Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Le niveau de l'eau en baisse significative    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réactions sur l'application de l'article 102.. Des personnalités s'expriment
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 03 - 2019

Plusieurs personnalités ont réagi à l'appel du général de corps d'armée, Ahmed Gaid Salah, quant à l'application de l'Article 102 de la Constitution. La position annoncée par le général de corps d'armée, Ahmed Gaid Salah, «constitue une réponse à la demande du peuple», a estimé Amar Saâdani, ancien secrétaire général du FLN. Pour Saâdani, cette décision est «conforme à la Constitution, et permet d'éviter au pays d'entrer dans une période de vide constitutionnel», a-t-il ajouté. Et de poursuivre que «c'est une décision constitutionnelle et non un coup d'Etat», affirmant que «les dispositions réglementaires seront intégralement appliquées». Cette décision «permet d'éviter le vide constitutionnel.
Si le président poursuit son mandat jusqu'au 28 avril, nous entrerons dans une période de vide constitutionnel», a-t-il insisté. De cette manière, «l'armée a protégé la Constitution et préservé les institutions de l'Etat pour éviter leur effondrement», a ajouté l'ancien chef du FLN. Pour sa part, l'avocat Farouk Ksentini a affirmé que «le Conseil constitutionnel doit répondre à la demande du général Ahmed Gaid Salah» d'appliquer l'article 102 de la Constitution, qui prévoit la destitution du chef de l'Etat. Selon lui, cet appel «est maintenant» un devoir du Conseil constitutionnel, qui «va sans doute se réunir pour appliquer l'article 102 de la Constitution», a-t-il affirmé. De son côté, le SG de L'UGTA, Abdelmadjid Sidi Said, a apporté hier son soutien à la déclaration du général Gaid Salah. «L'UGTA salue et prend acte de l'appel du chef d'état-major de l'ANP, qui constitue le cadre légal à même de surmonter la crise politique à laquelle est aujourd'hui confronté notre pays», affirme Sidi Said dans un communiqué.
De son côté, l'ancien diplomate et ex- ministre, Abdelaziz Rehabi, a estimé que «l'application de l'article 102 relève de la prise de la souveraineté populaire». Par un post sur sa page Facebook, Rahabi a ajouté que la démarche ne présente aucune garantie de transition démocratique consensuelle, graduelle et apaisée, qui donnera le temps au peuple algerien de s'organiser pour devenir acteur de son destin. Il précise aussi qu'organiser des élections dans les conditions présentes est «une aventure politique, porteuse de sérieuses menaces à la stabilité du pays». La stabilité, affirme-t-il encore, ne peut être garantie que par un Etat de droit, issu d'élections démocratiques.
Pour l'avocat Mustapha Bouchachi, «l'application de l'article 102 de la Constitution est un piège qui ne veut que maintenir le même pouvoir en place». Son application veut dire que les élections seront organisées par le même gouvernement, et l'opposition ne demande pas l'application de ce même article. Le même avocat a réclamé par la suite la mise en place d'une période de transition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.