ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan face à la télé.. Autrefois, c'était mieux
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Encore une fois, les programmateurs de nos chaînes de télévision ont montré qu'ils ne peuvent pas répondre aux attentes des téléspectateurs. Au lendemain de l'indépendance, alors qu'elle n'avait pas de moyens, l'unique chaîne de l'époque faisait nettement mieux.
C'est la fin du Ramadhan et nos chaînes de télévision nationales et privées ont prouvé, malgré quelques efforts et les grands moyens, qu'autrefois, la chaîne unique faisait beaucoup mieux, malgré l'absence des moyens. Les réalisateurs de caméras cachées, qui tiennent à cette émission malgré toutes les critiques, reviennent encore une fois pour faire peur aux victimes, et enerver aussi bien les invités que les téléspectatateurs. On a vu des artistes sur une piste de cirque voir sortir un bison et un gorille. Au cas où les «victimes» n'étaient pas de mèche, le concepteur de la caméra cachée a-t-il pensé aux conséquences, si l'invité était victime d'une crise cardiaque ? Un autre animateur n'a pas trouvé mieux que d'enerver des artistes par des attaques à leurs personnes. A une grande chanteuse, il a eu l'audace de lui dire qu'elle avait un enfant illégitime. On se demande quelle est la personne qui ne s'énerverait pas face à une telle insulte.
Parler en mangeant
D'autres caméras cachées ont choisi carrément la violence. Côté idée, le taxieur qui annonce par radio un grand changement au niveau politique pour voir la réaction de ses clients, est à saluer pour l'innovation. Pour les autres, on se demande pourquoi on tente encore ce genre d'émission, alors qu'on sait que personne ne peut rivaliser avec la caméra invisible des années 1970, réalisée par le défunt Hadj Rahim, qui n'avait pour réussir que ses idées. Par ailleurs, on se demande comment des réalisateurs ont eu l'idée d'inviter des artistes, des sportifs ou des célébrités, pour une discussion autour d'un dîner. On a vu ainsi des artistes connus dans des situations moches, car l'animateur les poussait à parler en mangeant, ce qui est contraire à l'éducation. Même si certaines de ces émissions sont animées par des passages de chants et musique, on préfère nettement celles qui passaient dans les années 1960. Des émissions telles que Improvisations et Bachacha, avec Sid Ali Fernandel et Djaffer Bek comme animateurs, étaient vraiment des réussites. On devrait bien s'en inspirer. Avec les moyens techniques d'aujourd'hui, on pourrait réaliser de belles émissions. Bien qu'il y ait eu certains divertissements, tels que l'ancien trio Bila Houdoud et les Sit com, on aurait pu penser à de petits sketchs comme autrefois. Cela ne coûte pas cher.
Pure chanson
Les bons comédiens éxistent, il ne faut que de bons textes. Même si on les critiquait autrefois, des comédiens tels que Kaci Tizi-Ouzou et Krikeche nous offraient de bons moments après le Ftour. Il y a quelques années, Souileh avait bien réussi avec ses petits sketchs, tels que le petit écolier. Il pourrait bien renouveler l'expérience, aux côtés de bons comiques comme Kamel Bouakkaz et Hamid Achouri. Ce dernier a souvent montré qu'il est doué et qu'il a de bonnes idées. Pour ce qui est de la musique, on a eu droit à de la chanson pure, comme autrefois. Il est souhaitable que l'on passe de tels chanteurs andalou Chaâbi, kabyle, etc. toute l'année, au lieu de se contenter de la facilité avec la robotique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.