont tenté de marcher vers le Conseil constitutionnel. Mais les éléments de la police, soutenus par les forces antiémeute, les ont empêchés en usant de jets d'eau chaude pour les disperser. Idem à l'Institut de journalisme ITFC où un important dispositif policier a pu empêcher les étudiants qui manifestaient de franchir les portes de la faculté. Sur place, les forces de l'ordre ont fermé les accès qui mènent vers le Conseil constitutionnel, notamment ceux menant vers le Val d'Hydra et vers la faculté de médecine à Ben Aknoun.
Des dizaines de fourgons de police ont été stationnés tout au long de cet axe routier et des dizaines de policiers y étaient déployés. En effet, les forces de sécurité ne voulaient pas avoir la surprise d'une éventuelle manifestation en vue de perturber les candidats à la candidature de déposer son dossier. Un dispositif sécuritaire a été déployé autour du Conseil constitutionnel. La route longeant cette institution a été quasiment fermée aux piétons et aux automobilistes. Dès l'aube, les services de sécurité avaient pris place, bouclant complètement le périmètre, laissant parfois passer certains automobilistes et fonctionnaires relevant de différentes institutions telles que le Haut Conseil islamique, la Cour suprême ainsi que la Direction générale des établissements pénitentiaires. Un bouclage qui a pris fin vers le début de la journée après les heures de pointe. Il faut noter que le même dispositif sécuritaire s'était poursuivi jusqu'à une heure tardive de la soirée, sachant que le délai de dépôt devait s'achever à minuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.