Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson algérienne: La facilité mène à la médiocrité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 04 - 09 - 2017

Encore une fois, cette fête de l'Aïd nous a donné l'occasion de constater que la médiocrité de la plupart de nos chanteurs est motivée par leur préférence de la facilité au travail et la rigueur.

En effet, si certaines chaînes de télévision ont décidé de passer et repasser l'enregistrement des deux chansons consacrées au sacrifice d'Ibrahim El Khalil (QSSL) et Mebrouk Aïdkoum du maître de la chanson andalouse et hawzie, Abdelkrim Dali, d'autres ont programmé certains chanteurs qui ont interprété la même chanson croyant que de cette manière le succès est garanti. Si les programmateurs ont décidé depuis des dizaines d'années de ne plus programmer l'enregistrement de Qçidet Ibrahim El Khalil, enregistrée dans les années 1920-1930 par Mahieddine Bachtarzi, pour ne plus passer que la version de Dali qui est, il faut reconnaître excellente, on se demande pourquoi ils nous obligent à voir des jeunes reprendre la même chanson. Les chanteurs auxquels on ouvre les portes des chaînes de télévision et les salles pour se produire, devraient plutôt s'adresser à des paroliers et des compositeurs pour nous offrir de nouveaux produits de bonne qualité. Mais pour que le produit soit de bonne qualité, on ne devrait plus permettre à ces chanteurs d'imiter des maîtres, ou de monter sur scène ou sur un plateau de télévision avec un cahier, car ils ne prennent même pas la peine d'apprendre leurs textes. Il faut noter que ces jeunes chanteurs ont pris cette mauvaise habitude en voyant des chanteurs considérés comme les plus grands, tels que Chaou Abdelkader et feu Boudjemâa El Ankis, passer à la télévision devant un pupitre. On ne comprend pas ces chanteurs, notamment de chaâbi qui choisissent le mauvais exemple au lieu de suivre la voie des maîtres tels que Hadj M'nouer, Hadj M'hamed El Anka et Mohamed El Marokene, qui apprenaient par cœur leurs textes, ce qui leur permettait de chanter tout en souriant et montrer les expressions de leurs visages selon la profondeur du texte.
Les andalous sont plus sérieux
La plupart de cette catégorie de chanteurs apparue à la fin des années 1970 ne prend même pas la peine de faire des répétitions sérieuses avec un orchestre. Comme pour une soirée de quartier ou un mariage, ces chanteurs cherchent à la dernière minute des musiciens pour les accompagner et se font applaudir par un public habitué à la médiocrité.
Pour ce qui est de l'assiduité, ils devraient suivre la voie des chanteurs andalous, même s'il y a parmi ces derniers ceux qui ne veulent toujours pas apprendre le solfège sous prétexte que ce style ne peut être transcris, alors qu'il a été prouvé que cela est faux, puisque tous les sons peuvent être écrits en solfège, «même le son d'un bison qui tombe dans des escaliers», comme disait le grand maître de l'andalou, compositeur et chanteur d'opéra Saïd Bestandji. Il devrait prendre aussi la leçon auprès de ces chanteurs et groupes modernes qui font des répétitions tout le temps et des recherches pour réaliser les meilleures compositions et les meilleurs arrangements.
La plupart de nos chanteurs sont tombés dans la facilité. Il est temps qu'ils se mettent au travail et il est temps aux programmateurs de ne plus leur permettre de chanter n'importe quoi et n'importe comment. Pour arriver au professionnalisme, il faut être exigeant. L'exigence mène à l'amélioration, et cela a été prouvé lors du Festival national de la chanson chaâbie, où tous les jeunes candidats au concours avaient appris par cœur leurs textes, car on le leur avait exigé. Il faut qu'on sache que la facilité mène à la médiocrité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.