Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hausse des prix de divers produits: Les raisons de la flambée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Plusieurs produits, dont les produits alimentaires de large consommation, ont connu ces jours-ci une envolée.
En effet, le prix du poulet est passé en quelques jours de 300 à 400 DA le kilogramme. Idem pour les fruits et légumes dont certains produits comme la courgette, la carotte, les oranges ont connu une hausse oscillant entre 10 et 30 DA le kilogramme. S'agit-il d'une augmentation anticipée par rapport à la revalorisation des taxes ou d'une spéculation ? L'Association nationale des commerçants et artisans ANCA) impute cette hausse, pour ce qui est des produits alimentaires, aux producteurs et importateurs. «Le revendeur et le détaillant n'appliquent que la marge bénéficiaire, que ce soit pour le produit importé ou celui produit localement à la base d'une matière importée», explique Hadj Tahar Boulenouar, président de l'ANCA. Et d'ajouter, en fournissant les explications que lui auraient fournies certains importateurs et fournisseurs de produits alimentaires. Le décalage entre l'offre et la demande pour la majorité des ces produits est la justification qu'ils avancent, dira notre interlocuteur, contacté par téléphone. L'application des directives des pouvoirs publics, liées à la révision à la baisse de l'importation de certains produits, a eu un impact sur les prix de ces produits, sans oublier l'impact de la dévaluation de la monnaie nationale qui connaît une baisse par rapport à l'année dernière. Pour ce qui est de la flambée des prix de la viande blanche, notre interlocuteur l'impute au manque de l'offre. «La production est vraiment déficitaire», affirme le président de l'Anca. «On produit moins de 350 000 tonnes annuellement, alors que les besoins exprimés dépassent les 400 000 tonnes», estime M. Boulenouar. Cette envolée des prix s'explique aussi par le coût des aliments du bétail et les conditions précaires d'élevage. «60 % des aviculteurs utilisent des moyens traditionnels», avance-t-il. Quoi qu'il en soit, cette flambée des prix du poulet durera jusqu'à la mi-janvier prochain, selon Boulenouar. «La hausse continuera notamment avec l'avènement de la fête du Mawlid et les fêtes de fin d'année où les prix connaîtront une explosion», prévoit-il. Pour ce qui est des fruits et légumes, la baisse de l'offre et les conditions de stockage et de conservation sont imputables aux chambres froides qui «ne jouent pas leur rôle», indique M. Boulenouar, en plus des conditions météorologiques qui empêchent les agriculteurs de faire la cueillette. Alors que la spéculation et le marché parallèle sont à l'origine de l'envolée des prix de la cigarette, selon le président l'Anca, «40% de ce produit passent par l'informel», a-t-il souligné tout en réfutant l'hypothèse de l'augmentation anticipée par rapport aux taxes. Sans omettre également de souligner l'augmentation de certains produits de première nécessité, tels le sucre, la farine, la café. Tout cela bien avant la mise en œuvre de la loi de finances 2017.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.