Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En riant sous cape…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 05 - 2019

D'après la médecine et ses progrès scientifiques, le rire serait thérapie idéale contre le stress, la tristesse et autres tracas de la vie quotidienne. Il procure réconfort, détente, et pourquoi pas, bien-être. Mais le hic, c'est que les occasions de rire deviennent rares, ces jours-ci. Aussi rares que le calme plat en mer démontée. Non, ce calme plat n'a rien à voir avec ce Ramadhan, où les comédies de certains «vaincus», par manque de carburant intestinal, suscitent rires et délires. Mais, rire sous cape, sinon bonjour la castagne. Mais bon, à chacun sa recette, salée ou poivrée, l'essentiel est de ne pas finir par chialer. L'autre spectacle est dans l'actualité, déversant quotidiennement son lot de nouvelles bizarroïdes, drôles et inquiétantes parfois. Nous parlons ici de ces politiciens qui, comme des grimpeurs en haute montagne, ont l'ivresse des sommets qui leur fait perdre la notion du bas, du terre à terre.
Ça, c'est le rire garanti qu'ignore nos praticiens de sketchs-télé ou de caméras cachées, bêtes à pleurer. Mais qu'importe, le politicien qui réussira à réconcilier nos citoyens avec la scène politique sera décoré, et en grandes pompes. Ça n'est pas gagné d'avance, mais on pense à certains noms, sans trop en rire ou en dire plus. Ça leur donnerait le tournis, à l'âge où la plupart de leurs amis d'enfance font chatouilli et guiliguili avec les petits-enfants. Eux, ils préfèrent titiller le Conseil constitutionnel, la transition, le mouvement populaire, les étudiants, etc. Bêtise, inconscience, vanité, hypocrisie, hors sol, poussent à la dimension satirique dans le rire. En fait, il est salvateur ce rire, en attendant le mélodieux adhan de la mosquée d'à côté, à l'heure du f'tour… Et nous voilà reparlant mosquée.
Sans oser trop en rire, l'attitude des empressés à tenir les premiers rangs, à chaque prière, laisse pantois. Ils suscitent quand même de drôles de choux gras, ces kamis pressés, parmi les adeptes d'un Islam cuisiné à la normale, sans excès, ni extrêmes. Une normalité qui les aura vus prier discrètement chez soi, sans devoir courir et se mesurer aux sommets de l'exégèse thématique du Coran et des minarets. Ils se marrent juste des accoutrements venus d'ailleurs, et des pilosités dignes d'homme des cavernes. Terre à terre, ce musulman lambda avait déjà rigolé des fadaises du début des années 90, et ce ciel illuminé de laser «divin» sur le stade du «5 juillet», bondé de bondieuseries encensées au politico-religieux. Il aura évidemment pleuré à mort ces milliers d'innocents, victimes de la horde terroriste. La bêtise humaine dans toute son atrocité était passée par là.
Mais, c'est une toute autre paire de manches qui ne fait pas rire du tout. Elle nous rappelle pourtant ces imams qui réclamaient, l'an dernier, gros salaires, logements décents, et pourquoi pas, voitures de fonction. Que sont-ils devenus, ont-ils réussis, eux aussi, à infiltrer le Hirak ? Bizarre, bizarre, on ne les voit plus, ces rigolos qui voulaient sortir du conformisme, et exhiber leurs biscoteaux afin d'en finir avec les aumônes, et les dons librement consentis par les fidèles, en proximité. C'est que l'exercice de la foi se monnaye, pardi. Lui, autant que les autres, n'aura pas fini de nous étonner, même si les sujets hilarants n'étonnent plus vraiment. Faut juste en rire sous cape, par pudeur…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.