Habitat : distribution de dizaines de milliers de logements à l'occasion du 1er Novembre    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    Convention entre le ministère de la santé et le ministère de l'enseignement supérieur pour lutter contre la Covid 19    PENSIONS DE RETRAITE : Mise en place d'un nouveau calendrier de versement    LUTTE CONTRE L'ARGENT SALE : L'impératif de garantir la transparence    MESURES DE REPRISE DES COURS : Les représentants des étudiants satisfaits    CONSTANTINE : Attribution "prochaine" de 100 aides à l'habitat rural    LUTTE CONTRE LES GANGS DE RUES A BLIDA : Arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Tottenham : Alli serait disponible en prêt    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Quelle chance pour la paix ?    Un autre décès par strangulation    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Enfin un gouverneur !    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    COLERES ET ENTORSES    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lecture.. Quand les bibelots remplacent la bible…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 06 - 2019

Il y a quelques jours, on était invité chez un ami à Bouzareah, sur les hauteurs d'Alger. Il nous fait visiter sa belle maison bien meublée. Il y avait un beau salon, une belle bibliothèque mais point de livres.
Il y a quelques jours, on a répondu à l'invitation d'un ami pour passer toute une journée chez lui dans sa belle villa située à Bouzareah, ce village où ont vécu de très grands artistes. Dès l'entrée, on a été attiré par les belles roses et les nombreux arbres fruitiers. Les enfants de notre ami sont gâtés. Ils peuvent jouer dans le jardin et ont droit à un bel espace avec une balançoire et même un billard. A l'intérieur, le salon est immense, la salle à manger aussi. Dans le salon, il y a un argentier, un buffet et une grande bibliothèque. Sur les étagères de cette bibliothèque sont exposés des statuettes, des vases et des bibelots, mais point de livres. Après le repas, on a pris le café au salon et on a eu le droit de visiter toute la grande maison avec ses dépendances. On a vu jouer les enfants de notre ami à la balançoire et au billard. Dans cette belle maison, il y avait de tout mais pas la moindre revue, pas le moindre journal, pas le moindre livre. En quittant cette belle maison, on a osé poser la question à l'épouse de notre ami sur l'absence de livres sur la bibliothèque et elle nous a répondu qu'il y a des bibelots. Notre audace nous pousse à lui expliquer que le mot bibliothèque vient de bible, c'est-à-dire livre et qu'on devrait y déposer des livres. Et la dame de répondre : «Mais non, monsieur, c'est une bibliothèque, c'est pour ça qu'on y met des bibelots !!»
Les belles images d'ailleurs
On quitte la maison de notre ami en riant mais on passe la soirée à penser à ces algériens qui ont cessé d'aimer la lecture. On se demande pourquoi on voit sur internet des images montrant des gens lisant des livres dans le métro et des bibliothèques publiques au niveau des arrêts de bus dans les pays d'Europe, mais on se contente de les commenter sans suivre leur exemple. On les voit souvent ces images de jeunes et moins jeunes plongés dans des livres en attendant l'arrivée de l'autobus ou dans le métro. On ne cesse de voir ces photos de petites bibliothèques publiques placées dans tous les lieux publics, notamment dans des pays comme la Finlande, la suède ou la Norvège. Tout le monde se demande pourquoi on ne ferait pas de même chez nous. Il paraît que les Algériens auraient même honte de lire en public puisque la plupart d'entre eux ne lisent que peu chez eux ou pas du tout comme notre ami de Bouzareah. On devrait se demander pourquoi on ne lit pas ou on lit peu. On devrait se demander si le livre est vraiment cher et si à l'école, on apprend à lire. Comme pour le cinéma et d'autres arts, les chiffres sont trompeurs. L'Etat semble occupé par la devanture en organisant des festivals et des salons internationaux, oubliant les problèmes de fond pour changer la situation. Selon les chiffres officiels, plus de deux millions d'Algériens auraient visité le dernier salon du livre d'Alger et que 300.000 titres ont été exposés. Mais est-ce que ces chiffres prouvent que l'algérien lit ? Y a-t-il une étude sérieuse ou des statistiques donnant même approximativement le nombre de personnes qui lisent ? L'Etat encourage-t-il la lecture uniquement en organisant des salons périodiques ? Il est temps de réunir les représentants du domaine et des spécialistes pour trouver des solutions afin que l'algérien se remette à lire. Le ministère de la culture n'est pas le seul concerné par ce sujet. Il est à rappeler qu'autrefois, les instituteurs incitaient les élèves de l'école primaire à la lecture en créant une bibliothèque en classe et les petits échangeaient les livres dont ils devaient donner le résumé après quinze jours. Le ministère de l'enseignement pourrait bien exiger cette pratique des enseignants. On pourrait organiser des concours de lecture pour les jeunes écoliers.
Le prix d'un hamburger
On devrait également trouver une solution pour baisser le prix du livre. C'est vrai que par rapport au prix du hamburger ou d'une pizza royale, le prix du livre est accessible, mais on pourrait quand même faire plus d'efforts pour l'ouverture des librairies, notamment en baissant les taxes. La baisse des taxes devrait également toucher les éditeurs de recueils de poésies, de nouvelles et de romans. Les ministères de la culture et de l'éducation pourraient bien inviter les écrivains, pédagogues, libraires et éditeurs à se rencontrer pour trouver les meilleures solutions pour que l'Algérien se remette à la lecture. Des émissions télévisées pourraient également inciter les gens à lire. Ainsi, on pourrait revenir chez notre ami et trouver des livres dans sa bibliothèque et non des bibelots.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.