Real : Pour Marcelo, les joueurs doivent être plus atentifs    Bouira: Trois morts dans un accident sur l'autoroute    Une cache d'armes et de munitions découverte à Bordj-Badji-Mokhtar    Erratum    "La révolution de la souveraineté" en débat à Paris    La réappropriation…    «Le projet vise à assurer la sécurité énergétique du pays»    Le stock des sinistres à payer demeure élevé    Le dinar en déperdition, l'inflation en aggravation    Virage décisif pour l'usine Renault en Algérie    Hausse de la traite d'êtres humains en provenance de Côte d'Ivoire    Au moins 182 blessés en Catalogne    Le Pacte de l'alternative démocratique s'installe à Jijel    Lahoulou pour défendre son titre de champion du monde    Kabba Sambou non retenu    Les trêves ne sont pas les bienvenues    Maya    Dernière ligne droite pour les candidats    Vaseline et citron pour avoir un joli teint    Un gouffre financier pour des travaux inachevés    Remède aux agrumes pour augmenter les défenses    Sachez que…    Maintenir le cap, malgré les restrictions budgétaires    "La Faille" nominé pour le prix Fetkann    Le HCA s'allie avec l'Académie africaine des langues    Une basse-cour pour le polygame !    Watchmen, l'étrange série de HBO inspirée par un comics culte    Liban : La contestation grandit sur fond de ras-le-bol généralisé    LFP: L'étau se resserre sur Abdelkrim Medouar    Tribunal de Sidi M'hamed: Tliba auditionné par le juge d'instruction    Education: Début des inscriptions aux examens de 5ème, BEM et bac le 22 octobre    A l'appel de l'Unpef: Nouvelle grève dans les écoles mercredi    Neuf harraga interceptés au large de Mostaganem    DES REFUGES ET DES ETENDARDS    Iran/Turquie : Les ministres des AE iranien et turc discutent au téléphone des derniers développements en Syrie    Basket-ball : La NBA accuse des pertes "substantielles" après la crise avec la Chine    Ligue 1 française: L'Algérien Islam Slimani 2e meilleur joueur du mois de septembre    Liga espagnole : Le Barça aurait souhaité disputer le Clasico à sa date initiale    Brexit: Accord annoncé in extremis, feu vert du parlement britannique très incertain    Le prix du pétrole termine la semaine en baisse    Election présidentielle: "L'Algérie une chance pour tous et pour chacun"    Dattes : Vers la création d'un système de contrôle pour faciliter l'exportation    Port d'Oran : exportation de 30.000 tonnes de béton armé vers le Canada    Musique : Les ensembles d'Ukraine et de Chine animent la soirée de clôture du 11e Fcims    15ème FISAHARA : Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Les poids lourds pointés du doigt    14 pays élus    Un premier Smartphone fabriqué entièrement en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kameleddine Fekhar enterré hier à El Alia, en présence d'une grande foule.. L'ultime hommage au militant
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le souvenir de Kameleddine Fekhar, décédé alors qu'il était en détention, mardi 28 mai, après une grève de la faim qui aura duré plus de 50 jours, est à jamais gravé dans les mémoires.
Il y avait la foule hier, au dernier hommage rendu au militant des droits de l'Homme, Kameleddine Fekhar, au carré des Mozabites du Cimetière El Alia. Le climat était emprunt de deuil et de colère. Sa famille, notamment ses enfants, ses frères et proches n'ont pas quitté un instant le cercueil, couvert du drapeau national et de l'emblème amazigh, et dans lequel est arrivée la dépouille du militant vers midi, à bord d'une ambulance privée. Pour les funérailles de quelqu'un comme Kameleddine Fekhar, la règle que s'appliquent les Ath M'zab qui, généralement enterrent les leurs dans la discrétion et le calme, ne pouvait qu'être brisée. D'abord, parce' qu'il s'agit d'un militant. Et puis, comme l'a déclaré un jeune activiste militant venu de Tizi-Ouzou, «désormais, Kameleddine Fekhar n'appartient pas seulement aux M'zab, mais à tous les militants de la démocratie, à nous tous qui aspirons à la liberté». «Nous sommes tous des enfants de Tamazgha», a-t-il enchaîné. À leur côté aussi, l'avocat du défunt, Me Salah Dabouz qui, très ému et parfois même les larmes aux yeux, recevait les condoléances des nombreux citoyens, venus rendre un dernier hommage à celui qui s'est sacrifié pour ses positions de principes. Le souvenir de Kameleddine Fekhar, décédé alors qu'il était en détention, mardi 28 mai, après une grève de la faim qui aura duré plus de 50 jours, est à jamais gravé dans les mémoires.
