Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ANSEJ de Tizi-Ouzou: 115 microentreprises créées depuis sept mois
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 08 - 2017

Cent quinze microentreprises ont été créées dans le cadre du soutien à l'emploi de jeunes au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou et ce, durant la période allant du 1er janvier au 31 juillet dernier.

La quasi-totalité de ces projets ont été financés dans le cadre de la formule dite «autofinancement» nouvellement mise en place par l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (Ansej), a précisé, Chafâa Hammour, maître-formateur au niveau de l'antenne régionale de Tizi-Ouzou. Pour diminuer le taux de mortalité des PME qui prend de l'ampleur dans plusieurs wilayas du pays où plusieurs projets fiancés dans le cadre de l'Ansej ont échoué, Chafaâ Hammour a assuré qu'une politique portant mise à niveau des jeunes entrepreneurs a été établie par leur agence. «Aujourd'hui, nous accompagnons ces jeunes sur trois axes : l'information, l'orientation mais aussi assurer le suivi de son projet. Aujourd'hui, les jeunes s'orientent vers l'entrepreunariat d'opportunité ou bien de nécessité en ayant un peu plus de réflexion et collecter assez d'informations avant de s'engager dans son activité.» «Cet acquis, dira-t-il, est le fruit d'un processus d'accompagnement mené par les formateurs au niveau de cette agence».
Dans la même formation, le maître formateur a affirmé qu'une convention-accord a été signée avec l'université pour la sensibilisation des étudiants sur l'entrepreunariat et les modalités de la gestion des entreprises. «Nous avons divers programmes pour la formation des diplômés universitaires dans plusieurs domaines, comme les nouvelles technologies, l'économie verte, le bâtiment…» Quant aux secteurs financés par leur agence, Chafaâ Hammour a précisé que «ce sont les secteurs générateurs de richesses qui sont financés. Il cite, entre autres, l'agriculture, les services, le bâtiment, les travaux publics et hydraulique (BTPH), l'industrie en général, notamment l'agroalimentaire, l'artisanat, les professions libérales et la maintenance. D'après lui, le changement effectué dans le financement des secteurs attractifs et créateurs de richesses est lié directement à l'environnement, puisque ce dispositif est d'ordre socio-économique. Le même responsable a souligné que vu le contexte économique qui se fragilise ces dernières années, une nouvelle vision a été mise en place par l'Ansej, qui consiste à aller progressivement vers la formule de l'autofinancement qui permet le financement de projets créés par les jeunes avec le recouvrement des crédits remboursés par d'autres jeunes», a-t-il expliqué. «Nous appelons à cette occasion les jeunes porteurs de projets à rembourser leurs crédits pour que l'Ansej puisse fiancer de nouveaux projets des jeunes désirant créer leurs PME». Chafaâ Hammour a tenu à féliciter les orientations du gouvernement pour accorder des facilitations aux jeunes porteurs de projets ayant contracté des crédits auprès des banques avant mars 2011, notamment celles relatives à la bonification de taux d'intérêt à 100%, l'effacement de pénalités de retard du paiement et le rééchelonnement de leurs crédits. A ce propos, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, avait annoncé récemment que le gouvernement, qui compte aider les jeunes promoteurs à rééchelonner leurs dettes, n'envisage aucunement un effacement de ces dettes. Pour le représentant du gouvernement, «les mesures prises au profit de certains jeunes entrepreneurs ayant bénéficié du soutien des dispositifs publics pour créer des microentreprises, et qui ont rencontré des difficultés par la suite, bénéficieront d'un rééchelonnement des dettes contractées pour la réalisation de leurs projets», a expliqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de la réunion nationale des directeurs des organes de l'ANSEJ et de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC). Il a souligné qu'il ne s'agit pas d'un effacement de la dette, une mesure «à l'encontre des principes de l'entrepreunariat et de l'esprit d'autonomie», selon lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.