Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Les explications de l'association des distributeurs    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Pourquoi un étranger pour évaluer le potentiel de notre domaine minier ?    Football - Ligue 1: Oran, Béchar et Chlef, pôles d'attraction    Ligue des champions d'Afrique : MCA - Buffles du Borgou, vendredi à 15h00 - Finir le travail à domicile    Adieu et merci l'Artiste    Cacophonie au sein du Comité contre le Covid-19: «L'acquisition du vaccin, en janvier, est une rumeur»    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    LABYRINTHES    Les prévisions de Météo Algérie    Poursuite de la baisse des contaminations    Plus de 7 quintaux de kif traité saisis    L'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le gouvernement examine la création d'un comité d'évaluation    Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    L'opinion politique à l'appréciation des juges    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le remboursement sous conditions
MICROENTREPRISES ET CREDITS
Publié dans L'Expression le 20 - 03 - 2017

L'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (Ansej) a recouvré, en 2016 au niveau national, 76% du total des crédits octroyés pour la création de microentreprises.
Le rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par les micro-entreprises en difficultés financières se fera sous certaines conditions, vient d'indiquer le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, en marge des Assises nationales sur la microentreprise.
«Il y aura des contacts qui seront lancés entre le jeune entrepreneur en difficulté et sa banque. Il va y avoir des études au cas par cas, mais l'opération (de rééchelonnement) se fera sous trois conditions», a expliqué le ministre.
Il s'agit de la disponibilité des équipements financés par la banque, c'est-à-dire qu'ils ne soient pas vendus par l'entreprise, que le dossier ne soit pas transféré vers le Fonds de garantie des PME, et que le jeune entrepreneur engage réellement des efforts pour conforter son entreprise, précise Baba Ammi. Selon lui, ces difficultés de remboursement des crédits sont dues principalement à des lacunes dans la maîtrise de la gestion par ces jeunes entrepreneurs. Dans son allocution prononcée lors des Assises nationales sur la microentreprise, qui se tiennent encore aujourd'hui à Alger, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait annoncé le rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par cette catégorie d'entreprises pour résoudre leurs problèmes de liquidités. «Nous n'allons pas vous donner de l'argent, nous allons juste vous aider à rapporter de l'argent par vous-mêmes», a-t-il dit. Il a fait savoir que la totalité des crédits alloués, à travers les différents mécanismes de soutien aux jeunes, avait atteint quelque 681 milliards de DA soulignant que les retards dans le remboursement des crédits ne représentait que 19%. Selon le directeur général du dispositif Ansej, Mourad Zelmati, l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (Ansej) a recouvré, en 2016 au niveau national, 76% du total des crédits octroyés pour la création de microentreprises. Selon ce même responsable «l'opération (d'octroi de crédits) se poursuit» bien que le reste des souscripteurs au dispositif n'ait pas encore remboursé ses créances. A en croire Zelmati, les sommes recouvrées ont permis de financer, l'an dernier, 55% des nouveaux projets d'investissement. Un taux qui sera augmenté incessamment afin d'assurer à l'Ansej une autonomie financière qui la prémunira de recourir au Trésor public. D'après la même source, l'on relève une baisse du nombre de projets financés et ce en raison de la tendance de l'Ansej à exiger qualité et compétence professionnelle de la part des postulants, et ce en parallèle au gel du financement de quelques activités non porteuses. L'Ansej procède, avant l'agrément d'un projet, à une étude technique de faisabilité prenant en considération la satisfaction des exigences, la saturation du marché, le savoir-faire du demandeur et le domaine d'investissement. Les jeunes universitaires et les diplômés des centres de formation représentent 82% des bénéficiaires en 2016, a-t-il relevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.