Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Présidentielle : une élection sans candidats    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Chelsea aurait fixé un seuil pour lâcher Hazard au Real Madrid    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Plus de 80 000 élèves attendus aux examens de fin d'année    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Le souci des sans-bourses…    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Pour détournement d'une mineure: Quatre personnes sous les verrous    L'école des gourous    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Facebook supprime trois milliards de comptes    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Al-Khelaïfi ne compte pas quitter    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 04 - 2019

Grand moment de recueillement hier au village d'Ath Allaoua, dans la commune d'Iboudrarène, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Tizi-Ouzou qui a commémoré le 6e anniversaire de la mort des martyrs M'Barek Aït Menguellet, Salah Aït Mohand Saïd et Amar Ould Hamouda au niveau de la stèle érigée en leur honneur sur la route d'Aït Allaoua. Outre la cérémonie de recueillement et du dépôt d'une gerbe de fleurs à la mémoire de ces valeureux martyrs, d'autres activités ont été programmées, notamment des tables rondes. Pour rappel, une nouvelle stèle a été inaugurée dans la même commune d'Iboudrarène, à la mémoire de ces trois figures emblématiques du combat amazigh, mais aussi du mouvement national, en l'occurrence M'barek Aït Menguellet, Amar Ould Hamouda et Salah Aït Mohand-Saïd, en remplacement de celle inaugurée en 2014 et qui a été dégradée.
Ces trois moudjahidine de l'ALN ont été assassinés par des responsables du FLN pour leur activisme berbériste en mars 1956 entre le village de Darna et celui d'Aït Allaoua, dans la commune d'Iboudrarène. «Le 26 mars 1956, M'barek et ses deux amis patriotes Amar Ould Hamouda et le jeune docteur Salah Aït Mohand Saïd furent convoqués au village d'At Ouabane par les colonels Krim Belkacem, Amar Ouamrane et Mohammedi Said ainsi qu'Amer Chikh. Dans un procès où ils n'eurent pas la chance de se défendre, la sentence d'exécution fut prononcée», écrit Ali Yahia Abdennour dans son livre sur le Congrès de la Soummam et dans lequel il a «mis sur un pied d'égalité les messalistes antirévolutionnaires qui venaient de créer un contre-maquis, et les acteurs de la crise de 1949 alors que ces derniers ont répondu à l'appel du 1er Novembre.
«Un tribunal de l'ALN a donc condamné à mort les berbéristes alors qu'ils s'étaient pleinement engagés dans la révolution», a-t-il écrit. «En juin 1956, trois mois après l'assassinat de M'barek Ait Menguellet, le capitaine Bondier bombarda, depuis Tala Ouzrou, la maison d'Amara Ait Menguellet (cousin de M'barek et responsable dans l'Etoile Nord-Africaine). Ne pouvant pas atteindre la demeure de M'barek qu'il avait construite en 1948, l'officier français s'est déplacé jusqu'au village pour détruire la maison d'Ait Menguellet avec des bombes. Mais avant déjà, les militaires ont essayé de l'incendier mais n'y ont pas réussi. Puis, pour s'en débarrasser, ils ont mis un drap blanc sur le toit pour permettre de le cibler à partir du village Ait Ali qui fait face à Ighil Bouamas», avait indiqué dans un témoignage Ouahab Ait Menguellet, actuel maire de Tizi Ouzou et fils de M'barek.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.