Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Revendications populaires légitimes, processus électoral et position de l'armée.. Paris réagit à la situation en Algérie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Evoquant notamment le mouvement populaire en cours et le processus électoral, le ministre français des Affaires étrangères a évité toute «formulation» et tout «qualificatif»
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s'est exprimé mardi soir sur la situation politique en Algérie, formulant le souhait de la France que «les Algériens puissent trouver ensemble les chemins d'une transition démocratique». C'est la première fois depuis la démission de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, que la France s'est exprimée sur les derniers développements en Algérie. Jean-Yves Le Drian s'est exprimé avec la plus grande précaution, lors de son audition devant la commission de l'assemblée nationale de l'Europe et des affaires étrangères. Evoquant notamment le mouvement populaire en cours et le processus électoral, le ministre français des Affaires étrangères a évité toute «formulation» et tout «qualificatif», pouvant paraître comme une ingérence dans les affaires internes de l'Algérie.
C'est en raison des rumeurs sur une prétendue immixtion de la France dans les affaires de l'Algérie, pour entraver le processus d'assainissement de la vie politique et économique en Algérie, que Le Drian s'est montré très vigilant dans son exposé. Il a expliqué aux députés du Parlement, qu'«En Algérie, nous sommes maintenant à trois mois du début de la contestation. Après plusieurs semaines de manifestations pacifiques, le président Bouteflika a annoncé sa démission le 2 avril. Cette démission a été reçue par le Conseil constitutionnel. Le Parlement algérien s'est réuni en congrès, et a désigné un Président par intérim, dans l'attente d'une nouvelle élection qui devrait normalement avoir lieu le 4 juillet». Qualifiant la situation en Algérie de «très particulière», il estimera que le seul problème entravant la tenue effective de la présidentielle prévue pour le 4 juillet, c'est l'absence de candidat. «Le problème, c'est que pour qu'il y ait une élection, il faut qu'il y ait des candidats, mais les candidats ne se manifestent pas.
Il y a deux candidatures qui ont été reçues par le Conseil constitutionnel», a rappelé Jean-Yves Le Drian. «Il y a une situation très particulière», a-t-il expliqué, précisant que «des manifestations se poursuivent dans le pays, avec des aspirations profondes pour ouvrir un nouveau chapitre de l'histoire de l'Algérie». Le chef de la diplomatie française s'est aussi prononcé sur l'engagement du vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, de prôner la voie constitutionnelle comme seul issue à la crise politique. «Il y a aussi la volonté des autorités militaires, qui veulent faire en sorte que la Constitution telle qu'elle est puisse s'appliquer, d'où la répétition de l'engagement de Gaïd-Salah, qui est le chef d'état-major de l'armée algérienne, de faire en sorte que l'élection puisse avoir lieu le 4 juillet».
«Mais il y a deux voies parallèles, d'un côté cette affirmation, et de l'autre le mouvement du peuple algérien», a encore dit Jean-Yves Le Drian. A cela, le Quai d'Orsay ne peut que «souhaiter que les Algériens puissent trouver ensemble le chemin d'une transition démocratique». «En tout cas, c'est ce que nous souhaitons pour l'Algérie, et c'est ce que nous espérons, compte tenu des liens profonds qui nous lient à ce pays», a-t-il souligné, en soulignant que la France «continue de se tenir auprès des Algériens, (…) dans le respect de l'amitié qui doit présider toujours à nos relations».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.