Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ikdjane, le site oublié
C'était la première capitale fatimide
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 05 - 2009

Djemila est probablement le site qui attire actuellement le plus de visiteurs dans la région de Sétif. Il existe, cependant, à quelques kilomètres au nord de cette ville antique, un site archéologique d'une grande importance, mais peu connu : Idjkane.
Ikdjane est une petite agglomération située dans la commune des Béni Aziz, dans la wilaya de Sétif. La ville a joué un grand rôle dans l'histoire de l'Algérie au Moyen âge.
Au IXe siècle de l'ère chrétienne, des pèlerins de la tribu berbère des Kotama, installée dans la région, ont rencontré à La Mecque le prédicateur chiite Abou Abdallah, dont la mission était persécutée en Orient, et l'ont invité à se rendre au Maghreb pour y fonder une dynastie.
Les Berbères ont dû être séduits par les croyances religieuses de la secte, notamment le rôle dévolu à l'imam ou guide de la communauté, mais aussi par le fait qu'elle s'oppose au calife de Baghdad, prince des émirs qui commandaient au Maghreb.
C'était pour eux une façon de plus d'affirmer leur volonté d'indépendance à l'égard de l'Orient. Le prédicateur a accepté l'offre, signant ainsi l'acte de naissance de la dynastie fatimide qui va régner au Maghreb, puis en Egypte.
Abou Abdallah s'installe à Ikdjane, forteresse invincible des Kotama, où il va constituer et entraîner une armée qu'il va lancer contre les Aghlabides, les maîtres du Maghreb. Il fera venir plus tard, de Syrie, le maître de la secte, 'Ubayd Allah, qu'il installera à Raqqada, la capitale aghlabide.
Les chefs fatimides quitteront Ikdjane pour rejoindre Reqqada, mais la forteresse kabyle gardera une importance symbolique pour la dynastie.
Elle restera aussi un centre de propagande religieuse actif ainsi qu'en témoignent les nombreuses mosquées et zaouias qui l'entourent et qui vont, tout au long du Moyen âge, rayonner sur la région.
A la fin du Xe siècle, le géographe arabe al Muqqadasi cite Ikdjane comme une grande ville de l'Ifriqya, terme qui désignait la Tunisie actuelle et l'Est algérien. Signalons qu'Ikdjane était également appelée au Moyen âge Dar al Hidjra (la demeure de l'exil) par référence aux chiites qui y avaient trouvé refuge.
Signalons que le site d'Ikdjane a été classé patrimoine national en 1978.
Le nom Ikdjane, qui a la forme d'un pluriel, est le nom d'une fraction des Kotama ; on l'a aussi rapproché du mot kabyle aqjun qui signifie (chien) : il pourrait s'agir dans ce cas, d'un ancien nom totémique conservé après l'islamisation de la tribu. Signalons qu'un village de la vallée de la Soummam (commune d'Akfadou), porte aussi ce nom ikjan.
Enfin, pour préserver les traditions et donner de l'importance aux différentes périodes historiques, il faut préserver les sites qui sont les seuls témoins d'un passé glorieux pour la région et pour l'Afrique du Nord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.