L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le signe,l'encre et le sang
Hommage à Mohamed Khadda
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 03 - 2010

Mohamed Khadda a mené une vie tumultueuse. Il s'est voué à son art dans toute sa diversité : calligraphie, peinture à l'huile, aquarelles, décors pour des œuvres cinématographiques, illustrations d'ouvrages, fresques murales, mais il marquera à jamais la peinture contemporaine de son empreinte «magique», par son trait… l'artiste du signe.
Najet Khada, veuve de l'artiste, ainsi que l'Ecole supérieure des beaux arts ont tenu à organiser une rencontre sur son parcours, ainsi qu'une exposition de plus 27 œuvres constituées de peinture à l'huile, des aquarelles et des gravures, inspirées par des thématiques propres au peintre : la nature, l'écriture et les paysages.
Cette collection d'un fonds familial retrace les différentes périodes artistiques du peintre, s'étale sur différentes périodes artistiques du plasticien. Cette rencontre est un hommage à l'occasion du 80e anniversaire de sa naissance.
Une enfance difficile
Né le 14 mars 1930 à Mostaganem, ses parents ainsi que lui menèrent une vie des plus difficiles, maladie et pauvreté le poussèrent à exercer les tous petits métiers qu'il pouvait trouver pour survivre. Après le travail, il se consacrait à la reliure de livres qui lui sont confiés et il découvre alors des auteurs et des œuvres de Hafid, Djami, Omar Khayyam, Mohamed Abdou, Taha Hussein, Gide ou encore André Breton.
Son ouverture et sa culture le façonneront également par la rencontre d'autres peintres et écrivains avec qui il liera une grande amitié telles que sa rencontre en 1947 avec Abdallah Benanteur qui lui proposa de s'inscrire dans une école de dessin par correspondance. Il réalise ses premières aquarelles, puis des pastels et des peintures. Cette passion va le pousser à des recherches et des rencontres, il fréquente alors les librairies et les marchés aux puces.
Sa découverte vers la fin des années 1940 du Musée des beaux arts et le choc des toiles exposées, celles de Delacroix, Fromentin, Chassériau, Dinet le réconforte dans ce sentiment qui grandit en lui et qui va faire justement de lui l'un des plus grands peintres algériens. Evoluant dans une Algérie meurtrie, il découvre ainsi la pensée de Ben Badis et adhère aux mouvements nationalistes comme la jeunesse de l'UDMA de Ferhat Abbas.
Son voyage à Paris en compagnie de Benanteur va lui permettre de découvrir les musées et galeries. En 1948, il rendra visite avec Benanteur à un ami hospitalisé au sanatorium de Rivet (Meftah) et découvre le Musée des beaux arts d'Alger où il voit longuement les toiles de Delacroix, Fromentin, Chassériau, Dinet, les sculptures de Rodin et de Bourdelle.
Le sentiment national progresse décisivement en cette époque. Il a pour amis l'homme de théâtre Abderrahmane Kaki, Mohammed Tengour qui milite pour le PPA indépendantiste de Messali Hadj, Mustapha Kaïd, acquis à l'idéal communiste. Il suit les cours d'arabe donnés dans un garage, qui sera vite fermé par la police, fréquente les cinéclubs et élargit à travers les films de Cocteau et de Bunuel sa connaissance du surréalisme.
Un artiste complet
Il va fréquemment voir à Oran les expositions de la galerie d'avant-garde Colline. Il écrit des poèmes, s'essaie à la sculpture (pierre, plâtre et terre) et peint sur le motif avec Benanteur autour de Mostaganem. Il se lie avec le romancier Kateb Yacine, milite pour l'indépendance de l'Algérie et adhère au Parti communiste. Il réalise sa première exposition personnelle en 1961. Depuis, Khadda va affirmer son talent dans les années à venir jusqu'à s'imposer pleinement sur la scène culturelle.
Mohammed Khadda rentre en 1963 en Algérie où il expose régulièrement. Membre fondateur en 1964 de l'Union nationale des arts plastiques, dont il est le secrétaire de 1972 à 1975, il y défend la peinture non figurative violemment dénoncée à cette époque, illustre plusieurs recueils de poèmes (Jean Sénac, Rachid Boudjedra) et crée des décors et costumes pour les Théâtres d'Alger et d'Oran (Abdelkader Alloula). Mohamed Khadda demeure un pilier des arts plastiques en Algérie. Sa peinture est faite de signes, d'encre et de sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.