La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Algérie/Italie: les énergies renouvelables au centre de la coopération énergétique    Le Général de Corps d'Armée Chanegriha reçoit le commandant de l'Africom    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Un SUV électrique sur les tablettes    Savoir lire les indices d'un pneu    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Neghiz face à la presse    Levée progressive du gel sur les projets du secteur de la santé    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Zones d'ombre: l'Etat déterminé à concrétiser les projets dans les meilleurs délais    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Prorogation des promotions au 30 septembre    Condoléances    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    STABLE ET DURABLE    Les souscripteurs AADL protestent    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Les non-dits    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Chlef: Mener les projets à bon port    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Bovins et crocodiles    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19e mardi de mobilisation estudiantine.. «Nul ne peut attenter à l'unité du pays !»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 07 - 2019

Un imposant dispositif sécuritaire a été déployé, dès les premières heures de la journée, à la Place des martyrs et à Alger-centre.
La mobilisation estudiantine est toujours intacte. Malgré qu'ils soient en période d'examen, ils ont décidé de battre le pavé pour le 19e mardi consécutifs. La tension qui a marqué la journée d'hier, à cause de l'important dispositif policier déployé à travers les alentours de la capitale, ne les à pas empêchés d'investir la rue. La mobilisation des universitaires est plus forte que jamais. Avec une détermination inébranlable, plusieurs milliers de jeunes sont sortis dans la rue pour scander le départ du système et ses symboles qui dirigent le pays depuis quelques décennies.
Ils ont aussi exigé la libération des détenus arrêtés à cause du drapeau amazigh. Pour eux, leur seul mot d'ordre : «nul ne peut attenter à l'unité du pays !» Réunis sous l'emblème national, ces universitaires ont affirmé être conscients des risques que peut engendrer une longue période de transition. Cependant, «organisée par la bande, aucune élection ne sera crédible à leurs yeux». A cet effet, ils ont exprimé leur désappointement quant à la succession rapide des évènements, notamment le refus des 2B (Bensalah et Bedoui) de quitter leurs postes et laisser la place aux personnes choisies par le peuple. Pour ce nouveau round, une forte mobilisation a été constatée à travers tout le territoire national. A Alger, la marche s'est déroulée sans le moindre incident, contrairement aux précédentes. Un imposant dispositif sécuritaire a été déployé, dès les premières heures de la journée, à la Place des martyrs et à Alger-centre. Comme les précédents mardis, le point de départ de la marche est donné depuis la Place des Martyrs en raison de la fermeture par la police des hauts lieux du mouvement populaire, à savoir la Grande Poste et son parvis ainsi que le tunnel des facultés. Empruntant la rue Bab Azzoune, les étudiants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir, notamment contre les 2B. Comme ils ont réclamé la libération de tous les détenus d'opinion, contre la mafia politico-financière, peut-on lire sur les pancartes brandies. Ils ont scandé aussi des slogans comme «Algérie libre et démocratique !». Drapés de l'emblème national, ils ont brandis des pancartes contre le système.
Armés d'une volonté de fer, ces jeunes sont décidés à poursuivre leur mouvement jusqu'à l'aboutissement des revendications de tout le peuple. «Silmiya, Silmiya ! »(pacifique !), ont-ils insisté sur la nature de la marche. «Djazaïr horra démocratiya !» (Algérie libre et démocratique!), «unité nationale, pas de régionalisme !», «Système dégage !», ont-ils scandé d'une seul voix. «Tous unis pour libérer l'Algérie !», ont-ils scandé. Les universitaires sont plus que jamais déterminés à faire valoir les revendications de tout le peuple algérien.
Ils ont insisté sur la poursuite de la mobilisation pour réitérer leurs revendications pour un «Etat démocratique», et «une justice indépendante». Contrariés de l'emprisonnement du Moudjahid Lakhdar Bouregaâ, les étudiants ont appelé à sa libération immédiate. Les marcheurs se sont dirigés vers la rue Makhlouf Abdelkader. Ils ont réitéré leur revendication pour une justice indépendante. A la place Mohamed Touri près du TNA, ils lancent à tue-tête: «Ya h'na ya n'touma, dégage yal houkouma !» (ce sera ou nous ou vous, gouvernement dégage !).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.