Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sedia prêt pour le prochain Sila
Littérature
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 09 - 2009

Comme à l'accoutumée, la rentrée littéraire s'annonce fructueuse et prometteuse avec en prime la tenue du prochain Sila prévu pour le 27 octobre prochain. Les éditions Sedia, qui ne cessent d'étoffer de nouvelles collections, s'inscrivent dans cette démarche dynamique avec les parutions de nouveaux crus littéraires. Consignés dans le troisième bulletin d'information Fenêtre, Sedia donne un aperçu de ces nouveautés.
Dans cette optique, l'ouvrage Le Rapt d'Anouar Benmalek, sorti en France chez Fayard au mois d'août, vient de paraître ce mois de septembre chez Sedia.
Anouar Benmalek nous replonge dans l'univers kafkaïen de l'Algérie qui n'a pas encore pansé ses blessures. «En Algérie, l'histoire reste encore un présent, car nous n'avons pas encore soldé nos comptes des crimes passés», exprime l'auteur.
A travers le récit d'un enlèvement d'une adolescente de 14 ans dans une Algérie meurtrie, c'est l'histoire qui est exhumée avec ses cadavres dans le placard.
Une «fenêtre» pour connaître les grands écrivains
Ce roman d'une grande intensité fait référence à des pans de l'histoire de notre pays occultée et tronquée qui refait souvent surface. C'est avec engouement que l'on savoure la plume souvent aiguisée d'Anouar. Dans cette lettre trimestrielle d'information, on retrouve deux portraits d'auteurs, tels que Amin Maalouf et Erik Orsenna.
Philosophe, historien et romancier, Amin Maalouf est connu pour son œuvre universelle. Ses romans prolifiques souvent fantastiques et historiques nous emmènent dans les dédales de l'histoire et des grands événements. Avec son tout dernier essai intitulé Ce dérèglement du monde, il évoque la situation chaotique et alarmante de ce monde. En préambule, il dit :
«Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole, ce que je reproche au monde arabe, c'est l'indigence de sa conscience morale, ce que je reproche à l'Occident, c'est sa propension à transformer sa conscience morale en instrument de domination.»
Erik Orsenna, ce chercheur dans le domaine de la finance, ex-conseiller de Mitterrand, s'intéresse à l'avenir de l'eau. Il a évolué dans différentes sphères politiques, littéraires et de la recherche. Armé d'une solide expérience, il s'initie à l'écriture d'un essai La mondialisation et l'avenir de l'eau, lequel a été honoré du prix Joseph Kessel 2009. L'eau est-elle l'or bleu du futur ?
Comment est-elle gérée ? Ces interrogations interpellent sur cette problématique porteuse d'enjeux géopolitiques. Un entretien au titre significatif Non à l'obscurantisme de Azzouz Begag nous renseigne sur sa manière d'allier l'écriture et la politique.
L'ouvrage Chaos des sens d'Ahlem Mosteghanemi en langue arabe, paru il y a quelques années, vient d'être traduit en français. Ce livre a reçu le prix Naguib Mahfoud.
Ahlem est considérée comme l'écrivaine la plus lue dans le monde arabe. Dans Fenêtre, il est indiqué qu'en octobre prochain, Assia Djebar sera membre du jury du festival de Rome. L'actrice et productrice berlinoise d'origine irakienne Nadja Tenje portera des textes choisis à l'écran s'inspirant des romans Loin de Médine et Vaste est la prison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.