Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le danger de l'amiante, l'angoisse de centaines de familles
Chalets préfabriqués à Constantine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 03 - 2010

Des centaines de chalets préfabriqués, réalisés, dans les années quatre-vingts à Constantine, dans le cadre de plusieurs programmes dont l'éradication des bidonvilles, sont devenus une source d'inquiétude.
Les habitants desdits chalets vivent au rythme du problème de l'amiante, d'autant qu'aucune mesure n'a été faite pour le résoudre. En effet, la majorité des habitants appréhendent les dangers de ce produit qui menace leur santé, et du coup la santé publique. Construits pour une durée de vie de dix ans en moyenne, la majorité des chalets préfabriqués est, à ce jour, occupée par la plupart des familles bénéficiaires. En plus du facteur temps, d'autres facteurs ont contribué largement dans la détérioration de l'état des chalets. Il s'agit du glissement de terrain et le manque d'entretien. Ainsi, plusieurs chalets sont dans état de délabrement avancé.
«Notre chalet est dans un état de vétusté. Les murs sont fissurés, ce qui a provoqué notre angoisse. Les matériaux de construction des chalets préfabriqués contiennent de l'amiante et que ces derniers se dégradent en vieillissant. Ma famille est consciente de la portée du risque nommé amiante, mais nous n'avons aucune alternative», soulignera Houria, mère de cinq enfants. Et d'ajouter :
«L'achat d'un appartement coûte les yeux de la tête. Pour se procurer une petite maison, il faut dépenser des millions de dinars. C'est un rêve que mon mari, un simple fonctionnaire, ne peut pas réaliser.»
La majorité des familles qui résident dans des chalets préfabriqués espèrent trouver la solution adéquate à leur problème, qui ne cesse de prendre de l'ampleur au fil des années. Le problème est devenu épineux, d'autant que la crise du logement persiste au niveau de la wilaya de Constantine où les besoins de logements sont estimés à environ 20 000 unités.
«J'habite dans un chalet qui a été construit au début des années 1980. Les murs et les plafonds de plusieurs pièces sont lézardés.
L'amiante est cancérigène. J'ai trois enfants et j'ai peur qu'ils attrapent une maladie mortelle», dira une locataire de la cite El Gammas.
«Il a été scientifiquement démontré que l'amiante est cancérigène», rétorquera sa voisine. Selon certaines sources au fait du sujet, des centaines de chalets préfabriqués ont été bâtis avec des matériaux contenant de l'amiante, à l'image des 400 chalets de la cité Boudraâ Salah, ce qui nécessite l'intervention des parties concernées le plus tôt possible.
Dans ce contexte, plusieurs experts proposent la restauration des chalets dans les plus brefs délais, alors que d'autres optent pour l'éradication des chalets préfabriqués qui ont plus de 20 ans et le relogement de leurs occupants. «Vu la crise du logement, la réhabilitation des cités composées de chalets préfabriqués est la meilleure solution», affirmeront certains habitants.
En attendant la concrétisation de l'une des solutions, les conséquences du problème de l'amiante angoissent des centaines de familles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.