Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections locales: Le FLN présent dans toutes les communes
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 10 - 2017

Le vieux parti restera toujours un parti «unique». Il est, en effet, l'unique parti à présenter des listes de candidats au niveau des 1541 communes et 48 wilayas que compte le pays pour les élections locales du 23 novembre prochain.

Le parti de Djamel Ould Abbès qui trône sur toutes les institutions du pays, de la base jusqu'au sommet, entend préserver sa position de leader en étant présent partout. Même dans les wilayas de Kabylie où le parti n'est pas véritablement implanté, seule région où les partis de l'opposition démocratique détiennent la majorité, le FLN a déployé toutes ses énergies pour marquer, ne serait-ce que sur un plan symbolique, sa présence. Aucun autre parti n'a réussi à gagner ce pari d'être partout, y compris son allié au gouvernement et au Parlement, le RND du Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Bien que le RND soit en lice dans les 48 Assemblées de wilaya, il est défectueux dans une vingtaine de communes, notamment en Kabylie. Le parti sera présent dans 1521 communes du pays. Ce qui est déjà une bonne chose pour le parti. Quant aux partis de l'opposition, ils sont tout à fait loin du compte. Le parti qui sera le mieux représenté ne sera présent que dans environ 50% des communes que compte le pays. Il s'agit du parti islamiste, le MSP, qui participera avec ses listes dans 720 communes et 47 wilayas. Le MSP, plus important parti de l'opposition actuellement, se place à peu prés au même niveau d'un nouveau parti de la périphérie du pouvoir, à savoir le MPA qui sera en lice, selon son président Amar Benyounès, dans 850 APC et 46 APW. L'Union Ennahda-Adala-Binaa prendra part aux prochaines élections avec seulement 25 listes au niveau des APW et 240 listes au niveau des APC, selon le secrétaire général du Mouvement Ennahda, Mohamed Dhouibi. L'autre parti islamiste, El Islah, ne participera qu'avec près de 100 listes de candidature pour les Assemblées populaires communales (APC) et 16 pour les assemblées populaires de wilaya (APW). Pour les autres partis de l'opposition dite démocratique, c'est la déconvenue totale. Et pour cause, le plus vieux parti de l'opposition, le FFS en l'occurrence, n'a pas été en mesure de présenter des listes dans plus de 18 wilayas et 348 communes. Talaie El-Houriyet, de l'ancien chef du gouvernement, Ali Benflis, qui a dénoncé des entraves et des obstacles dressés devant les militants du parti, n'a pu constituer des listes que pour 41 communes et 14 listes APW. Ce que le parti considère comme une grande prouesse. Ce manque de représentativité des partis de l'opposition est imputé par ces partis aux entraves administratives et judiciaires. Le parti de Benflis a dénoncé des
«entraves qui dépassent tout entendement et toutes les logiques», alors que d'autres partis comme le MSP, le FFS et le RCD ont dénoncé des «rejets arbitraires» des dossiers de plusieurs candidats. Un argument qui ne tient pas la route puisque même si aucun rejet n'est enregistré, le meilleur de ces partis ne pourrait représenter même pas le tiers des communes du pays. Aussi, même le RND du Premier ministre a vu le rejet de 549 dossiers de candidats dont 51 ont été réhabilités par la justice. D'autres partis, à l'instar du PT, du MSP et de l'Union Ennahda-Adala-Binaa ont évoqué un autre problème «invraisemblable». Leurs militants dans plusieurs wilayas ont refusé de se porter candidats aux élections, ne souhaitant pas diriger des communes en faillite et dans un contexte de crise financière. A rappeler que le nombre des candidats aux élections locales du 23 novembre prochain a atteint 165 000 candidats pour les APC et 16 600 pour les APW, selon les données du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire. Quant au nombre de listes de candidats, elles sont de l'ordre 9 500 pour les APC et 620 pour les APW.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.