Tottenham: le PSG confiant pour Alli    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Naceri à la Cour constitutionnelle    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    Les articles de la discorde    Quelle chance pour la paix ?    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    3 morts dans un accident de la route    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Enfin un gouverneur !    Alger tente de reprendre la main au Sahel    Benkhelifa signe pour trois ans    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Espaces verts, hygiène, AEP, vieux bâti ; éclairage public...: Dix cellules de wilaya pour le suivi de la situation de tous les secteurs    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Bel-Abbés.. Les prix des fruits flambent
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Les vendeurs de fruits chôment à Sidi Bel-Abbés, à cause de la hausse vertigineuse que connaissent les prix durant ces derniers jours, où le simple chef de famille de la classe moyenne ne pourra en aucun cas se permettre un tel luxe. Jamais auparavant les prix des fruits n'ont connu une telle hausse pendant Ramadhan, et c'est le cas pour le nouvel arrivage de fruits de saison, à l'exemple des cerises étalés à 1500da le kilo au marché, les pommes sont cédées à 800da, les pêches à 600da le kilo, idem pour la nèfle. Quant aux oranges en fin de saison, elles sont vendues de 380 à 400da le kilo, les bananes sont plutôt moins chers, vendues de 300 à 350da. Quant aux dattes le fruit essentiel et préféré de ce mois sacré de Ramadhan, elles sont affichées de 700da à 800da. Les prix ont augmenté d'une façon à choquer le consommateur, qui ne fait que confirmer les prix affichés par les vendeurs, refuse d'acheter les fruits même à des petites quantités.
Il revient sur ses pas et tourne le dos aux commerçants, puis il ne cesse de s'interroger sur les raisons pour lesquelles les prix ont augmenté en flèche. Les commerçants se plaignent du fait que pendant cette saison brulante, les fruits risquent de pourrir et causer des pertes énormes, puisque les prix restent très loin du pouvoir d'achat du consommateur privé d'acheter à un tel prix un fruit de saison.
Les vendeurs pointent du doigt les commerçants de gros qui, selon eux, font la loi sur le marché, et cèdent les fruits à des prix trop élevés. Les détaillants alignent sur les prix de gros, et calculent leur marge bénéficiaire en ajoutant quelques dinars pour garder l'équilibre. Le seul perdant dans cette histoire de prix est le consommateur, qui n'arrive pas à joindre les deux bouts, et ne fait que calculer ses petits achats quotidiens des produits alimentaires de base, dont il en a besoin pour assurer à sa famille un besoin fondamental pendant ce mois sacré, loin de tout aliment de luxe devenu de nos jours presque impossible à atteindre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.