Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Marche symbolique des hirakistes    "La cession des biens immobiliers de l'Etat sera généralisée"    À la poubelle...    D'importantes annonces du président Tebboune attendues    Epuration des eaux industrielles : Sonatrach lance un projet de recherche avec le CDER    Projet de la ville nouvelle de Hassi Messaoud : L'énergie passe le relais à l'habitat    Fayez Al-Sarraj jette l'éponge    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Iboud testé positif à la Covid-19    La fille des Aurès    Les non-dits    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Mostaganem et Aïn Témouchent endeuillées    L'Algérie sera représentée en Afrique du Sud    Des dizaines d'hectares de chêne vert calcinés près de Tikjda    Boudouaou : Engorgement au chef-lieu    L'Armée Mexicaine au Nomadic Spirit : Festival Hommage à Rachid Taha    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Rezki Hamdi : L'«historien du peuple» s'en est allé    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    L'INFORMEL    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Il chute du 1er étage    E-university    NA Husseïn Dey : Chaâbane Merzkane, le «messie» du Nasria    USM Bel-Abbès: Le wali à l'écoute des supporters    Les DAB toujours en panne    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    Révision du code de l'information, Chaîne TV, publicité...: Les chantiers de Belhimer    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    L'alopécie    Les 4 samedis    La Facebook-Solidarité !    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Gaid Salah à la veille des marches du vendredi : «Pas d'autres emblèmes que l'emblème national !»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 06 - 2019

Gaïd Salah a ouvertement déclaré avoir instruit les services de sécurité d'empêcher les algériens de lever un autre drapeau que celui de l'Algérie.
Pour le troisième jour de suite, l'offensive du général de corps d'armée, chef d'état-major de l'ANP, se poursuit. Ahmed Gaïd Salah, après avoir fait le procès de l'ancien régime du président déchu Abdelaziz Bouteflika, puis dénoncé les adversaires de la solution constitutionnelle à la crise, a évoqué, hier, une question des plus sensibles : le port d'emblèmes autres que le drapeau national lors des marches populaires. Gaïd Salah a ouvertement déclaré avoir instruit les services de sécurité d'empêcher les algériens de lever un autre drapeau que celui de l'Algérie. De quoi déplaire à des millions de marcheurs qui se reconnaissent – outre leur ‘'algérianité'' – dans leur identité profonde qu'est l'amazighité, en levant l'emblème aux couleurs bleu, vert et jaune avec la lettre Z en tifinagh au milieu. «Il m'appartient également en cette occasion d'attirer l'attention sur une question sensible, à savoir la tentative d'infiltrer les marches et porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité», a averti le chef d'état-major de l'ANP dans une allocution prononcée devant les cadres et personnels militaires de la 40e Division d'Infanterie Mécanisée, relevant de la 3e Région militaire de Béchar. A la veille du 18e vendredi de manifestations populaires pour le départ du système, Gaïd Salah déclenche une polémique, d'autant que sur les réseaux sociaux, les réactions d'indignation font déjà rage.
Pour lui, il ne doit y avoir, durant les marches, que le drapeau algérien aux couleurs vert, blanc et rouge, car «l'Algérie ne possède qu'un seul drapeau, pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyrs». «Un emblème unique qui représente le symbole de souveraineté de l'Algérie, de son indépendance, de son intégrité territoriale et de son unité populaire», a-t-il appuyé, estimant «inacceptable de manipuler les sentiments et émotions du peuple algérien». Puis au général de corps d'armée de sonner l'interdiction, expliquant avoir donné «des ordres et des instructions stricts» aux forces de l'ordre pour, dit-il, «une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente encore une fois d'affecter les sentiments des Algériens à propos de ce sujet sensible et délicat».
Défi pour une relance économique «rapide»
La sortie du général de corps d'armée, vice-ministre de la Défense, vient rappeler la polémique enclenchée en avril dernier par un faux communiqué attribué à la DGSN, relayé sur les réseaux sociaux, lequel avait annoncé «la saisie» par les forces de l'ordre de tous les emblèmes, dont amazigh, (autres que le drapeau national), à partir du vendredi 19 avril.
Ce qui a amené la Direction de la Sûreté nationale à apporter des précisions à l'opinion publique, évoquant des «informations fausses et sans fondement». Cette fois-ci, c'est officiel, et le discours de Gaïd Salah ne souffre aucune ambiguïté. Ce qui pourrait mener à des dérapages lors de l'application des «instructions» par les forces de l'ordre. Par ailleurs, le chef d'état-major s'est montré confiant quant à l'avenir de l'Algérie «grâce aux dévoués et hommes de bonne volonté». «Nulle crainte pour l'avenir de l'Algérie, pays des millions de chouhada, car elle saura, grâce à Allah le Tout-Puissant, puis grâce à ses fils dévoués, comment se frayer son chemin vers un havre de paix», a-t-il assuré, promettant la relance de la machine de développement sur le plan économique, à l'arrêt depuis plusieurs décennies. L'élan du développement «reprendra avec une cadence plus rapide, une détermination plus forte et des objectifs plus nobles», dira Gaïd Salah, misant sur la mise à l'écart de la bande qui a ruiné le pays. Selon lui, «il n'y aura plus de place à la crise économique ni toute autre crise une fois que l'Algérie se sera libérée des griffes de la bande, des prédateurs et de ceux qui ont trahi la confiance, et qu'elle restera attachée à son référentiel novembriste national. Car l'Algérie est capable, parfaitement capable, d'atteindre son ultime objectif ; celui que lui voulaient nos valeureux chouhada».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.