Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des commissions de surveillance exigées par les spécialistes
Les wilayas interpellées pour intervenir en prévision des pluies diluviennes
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 09 - 2009

La hantise des inondations revient à l'esprit à chaque fois que de fortes précipitations sont enregistrées. Les fortes averses ne sont pas forcément à l'origine des catastrophes naturelles. C'est la présence d'un ensemble de facteurs qui favorisent le déclenchement des inondations.
En dépit des débris et gravas non enlevés par les entreprises réalisatrices de projets de construction, les collecteurs, avaloirs et autres ouvrages, censés drainer les eaux pluviales, se trouvent obstrués par les déchets solides charriés par les eaux pluviales, les sachets noirs et autres détritus jetés par les ménages.
Cette situation est encore aggravée par le chevauchement des missions des différents services chargés de l'entretien des différents ouvrages. Avec le changement climatique, une prise en charge plus sérieuse doit être entreprise par les pouvoirs publics.
Pour Amar Chouikh, directeur d'exploitation à l'Office national d'assainissement (ONA), «il faut créer une commission au niveau de chaque wilaya pour assurer l'entretien des ouvrages». Cette commission composée notamment de représentants de la direction des services hydraulique (DHW), des travaux publics (DTP) et de l'ONA devra intervenir pour faire face aux inondations qui constituent une vraie menace pour les populations.
En plus des réunions régulières qu'elle devra prévoir, elle devra élaborer des plans d'action en vue de prédire les catastrophes naturelles, a-t-il suggéré.
Un dispositif d'alerte enclenché
Au niveau de l'ONA, un dispositif d'alerte et d'intervention est opérationnel tout au long de la période automnale et hivernale.
La mise en place de ce dispositif est précédée par une vague opération d'entretien des ouvrages au cours des mois d'août et de septembre.
Un curage systématique des avaloirs est assuré, nous a-t-il expliqué, ajoutant que cette mission est assurée en plus du travail effectué sur le réseau d'assainissement. «Nous intervenons également sur les points noirs», qui sont situés au niveau des sites de réalisation de projets de construction, notamment.
Pour les éradiquer, l'ONA procède, à chaque fois, à la réalisation d'un nouveau collecteur comme celui en cours au niveau du port d'Alger.
Surveillance des points noirs
Par ailleurs, explique Amar Chouikh, l'ONA est en alerte dès la réception d'un bulletin météorologique spécial en enclenchant un dispositif particulier de surveillance des points noirs à travers lequel les équipes de l'ONA sont mobilisées en permanence jusqu'à la levée de l'alerte. Elles interviennent en collaboration avec les services de la direction des travaux publics (DTP), des communes et de la Protection civile, a-t-il ajouté.
Ce même responsable fera remarquer, par contre, que le curage des réseaux des eaux pluviales, des avaloirs, des grilles et des caniveaux ne relève pas des missions de l'ONA mais de ceux de la DTP. Dans la capitale, le curage des avaloirs, par exemple, au niveau des communes intramuros est confié à l'entreprise Asrout alors qu'au niveau des autres communes cette mission est assurée par les services communaux.
Et pourtant, les missions sont connues
Cependant, l'entretien de tous ces ouvrages est confié à l'ONA, qui est pourtant chargée de la gestion du réseau d'assainissement, a-t-il remarqué. Cette situation est constatée principalement au niveau des wilayas de l'intérieur du pays où les wilayas ne s'adressent qu'à l'ONA pour toutes les opérations de curage ou d'entretien des différents ouvrages.
Or, «il est pratiquement impossible à l'ONA d'assurer l'entretien de la totalité des ouvrages», a-t-il reconnu, insistant, à l'occasion, sur le problème des rejets des déchets solides. Les débris de travaux de construction et les appareils électroménagers détériorés obstruent les têtes d'ouvrages, c'est-à-dire les points qui assurent la jonction entre les oueds et les collecteurs. Malgré les multiples interventions, ce problème ne peut être résolu en l'absence de civisme des populations.
Les services de l'ONA, a-t-il ajouté, interviennent également au niveau des «chambres à sable» et les bassins de rétention. Cependant, il est constaté que de grandes quantités de sable atterrissent au niveau des réseaux d'assainissement. Pour certains ouvrages, le manque de curage peut carrément provoquer des inondations, a averti le responsable. Pour les stations de relevage, un entretien permanent doit être assuré, a recommandé Amar Chouikh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.