Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Les indépendants à l'assaut des communes    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Le Gouvernement s'engage    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    Lamamra brille à New York    «L'Algérie est une puissance régionale»    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Le Ghanéen Laryea au sifflet    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'attaque contre l'oléoduc dénoncée, et les crimes de l'Arabie saoudite cautionnés.. Deux poids, deux mesures
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

L'attaque lancée par les Houthis contre un oléoduc de l'Arabie saoudite est dénoncée par certains pays, qui ne dénoncent pas les crimes de guerre commis par la monarchie pétrolière. Deux poids, deux mesures. Pour ces pays, l'Arabie saoudite peut tuer les civils au Yémen, et les Houthis n'ont pas le droit de riposter. Quarante-huit heures après l'attaque de drone sur un oléoduc pétrolier saoudien, la coalition menée par l'Arabie saoudite a effectué une série de raids aériens sur la capitale yéménite. Nombre d'enfants ont été tués dans ces frappes. Cela n'émeut pas les pays qui ont dénoncé l'attaque contre l'éoléoduc de l'Arabie saoudite.
La coalition menée par l'Arabie saoudite a effectué, jeudi 16 mai, une série de raids aériens sur la capitale yéménite, Sanaa, quarante-huit heures après des attaques de drone sur un oléoduc pétrolier saoudien, revendiquées par les rebelles houthistes au Yémen voisin. Nombre de civils ont été tués par l'Arabie saoudite, mais aucun pays n'a dénoncé les crimes de guerre. Les houthistes sont combattus depuis 2015 par une coalition militaire, dirigée par l'Arabie saoudite et les Emirats. Cette coalition avait promis mercredi soir, de riposter «avec force» aux rebelles pro-iraniens du Yémen, au lendemain d'attaques de drone dans la région de Riyad, qui avaient endommagé deux stations de pompage d'un oléoduc, et nécessité l'interruption des opérations sur cette installation-clé. Le géant pétrolier saoudien Aramco a annoncé, jeudi soir, la reprise des opérations sur cet oléoduc qui traverse le pays d'est en ouest, et peut transporter cinq millions de barils de brut par jour. Ces «actes terroristes» ont été «ordonnés par le régime à Téhéran et menés par les houthistes», a déclaré jeudi dans un tweet, le prince Khaled Ben Salman, fils du roi saoudien et vice-ministre de la défense. De son côté, Adel Al-Joubeir, ministre d'Etat aux affaires étrangères saoudien, a déclaré que les houthistes agissaient sur ordre des gardiens de la révolution iraniens. Dans un communiqué, la coalition sous commandement saoudien a affirmé avoir mené jeudi, des opérations aériennes sur des cibles militaires légitimes, y compris des bases, des installations militaires et des dépôts d'armes et de munitions des miliciens terroristes houthistes, notamment à Sanaa. La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a mené des raids contre les civils, et aucun pays n'a dénoncé les crimes commis par l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.