Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Delort forfait contre Reims    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    Statu quo pour l'Algérie    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    Le lait est-il un aliment gras ?    Merguez aux haricots blancs    65 millions d'analphabètes recensés par le gouvernement    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    145 postulants retirent les formulaires de souscription    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Un déficit de 4,68 mds dollars    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Grève générale le 29 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19e mardi de mobilisation estudiantine.. «Nul ne peut attenter à l'unité du pays !»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Un imposant dispositif sécuritaire a été déployé, dès les premières heures de la journée, à la Place des martyrs et à Alger-centre.
La mobilisation estudiantine est toujours intacte. Malgré qu'ils soient en période d'examen, ils ont décidé de battre le pavé pour le 19e mardi consécutifs. La tension qui a marqué la journée d'hier, à cause de l'important dispositif policier déployé à travers les alentours de la capitale, ne les à pas empêchés d'investir la rue. La mobilisation des universitaires est plus forte que jamais. Avec une détermination inébranlable, plusieurs milliers de jeunes sont sortis dans la rue pour scander le départ du système et ses symboles qui dirigent le pays depuis quelques décennies.
Ils ont aussi exigé la libération des détenus arrêtés à cause du drapeau amazigh. Pour eux, leur seul mot d'ordre : «nul ne peut attenter à l'unité du pays !» Réunis sous l'emblème national, ces universitaires ont affirmé être conscients des risques que peut engendrer une longue période de transition. Cependant, «organisée par la bande, aucune élection ne sera crédible à leurs yeux». A cet effet, ils ont exprimé leur désappointement quant à la succession rapide des évènements, notamment le refus des 2B (Bensalah et Bedoui) de quitter leurs postes et laisser la place aux personnes choisies par le peuple. Pour ce nouveau round, une forte mobilisation a été constatée à travers tout le territoire national. A Alger, la marche s'est déroulée sans le moindre incident, contrairement aux précédentes. Un imposant dispositif sécuritaire a été déployé, dès les premières heures de la journée, à la Place des martyrs et à Alger-centre. Comme les précédents mardis, le point de départ de la marche est donné depuis la Place des Martyrs en raison de la fermeture par la police des hauts lieux du mouvement populaire, à savoir la Grande Poste et son parvis ainsi que le tunnel des facultés. Empruntant la rue Bab Azzoune, les étudiants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir, notamment contre les 2B. Comme ils ont réclamé la libération de tous les détenus d'opinion, contre la mafia politico-financière, peut-on lire sur les pancartes brandies. Ils ont scandé aussi des slogans comme «Algérie libre et démocratique !». Drapés de l'emblème national, ils ont brandis des pancartes contre le système.
Armés d'une volonté de fer, ces jeunes sont décidés à poursuivre leur mouvement jusqu'à l'aboutissement des revendications de tout le peuple. «Silmiya, Silmiya ! »(pacifique !), ont-ils insisté sur la nature de la marche. «Djazaïr horra démocratiya !» (Algérie libre et démocratique!), «unité nationale, pas de régionalisme !», «Système dégage !», ont-ils scandé d'une seul voix. «Tous unis pour libérer l'Algérie !», ont-ils scandé. Les universitaires sont plus que jamais déterminés à faire valoir les revendications de tout le peuple algérien.
Ils ont insisté sur la poursuite de la mobilisation pour réitérer leurs revendications pour un «Etat démocratique», et «une justice indépendante». Contrariés de l'emprisonnement du Moudjahid Lakhdar Bouregaâ, les étudiants ont appelé à sa libération immédiate. Les marcheurs se sont dirigés vers la rue Makhlouf Abdelkader. Ils ont réitéré leur revendication pour une justice indépendante. A la place Mohamed Touri près du TNA, ils lancent à tue-tête: «Ya h'na ya n'touma, dégage yal houkouma !» (ce sera ou nous ou vous, gouvernement dégage !).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.