Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La préparation fait défaut
Les examens de fin d'année approchent
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2010

à grands pas, suscitant l'appréhension des futurs candidats et de leurs parents. Une appréhension liée aux nombreux débrayages durant l'année scolaire 2009-2010 qui ont engendré non seulement un retard dans le programme mais aussi une agitation dans le milieu qui n'a pas laissé indifférents élèves et enseignants.
Le calendrier des examens fixé par le ministère de l'Education en mars est en effet maintenu. Ainsi, comme prévu, le baccalauréat aura lieu les 6, 7, 8, 9 et 10 juin, les épreuves du brevet d'enseignement moyen (BEM) ont été fixées aux 1er, 2 et 3 juin et celles du cycle primaire au 27 mai, avec une session de rattrapage le 24 juin. Ces dates, selon le ministre de l'Education, prennent en considération le déroulement de la Coupe du monde 2010. Ce détail pourtant n'a pas l'air d'intéresser les concernés, du moment que parents et élèves, dont le souci actuel se résume à l'achèvement des programmes scolaires, redoutent le déroulement des examens de cette année.
En effet, bien qu'une liste de leçons sur lesquelles porteront les épreuves ait fait le tour des lycées, et malgré la déclaration du ministre de l'Education nationale, Boubekeur Benbouzid, à propos du rattrapage qui a été accompli, le vice-président de l'association des parents d'élèves du lycée Okba d'Alger, M. Taliouine, n'est pas convaincu, les rattrapages n'ayant pas été accompli dans les normes, d'après lui. Les syndicats de l'éducation ont eu la même réaction quant à la question de la préparation des élèves aux examens.
Les candidats au bac, les plus à plaindre
Evoquant les futurs candidats au baccalauréat, le porte-parole du Conseil des lycées d'Algérie (CLA), Achour Idir, estime que les élèves en général et encore plus les futurs bacheliers ne sont pas suffisamment préparés, raison pour laquelle parents et enseignants s'attendent à un taux de réussite beaucoup moins important que celui de l'année dernière.
Les enseignants et les associations ne sont pas les seuls à ne pas y croire. Les élèves de terminale ne cessent de se plaindre de l'accélération des cours qui a créé un cafouillage générant un sérieux malaise au sein de cette jeune communauté. Résultat : une appréhension particulière et unique en son genre. «Une panique spéciale 2010», dira un lycéen abordé par nos soins.
«Unités scolaires non achevées, accélération des cours souvent non assimilés, leçons bâclées, tout y est pour un ratage évident», s'exprime notre témoin. Cependant, si la plupart des enseignants ne nient pas les retards générés par les débrayages qu'ils ont déclenchés cette année, d'autres au contraire restent confiants tout en admettant les perturbations survenues suite aux grèves récurrentes qu'a connues cette année scolaire.
C'est le cas de deux enseignantes exerçant dans des CEM à Alger et d'une autre, institutrice dans une école primaire, qui ont jugé les appréhensions des uns et des autres comme étant démesurées. «On s'inquiéterait peut-être pour les futurs bacheliers, mais pourquoi pour les autres élèves des deux autres paliers qui ont vu, pour la plupart, leurs cours achevés», témoigne l'une d'entre elles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.