Vers l'élection d'un autre président    17 recommandations adoptées    Plaidoyer pour une agriculture «raisonnée»    L'Américain Pompeo tente de dénouer l'affaire Khashoggi avec Riyad    TARIFS DES VEHICULES NEUFS MADE IN ALGERIA    Evolutions en profondeur    La LFP établit le calendrier de la phase aller    Les Verts mal inspirés !    Madar Holding va acquérir 67% des actions de la SSPA    Arrestation de 4 dealers dans 3 opérations différentes    Plus de 16 000 doses pour Jijel    Le chocolat peut provoquer des migraines    Alger sous le charme du classique    Nobel de la paix : mérite et contexte !    Relizane - Travaux publics : le casse-tête des délais de réalisation    Aïn El-Turck: Les demandeurs de logement reviennent à la charge    Ni rébellion ni déstabilisation    Attentat du Palais du Gouvernement: Le dossier de nouveau devant la justice    Guelma: Un 17 octobre 1961...    Saïd Bouhadja. Président de l'APN : «Ma démission a été exigée en dehors du Parlement»    Les Etats-Unis développent de nouveaux sites militaires en Europe    Brèves…    Une poudrière sociale appelée Maroc    Les relations économiques sino-russes passent à la vitesse supérieure    Portant ratification d'accords entre l'Algérie et quatre pays : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Les investissements privés en cale sèche    L'ASMO s'apprête à revenir au stade Bouakeul, la crise financière s'amplifie    Le CR Belouizdad sanctionné d'un match à huis clos    Ligue 1 (mise à jour) : L'USMA rejoint la JSK en tête, le MCA s'offre le CSC (2-1)    Mobilis au Salon international des énergies renouvelables ERA 2018    lancement d'une nouvelle offre digitale    Exploitations agricoles: Fin 2018 dernier délai pour la conversion du droit de jouissance en droit de concession    Point focal de la mobilisation et de la vigilance    Inscriptions en Master 1 : La grogne des étudiants recalés    24 heures    Iferhounène : Les villageois protestent    «Plus de 1.500 magistrats ont été désignés pour superviser les prochaines élections»    Combiné avec munitions réelles Gaïd : Salah supervise l'exécution d'un exercice démonstratif    Risque de flux migratoires «plus inquiétants» à cause de la situation au Sahel    57ème anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961    Nouveau rebondissement    Festival international de théâtre de Béjaïa    Cheurfa N'Bahloul : Saïd Guerdi, ancien membre de l'ALN, n'est plus    Bataille de Tinsaouine (Yakourène) en 1959 : Le jour où deux sœurs sauvèrent un moudjahid    Les Rouge et Noir annoncent la couleur    Les verts s'inclinent à cotonou    La coalition de Merkel en plein doute    Une bande démantelée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le diagnostic de Kali
Théâtre algérien, la fin d'un malentendu
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 03 - 2009

L'activité théâtrale semble confirmer le constat fait par Mohammed Kali dans son livre Théâtre Algérien, la fin d'un malentendu paru il y a 3 ans.
Dans son livre, le journaliste, romancier et essayiste est allé aux sources des problèmes du théâtre algérien qui a, rappelons- le, été le premier à subir la décision et les conséquences de la nationalisation.
L'auteur a tenu à rappeler pratiquement toutes les étapes, bonnes ou mauvaises, de l'histoire du théâtre algérien d'après l'indépendance avant d'entamer la période du terrorisme.
Mohammed Kali a rappelé d'abord les coups durs qui ont touché la vie artistique et culturelle en Algérie en citant plusieurs cas tels que celui de cet intégriste qui a brûlé vive sa sœur comédienne et cet autre qui a obligé la sienne à mettre fin à sa carrière en la mariant de force à un de ses amis.
L'essayiste revient sur les mésententes entre Mustapha Kateb, d'une part, et Alloula et Kaki, de l'autre.
Des problèmes de gestion
Le directeur refusait la décentralisation du théâtre et les deux artistes tenaient à la création des théâtres régionaux. Le refus de Kateb était motivé par le manque de compétence et cet homme était connu pour avoir toujours donné une grande importance à la formation.
Le futur allait donner quelque peu raison à Kateb, car dès la création du Théâtre d'Oran, on allait être obligé de recruter parmi les amateurs pour ne pas dire parmi les chômeurs de tous bords.
Il faut se demander s' il y avait des professionnels en Algérie mis à part quelques-uns tels que Hadj Omar, diplômé de la Sorbonne et Allel El Mouhib qui avait fait 16 stages de formation théâtrale à l' étranger.
Une école d'amateurs pour un théâtre professionnel
Concernant le théâtre amateur, l'auteur a bien fait de citer l'universitaire Hadj Miliani qui a touché le point sensible en notant «d'une part, le théâtre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.