Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Bel-Abbés.. Les prix des fruits flambent
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Les vendeurs de fruits chôment à Sidi Bel-Abbés, à cause de la hausse vertigineuse que connaissent les prix durant ces derniers jours, où le simple chef de famille de la classe moyenne ne pourra en aucun cas se permettre un tel luxe. Jamais auparavant les prix des fruits n'ont connu une telle hausse pendant Ramadhan, et c'est le cas pour le nouvel arrivage de fruits de saison, à l'exemple des cerises étalés à 1500da le kilo au marché, les pommes sont cédées à 800da, les pêches à 600da le kilo, idem pour la nèfle. Quant aux oranges en fin de saison, elles sont vendues de 380 à 400da le kilo, les bananes sont plutôt moins chers, vendues de 300 à 350da. Quant aux dattes le fruit essentiel et préféré de ce mois sacré de Ramadhan, elles sont affichées de 700da à 800da. Les prix ont augmenté d'une façon à choquer le consommateur, qui ne fait que confirmer les prix affichés par les vendeurs, refuse d'acheter les fruits même à des petites quantités.
Il revient sur ses pas et tourne le dos aux commerçants, puis il ne cesse de s'interroger sur les raisons pour lesquelles les prix ont augmenté en flèche. Les commerçants se plaignent du fait que pendant cette saison brulante, les fruits risquent de pourrir et causer des pertes énormes, puisque les prix restent très loin du pouvoir d'achat du consommateur privé d'acheter à un tel prix un fruit de saison.
Les vendeurs pointent du doigt les commerçants de gros qui, selon eux, font la loi sur le marché, et cèdent les fruits à des prix trop élevés. Les détaillants alignent sur les prix de gros, et calculent leur marge bénéficiaire en ajoutant quelques dinars pour garder l'équilibre. Le seul perdant dans cette histoire de prix est le consommateur, qui n'arrive pas à joindre les deux bouts, et ne fait que calculer ses petits achats quotidiens des produits alimentaires de base, dont il en a besoin pour assurer à sa famille un besoin fondamental pendant ce mois sacré, loin de tout aliment de luxe devenu de nos jours presque impossible à atteindre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.