La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spectacle "Malhamat El Djazaïr": une fresque historique présentée à Alger
Commémoration
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 11 - 2014

Le spectacle "Malhamat El Djazaïr" (Epopée de l'Algérie) a été présenté vendredi soir à Alger, à l'occasion du 60e anniversaire de la révolution du 1er novembre 1954, dans une fresque pleine, servie par une version actualisée qui a tenu compte de l'évolution post-indépendante de l'Algérie. En présence du Premier ministre Abdelmalek Sellal, de plusieurs membres du gouvernement dont Nadia Labidi, ministre de la Culture et Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahiddines, ainsi que des membres du corps diplomatique accrédité en Algérie et plusieurs personnalités, une vingtaine de tableaux ont rappelé la chronologie de l'histoire de l'Algérie.
Mise en scène par Omar Fetmouche sur un texte du regretté Omar El Bernaoui, soutenu par des textes en proses de l'Emir Abdelkader, Abdelhamid Benbadis et Moufdi Zakaria, ainsi que les poésies d'Abou El Kacem Khemmar, Azzeddine Mihoubi, Slimane Djouadi et Brahim Seddiki, le spectacle, d'une durée de deux heures, a été conduit par près de 300 comédiens.
De jeunes talents représentant toutes les régions du pays ont raconté au public nombreux du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf les étapes qu'a connues l'histoire de l'Algérie, à travers les différentes dynasties berbères, la période des vandales, l'arrivée de l'Islam, l'ère coloniale française, la guerre de libération et la période post-indépendante.
De nouvelles scènes sur les évènements d'octobre 1988, la tragédie nationale des années 1990, la concorde civile, la réconciliation nationale et la période des réalisations de projets socio-économiques ont constitué la suite de la version présentée en 1994 de "Malhamat El Djazaïr".
Le spectacle inscrit dans le registre du théâtre de l'épopée a été conçu dans une vision moderne, usant de techniques audiovisuelles où la projection d'images et de vidéos ainsi que le play back pour les dialogues et les chansons, ont donné plus de présence aux évènements, les rapprochant ainsi de la réalité.
La trame, menée par Mohamed Adjaïmi dans le rôle du narrateur et Betouche Lamia dans celui de l'Algérie, a reposé sur des "référents collectifs" évoluant dans un rythme soutenu où les différentes étapes de l'histoire de l'Algérie ont été rendues dans des situations génériques.
"Nous avons pris le soin de rendre au public l'épopée de l'Algérie par la profondeur esthétique et artistique, laissant les détails de l'histoire aux historiens" a indiqué Omar Fetmouche.
A la manière de Peter Brook, sur une scène vide qui offrait généreusement son espace aux comédiens, le spectacle a évolué, accueillant des décors suggestifs au fur et à mesure de son évolution dans une scénographie signée Boukhari Habbal.
Le metteur en scène, secondé par Ayoub Amriche, assurant une bonne direction des comédiens, a misé sur le jeu scénique, la beauté des nombreux costumes, œuvre de Salima Kourari et l'éclairage concluant qui a aidé à la création de différentes atmosphères.
Les chorégraphies bien travaillées de Ryad Beroual ont donné plus d'énergie au spectacle, avec de belles figures de groupes en mouvements synchronisés dansant sur des rythmes renvoyant à plusieurs régions du pays.
Les arrangements musicaux d'Amine Kouider qui a travaillé sur des compositions de Kouider Bouziane, Mohamed Boulifa, Mokhtar Boudjlida et Mâati Bachir ont donné de l'entrain au spectacle dans des variations musicales du terroir.
Le spectacle entièrement écrit en Arabe classique aura cependant manqué d'originalité, faute de présence de chansons interprétées en Tamazigh, ce qui aurait donné plus d'enracinement et d'ampleur au combat libérateur.
Sur une place attenante au lieu de prestation du spectacle, au moment solennel d'entrée en vigueur de la date du 1er novembre, Abdelmalek Sellal, les membres du gouvernement ainsi que plusieurs personnalités officielles ont assisté à la levée des couleurs.
Organisé par l'Office national de la Culture et de l'Information (Onci), sous l'égide du ministère des Moudjahiddines, "Malhamat El Djazaïr" sera présenté sur la même scène, samedi au grand public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.