Il suffit de voir l'hommage qui lui a été rendu, déjà lors des marches populaires du 15e vendredi, pour se rendre compte que sa mort a fait de lui un héros de la Révolution dite du «sourire». En l'absence de tout officiel, l'enterrement de Fekhar a drainé par contre beaucoup de militants des droits de l'Homme, acteurs politiques, personnalités nationales, élus et chefs de formations politiques, à l'exception des islamistes. Parmi ceux qui ont tenu à accompagner le militant à sa dernière demeure, l'avocat Mostefa Bouchachi, l'ancien président du RCD, Saïd Sadi, le linguiste Abderezzak Dourari, les militants Saïd Khelil et Ali Brahimi, la veuve du Rebelle Lounes Matoub, Nadia. Il y avait aussi Ali Laskri et Hakim Belahcel du FFS, Mohcine Belabbas du RCD et Fethi Ghares du MDS. Plusieurs députés des deux premiers partis ont été présents, à l'instar de ceux du PT, Ramdane Tazibt et Djeloul Djoudi. Très affaibli, Aouf Hadj Brahim, son co-détenu, a tenu à assister pour un dernier adieu à celui avec qui il a partagé la cellule depuis le 31 mars 2019. à son arrivée devant la dépouille, Aouf n'a pas pu tenir son émotion, et a failli même s'évanouir.
Au milieu du cimetière où a eu lieu la prière sur la dépouille du défunt, un poster géant sur lequel est écrite une de ses phrase : «Je meurs pour que le M'zab vive !» En somme, c'étaient des funérailles beaucoup plus revendicatives, où les présents ont réitéré et scandé des slogans tels que : «pouvoir assassin !» ; «Ulac smah ulac !» ; «Kamel Fekhar, Douwla Ketlatou !» ou encore «Libérez Ath M'zab !» en allusion aux détenus d'opinion encore en prison.
Dabouz à Fekhar : «Nous continuerons ton combat !»
Avant d'emmener Fekhar à sa dernière demeure, porté par des personnes qu'il a désignées dans son testament, Salah Dabouz a prononcé un discours très émouvant, où il a rappelé son parcours avec toutes ses péripéties et les multiples détentions qu'il a endurées. «Reposes en paix, Kamel. Tu es mon ami et mon compagnon de combat. Tu a fais face à l'oppression et la répression avec courage, jusqu'au jour où tu m'as dis ‘'je vivrai avec dignité ou je mourrai''», a lancé Me Dabouz. Et d'ajouter : «à chaque fois qu'ils tentent de t'affaiblir, tu résistes encore plus. Il ne leur est resté alors que de programmer ta mort». Salah Dabouz passera en revue les fois où a été arrêté Fekhar, après avoir milité au sein du FFS et de la LADDH, avant d'arriver au moment où «ils croyaient t'avoir atteint par ton assassinat». Pour cause, soutient l'avocat : «ils nous ont donné plus de volonté et de courage pour poursuivre ton combat, jusqu'au départ de ce système corrompu.» «Je te promets que nous nous triompherons pour toi», conclut Me Dabouz.
L'enterrement de Kameleddine Fekhar a enfin été une occasion pour les militants, de rappeler qu'il y a encore des détenus d'opinion pour lesquels il faut se mobiliser, à l'instar de Mohamed Baba Nedjar, qui croule sous les verrous depuis 2006. D'ores et déjà, des contacts sont en cours entre des jeunes militants et activistes, pour constituer un Comité pour réclamer sa libération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.