Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Aïn Témouchent : démantèlement d'un réseau de trafic de psychotropes    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Un SUV électrique sur les tablettes    Savoir lire les indices d'un pneu    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Zones d'ombre: l'Etat déterminé à concrétiser les projets dans les meilleurs délais    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    Prorogation des promotions au 30 septembre    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Les souscripteurs AADL protestent    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Les non-dits    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Chlef: Mener les projets à bon port    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soupçonnés dans des affaires de corruption.. Des anciens ministres devant le juge d'instruction
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, l'ancien ministre des Finances, Karim Djoudi, l'ancien ministre du Commerce, Amara Benyounes, l'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh, et l'ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane, ont été entendus.
Le mouvement populaire, qui se poursuit depuis le 22 février dernier sous le slogan «Yethasbou gaâ», commence à se concrétiser sur le terrain. Impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics, plusieurs anciens ministres ont comparu, jeudi dernier, devant le procureur de la République du parquet de Sidi M'Hamed. Annoncée officiellement par la télévision publique, la liste des personnalités convoquées souligne la présence des deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, l'ancien ministre des Finances, Karim Djoudi, l'ancien ministre du Commerce, Amara Benyounes, l'ex-wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, et l'ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane. Selon les médias, certains de ces anciens hauts responsables ont comparu devant la justice en tant qu'accusés, et d'autres en tant que témoins. Citant des sources judiciaires, l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia serait accusé, selon ces médias, d'avoir bénéficié de plusieurs avantages non justifiés et exagérés dans le registre des marchés publics. Il serait également accusé d'avoir tiré profit de l'argent public et de dilapidation de deniers publics. À ces lourdes accusations s'ajoute celle de financement illégal de partis politiques. L'ancien premier ministre, Abdelmalek Sellal, a lui aussi été entendu jeudi, par le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed en tant qu'accusé. L'ex-directeur de campagne de l'ex-chef de l'Etat serait accusé d'avoir octroyé des avantages indus et inexpliqués à ses proches et connaissances. Sellal serait également accusé d'abus de pouvoir de par son poste de ministre, et d'utilisation illégale de l'argent public. Par ailleurs, plusieurs responsables de différents secteurs économiques, ainsi que nombre d'hommes d'affaires, se sont présentés au tribunal de Sidi M'hamed. La télévision publique avait indiqué dans la journée, que «la convocation de ces responsables s'inscrit dans le cadre de la poursuite des enquêtes concernant l'affaire Ali Haddad». Amar Tou a été aussi entendu, puis a quitté le tribunal vers 18h. L'ancien ministre a été entendu par le procureur de la République dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Ali Haddad. Les autres responsables convoqués ont quitté l'un après l'autre le tribunal. Depuis quelque temps, la justice convoque nombre de responsables pour les auditionner dans le cadre d'enquêtes sur des affaires de corruption. Devant le tribunal de Sidi M'hamed, des citoyens se rassemblent, exigeant «une justice équitable et l'incarcération des corrompus». Ils exigent que toutes les personnes autrefois proches du clan Bouteflika, rendent des comptes sur leurs sorties d'argent.
Benyounès s'explique
Le président du MPA, Amara Benyounès, s'est exprimé jeudi, sur sa comparution devant le tribunal de Sidi M'hamed. Il a, à cet effet, précisé qu'il a comparu en tant que témoin dans une affaire en cours d'instruction, relevant de ses anciennes fonctions ministérielles. Amara Benyounès a ensuite réitéré sa confiance en la justice, affirmant être entièrement disposé à coopérer avec cette dernière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.