Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle touche en particulier les enfants.. La pollution de l'air réduit l'espérance de vie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 04 - 2019


La pollution de l'air va amputer l'espérance de vie des enfants nés aujourd'hui dans le monde, de 20 mois en moyenne, et aura les plus graves répercussions en Asie du Sud, selon une étude publiée hier. D'après le rapport sur la Qualité de l'air dans le monde, publié par le Health Effects Institute établi à Boston et l'Université de Colombie britannique, la pollution de l'air est le cinquième facteur de risque de mortalité dans le monde. Elle provoque plus de décès que la malaria, les accidents de la route, la malnutrition ou l'alcool. Mais la «perte d'espérance de vie ne se manifeste pas de manière égale» à travers le monde, ajoutent les auteurs. Celle des enfants d'Asie du Sud est réduite de 30 mois à cause d'un mélange d'air extérieur pollué et d'air nocif à domicile. En Asie de l'Est, la pollution de l'air raccourcira la vie de 23 mois, un chiffre à comparer avec une vingtaine de semaines pour ceux qui sont nés dans les pays développés de l'Asie Pacifique et de l'Amérique du Nord. Si la pollution de l'air était ramenée à des niveaux inférieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'espérance de vie au Bangladesh augmenterait de près de 15 mois, ajoutent les chercheurs, qui fondent leur étude sur des données de 2017. L'Inde, le Pakistan et le Nigeria verraient l'espérance de vie prendre environ un an. Malgré des mesures vigoureuses, la Chine reste le pays où le taux de mortalité dû à la pollution de l'air est le plus élevé du monde, provoquant, en 2017, environ 852.000 décès. Les cinq pays aux plus forts taux de mortalité provoqués par la pollution de l'air se retrouvent tous en Asie, Chine, Inde, Pakistan, Indonésie et Bangladesh.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.