Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé à Oued Fodda    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lakhdar Brahimi : «Le départ de tout le régime prendra du temps»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 03 - 2019

L'ancien diplomate, Lakhdar Brahimi, s'est prêté hier, aux questions de la télévision nationale concernant les derniers développements sur la scène politique nationale, à savoir les manifestations populaires et les décisions du chef de l'Etat. «Des fautes ont été commises dans le passé lointain et proche, et le dialogue entre les parties n'était pas à la hauteur».
«Maintenant, il faut ouvrir un débat, avec un respect mutuel et une tentative de trouver des points communs, pour la construction de la deuxième République», a-t-il affirmé. Brahimi est revenu sur ses rencontres avec les membres des partis de l'alliance présidentielle et ceux de l'opposition. «Je n'ai pas rencontré des milliers de personnes mais juste quelques-unes, du pouvoir et de l'opposition.
Il y a un consensus chez ces personnes pour dire non au cinquième mandat, et non à la tenue des élections le 18 avril», a-t-il dit. La mise en place d'une assemblée constituante a été également évoquée par le diplomate. Il a affirmé que Louisa Hanoune «a demandé à maintes reprises ce que Hocine Ait Ahmed revendiquait depuis 1963, à savoir une assemblée constituante». Cette assemblée «pourra naître à travers des élections, mais ils disent que la loi électorale doit être modifiée.
Alors, organiser les élections avec la loi existante, ou réviser d'abord la loi ?», s'est interrogé le diplomate. La conférence nationale annoncée par Bouteflika devrait mener à «un consensus très large, pas seulement une majorité», a expliqué M. Brahimi, pour qui le président de cette conférence «devra jouir du respect de tous, car il sera l'intermédiaire entre les diverses parties». L'ancien ministre des Affaires étrangères a nié sa désignation comme président de la conférence. «Je ne suis pas à la recherche d'un poste, au contraire, s'il m'était demandé (d'être président de la conférence), j'y verrais un poids et une responsabilité mais, et je dois le dire, ceci est mon pays, et si on me demande et si je suis capable d'offrir quelque chose, pourquoi n'accepterais-je pas ?»
Changement sans précipitation
Pour Lakhdar Brahimi, il y a un consensus sur la nécessité d'un «changement radical». «J'ai dit que je suis optimiste, parce que la plate-forme commune est très large. Nous sommes d'accord sur la nécessité d'un changement, et que celui-ci doit être radical et qu'il faut construire une deuxième république», a-t-il dit à ce sujet. Les réformes, la conférence nationale, le «départ de tout le régime» prendront du temps, a fait comprendre le diplomate. «Le changement immédiat créera un vide constitutionnel, administratif, non, ce n'est pas possible. Il y a le ministère des Finances, il y a l'éducation, des examens, il y a le bac dans deux mois, le pays doit continuer à fonctionner», a-t-il expliqué, ajoutant : «le changement complet est nécessaire, et nous devons tous travailler pour le réaliser, mais avec sagesse, et il faut restaurer la confiance perdue».
«Les discussions seront menées avec toute la célérité possible, mais sans précipitation», a-t-il encore annoncé, comme justifier l'absence d'un calendrier précis pour la période de transition. Les évènements que vit actuellement l'Algérie sont «un grand virage», estime Lakhdar Brahimi, pour qui «les risques sont réels et nombreux» durant cette période, qui est également «une occasion en or».
Invitant à «éviter les erreurs» et à «travailler ensemble pour exploiter cette occasion en or de la meilleure façon», le diplomate avertit qu'il y a «à l'intérieur et à l'extérieur du pays des parties qui attendent pour exploiter la moindre brèche dans le pays». Revenant sur le parallèle fait par Ahmed Ouyahia, entre la situation actuelle en Algérie et le chaos syrien, Lakhdar Brahimi a affirmé que contrairement à ce qui s'est passé en Algérie, où manifestants et policiers ont été pacifiques, «les armes ont été utilisées rapidement en Syrie». Abdelaziz Bouteflika «ne veut pas participer à la construction de la deuxième république», selon Lakhdar Brahimi. Pour lui, «il attend qu'elle se construise pour partir», indique Brahimi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.