2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haute instance de surveillance des élections: Les réserves de l'opposition
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Il n'y aura pas de commission indépendante de gestion et d'organisation des élections, mais une haute instance de surveillance de ces dernières.
Le pouvoir l'a décidé, mettant fin aux appels des partis de l'opposition qui en ont fait une condition sine qua non pour une participation aux prochaines échéances. L'on parle surtout des législatives de 2017. Le Conseil des ministres, réuni mardi sous la présidence du chef de l'Etat, «a examiné et approuvé un avant-projet de loi organique relative à la Haute instance indépendante de surveillance des élections», indique le communiqué de la présidence. Instituée par l'article 194 de la Constitution révisée en février dernier, elle «sera composée de 410 membres, dont la moitié sera des magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature, et l'autre moitié des compétences indépendantes issues de la société civile représentant toutes les wilayas et la communauté nationale à l'étranger, ainsi que tous les acteurs de la société civile», précise la même source.
Une approche qui ne répond pas aux aspirations et aux espoirs de l'opposition, notamment les partis réunis autour de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition (Icso). «Le pouvoir a pris l'idée que nous avons proposée sans son contenu», estime Mohamed Douibi, président du parti Ennahda, membre de l'Icso. Selon lui, «il y a détournement de la revendication de l'opposition». D'où la réticence de ces partis à s'aventurer à l'avenir dans le jeu électoral. L'option du boycott collectif, bien qu'elle ne soit pas encore tranchée définitivement, reste d'actualité et le nombre de partis en faveur de cette option au sein de l'opposition n'est pas faible. «Effectivement, l'idée du boycott existe. Reste qu'il faut que l'on débatte sérieusement, une fois que tous les paramètres sont clairs», indique prudemment Douibi, joint au téléphone. Et d'ajouter cependant : «S'il y a consensus dans les positions des uns et des autres, une décision commune n'est pas à exclure.»
Ayant revendiqué, au lendemain de la dernière élection présidentille, l'institution d'une instance indépendante de gestion du processus électoral du début jusqu'à la fin, l'opposition n'a finalement eu droit qu'à une haute instance de surveillance. Raison pour laquelle «beaucoup de travail reste encore pour que soient réunies toutes les conditions d'une élection libre et transparente», estime le chef du parti Ennahda. Après donc son introduction dans la Constitution révisée, dans son article 194 qui précise qu'«elle est présidée par une personnalité nationale nommée par le président de la République, après consultation des partis politiques», cette haute instance fera
désormais l'objet d'une loi organique qui en définira les prérogatives.
Mais, il est clair que le pouvoir ne veut pas trop lâcher sur cette question, de l'avis même de l'opposition. «On a perdu une chance lors de la révision constitutionnelle et on vient encore d'en rater une seconde», regrette Mohamed Douibi. Pour lui, «il n'y pas de volonté à aller de l'avant pour la transition démocratique». «Larges pouvoirs», «autonomie administrative et financière» et «veille à la régularité des dépouillements», ce sont des concepts qui ne séduisent pas vraiment l'opposition qui reste attachée à sa revendication de commission indépendante de gestion des élections. C'est dire qu'entre elle et le pouvoir, le fossé est encore large pour qu'un consensus soit enfin trouvé sur la transparence des élections en Algérie…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.