Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson algérienne: La facilité mène à la médiocrité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 04 - 09 - 2017

Encore une fois, cette fête de l'Aïd nous a donné l'occasion de constater que la médiocrité de la plupart de nos chanteurs est motivée par leur préférence de la facilité au travail et la rigueur.

En effet, si certaines chaînes de télévision ont décidé de passer et repasser l'enregistrement des deux chansons consacrées au sacrifice d'Ibrahim El Khalil (QSSL) et Mebrouk Aïdkoum du maître de la chanson andalouse et hawzie, Abdelkrim Dali, d'autres ont programmé certains chanteurs qui ont interprété la même chanson croyant que de cette manière le succès est garanti. Si les programmateurs ont décidé depuis des dizaines d'années de ne plus programmer l'enregistrement de Qçidet Ibrahim El Khalil, enregistrée dans les années 1920-1930 par Mahieddine Bachtarzi, pour ne plus passer que la version de Dali qui est, il faut reconnaître excellente, on se demande pourquoi ils nous obligent à voir des jeunes reprendre la même chanson. Les chanteurs auxquels on ouvre les portes des chaînes de télévision et les salles pour se produire, devraient plutôt s'adresser à des paroliers et des compositeurs pour nous offrir de nouveaux produits de bonne qualité. Mais pour que le produit soit de bonne qualité, on ne devrait plus permettre à ces chanteurs d'imiter des maîtres, ou de monter sur scène ou sur un plateau de télévision avec un cahier, car ils ne prennent même pas la peine d'apprendre leurs textes. Il faut noter que ces jeunes chanteurs ont pris cette mauvaise habitude en voyant des chanteurs considérés comme les plus grands, tels que Chaou Abdelkader et feu Boudjemâa El Ankis, passer à la télévision devant un pupitre. On ne comprend pas ces chanteurs, notamment de chaâbi qui choisissent le mauvais exemple au lieu de suivre la voie des maîtres tels que Hadj M'nouer, Hadj M'hamed El Anka et Mohamed El Marokene, qui apprenaient par cœur leurs textes, ce qui leur permettait de chanter tout en souriant et montrer les expressions de leurs visages selon la profondeur du texte.
Les andalous sont plus sérieux
La plupart de cette catégorie de chanteurs apparue à la fin des années 1970 ne prend même pas la peine de faire des répétitions sérieuses avec un orchestre. Comme pour une soirée de quartier ou un mariage, ces chanteurs cherchent à la dernière minute des musiciens pour les accompagner et se font applaudir par un public habitué à la médiocrité.
Pour ce qui est de l'assiduité, ils devraient suivre la voie des chanteurs andalous, même s'il y a parmi ces derniers ceux qui ne veulent toujours pas apprendre le solfège sous prétexte que ce style ne peut être transcris, alors qu'il a été prouvé que cela est faux, puisque tous les sons peuvent être écrits en solfège, «même le son d'un bison qui tombe dans des escaliers», comme disait le grand maître de l'andalou, compositeur et chanteur d'opéra Saïd Bestandji. Il devrait prendre aussi la leçon auprès de ces chanteurs et groupes modernes qui font des répétitions tout le temps et des recherches pour réaliser les meilleures compositions et les meilleurs arrangements.
La plupart de nos chanteurs sont tombés dans la facilité. Il est temps qu'ils se mettent au travail et il est temps aux programmateurs de ne plus leur permettre de chanter n'importe quoi et n'importe comment. Pour arriver au professionnalisme, il faut être exigeant. L'exigence mène à l'amélioration, et cela a été prouvé lors du Festival national de la chanson chaâbie, où tous les jeunes candidats au concours avaient appris par cœur leurs textes, car on le leur avait exigé. Il faut qu'on sache que la facilité mène à la médiocrité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.