L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il faut persévérer dans cette voie»
Louisa Hanoune à propos la loi de finances 2010 :
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 09 - 2009

Louisa Hanoune a réuni hier les membres des bureaux des commissions de wilaya des élus de son parti au niveau de la mutuelle générale des travailleurs des matériaux de construction à Zéralda. Objectif : traiter des derniers développements de l'actualité politique nationale.
La loi de finances complémentaire, le code de communal et de wilaya et la tripartite ont été les principaux axes de son discours.
Encore une fois, les dispositions contenues dans la loi de finances complémentaire (LFC 2009) se sont taillées la part du lion dans les «explications» de Louisa Hanoune. Tout en ce félicitant des décisions courageuses prises par l'Etat pour protéger l'économie nationale, la pasionaria a d'emblée rappelé que nombre de ces dispositions ont été avancées par le PT.
Abordant la loi de finances pour 2010 qui sera au cœur des débats lors du Conseil du gouvernement de demain, Louisa Hanoune exhorte ce dernier à «poursuivre dans cette politique». Dans ce contexte, elle réclame du gouvernement d'aller, entre autres, vers la nationalisation des biens de l'Etat, tout comme elle souhaite qu'il aille dans le sens de l'amélioration du pouvoir d'achat du citoyen.
Louisa Hanoune a, rappelons-le, évoqué un «Smig à 35 000 DA» pour permettre à ce dernier de vivre décemment. La première responsable du PT s'est en outre attaquée, lorsqu'elle a évoqué la très attendue tripartite qui tranchera sur le SNMG, aux organisations patronales.
Qualifiant le fait que les patrons sont consultés pour l'augmentation du SNMG de «bidâa» (une hérésie), elle considère que c'est une erreur qu'ils aient un droit de regard sur les salaires des travailleurs. «Ils peuvent certes participer comme tous au débat mais ne doivent pas être consultés».
Pour Louisa Hanoune, leurs critiques sur la loi de finances complémentaire, notamment le crédit documentaire institué comme seul moyen de payement, sont infondées. Mieux, elle va jusqu'à demander des bilans. «Nous demandons un bilan de l'argent injecté dans le secteur privé», martèle-t-elle.
Par ailleurs, Louisa Hanoune a profité de la présence des élus de son parti pour revenir sur les codes de wilaya et de commune. Globalement favorable, elle souhaite toutefois que la réforme des structures de l'Etat ne soit pas «conforme au rapport Sbih».
Elle a en revanche déploré le fait que les élus ne soient pas associés aux débats. «Il faut ouvrir le débat aux élus pour enrichir le projet qui est cantonné uniquement au niveau des wali et chef de daïra», a-t-elle argué. Pour Louisa Hanoune, le nouveau découpage administratif permettra de donner un élan au développement et contribuera à coup sûr à la création d'emplois. Les ateliers de travail de la réunion des élus se poursuivent aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.