Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sedia prêt pour le prochain Sila
Littérature
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 09 - 2009

Comme à l'accoutumée, la rentrée littéraire s'annonce fructueuse et prometteuse avec en prime la tenue du prochain Sila prévu pour le 27 octobre prochain. Les éditions Sedia, qui ne cessent d'étoffer de nouvelles collections, s'inscrivent dans cette démarche dynamique avec les parutions de nouveaux crus littéraires. Consignés dans le troisième bulletin d'information Fenêtre, Sedia donne un aperçu de ces nouveautés.
Dans cette optique, l'ouvrage Le Rapt d'Anouar Benmalek, sorti en France chez Fayard au mois d'août, vient de paraître ce mois de septembre chez Sedia.
Anouar Benmalek nous replonge dans l'univers kafkaïen de l'Algérie qui n'a pas encore pansé ses blessures. «En Algérie, l'histoire reste encore un présent, car nous n'avons pas encore soldé nos comptes des crimes passés», exprime l'auteur.
A travers le récit d'un enlèvement d'une adolescente de 14 ans dans une Algérie meurtrie, c'est l'histoire qui est exhumée avec ses cadavres dans le placard.
Une «fenêtre» pour connaître les grands écrivains
Ce roman d'une grande intensité fait référence à des pans de l'histoire de notre pays occultée et tronquée qui refait souvent surface. C'est avec engouement que l'on savoure la plume souvent aiguisée d'Anouar. Dans cette lettre trimestrielle d'information, on retrouve deux portraits d'auteurs, tels que Amin Maalouf et Erik Orsenna.
Philosophe, historien et romancier, Amin Maalouf est connu pour son œuvre universelle. Ses romans prolifiques souvent fantastiques et historiques nous emmènent dans les dédales de l'histoire et des grands événements. Avec son tout dernier essai intitulé Ce dérèglement du monde, il évoque la situation chaotique et alarmante de ce monde. En préambule, il dit :
«Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole, ce que je reproche au monde arabe, c'est l'indigence de sa conscience morale, ce que je reproche à l'Occident, c'est sa propension à transformer sa conscience morale en instrument de domination.»
Erik Orsenna, ce chercheur dans le domaine de la finance, ex-conseiller de Mitterrand, s'intéresse à l'avenir de l'eau. Il a évolué dans différentes sphères politiques, littéraires et de la recherche. Armé d'une solide expérience, il s'initie à l'écriture d'un essai La mondialisation et l'avenir de l'eau, lequel a été honoré du prix Joseph Kessel 2009. L'eau est-elle l'or bleu du futur ?
Comment est-elle gérée ? Ces interrogations interpellent sur cette problématique porteuse d'enjeux géopolitiques. Un entretien au titre significatif Non à l'obscurantisme de Azzouz Begag nous renseigne sur sa manière d'allier l'écriture et la politique.
L'ouvrage Chaos des sens d'Ahlem Mosteghanemi en langue arabe, paru il y a quelques années, vient d'être traduit en français. Ce livre a reçu le prix Naguib Mahfoud.
Ahlem est considérée comme l'écrivaine la plus lue dans le monde arabe. Dans Fenêtre, il est indiqué qu'en octobre prochain, Assia Djebar sera membre du jury du festival de Rome. L'actrice et productrice berlinoise d'origine irakienne Nadja Tenje portera des textes choisis à l'écran s'inspirant des romans Loin de Médine et Vaste est la prison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.