Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





8 greffes de rein seulement ont été réalisées en Algérie
Le professeur Tahar Rayane à propos des prélèvements d'organes et de tissus sur des cadavres :
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 06 - 2010

L'Algérie n'a réalisé jusque-là que 8 greffes de rein à partir de cadavres, dont deux en 2010 à l'hôpital de Blida. Le volume faible des transplantations réalisées à travers le territoire national, selon le professeur Tahar Rayane, président de la Société algérienne de néphrologie
, dialyse et transplantation, est dû aux obstacles relatifs aux donneurs d'organes, au manque de sensibilisation, aux problèmes liés à l'éthique et à l'ordre organisationnel. Plus explicite, il a indiqué que les prélèvements d'organes et de tissus effectués sur des personnes en état de mort céphalique se déroulent dans un contexte d'urgence. Ils nécessitent la mise en route à toute heure d'un processus devant conduire dans un délai le plus bref possible à la greffe chez le receveur adéquat pour le greffon proposé.
Toutefois, en Algérie, très peu de personnes avant leur mort donnent leur consentement et très peu de familles aussi acceptent de donner leur accord pour des prélèvements sur le cadavre de leur proche, et ce, le plus souvent pour des raisons liées à l'éthique et ou à la religion.
La loi n°85-05 du 16 février 1985 relative à la protection et à la promotion de la santé, dans son chapitre III sur les prélèvements et les transplantations d'organes humains, introduit pour les prélèvements chez les décédés le consentement de la personne avant son décès.
Toutefois, l'article 164 (loi n°90-17 du 31 juillet 1990) stipule que le prélèvement de tissus et d'organes sur les personnes décédées aux fins de transplantation ne peut se faire qu'après constatation médicale et légale de décès et si de son vivant le défunt a exprimé son consentement. Dans le cas contraire, le prélèvement ne peut être effectué qu'après accord de l'un des membres de sa famille.
Rien dans la religion n'interdit les greffes
Plusieurs fatwas ont été rendues publiques en Algérie, notamment celle datant de 1976 émanant du conseil islamique autorisant la transplantation des organes et des tissus à partir de cadavres.
Dans son intervention lors du premier congrès algéro-jordanien sur les transplantations d'organes, de tissus et de cellules, le docteur Y. Benmahdi, représentant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, a rappelé que le corps humain est sacré et passe avant la religion, c'est-à-dire que la religion n'interdit pas la greffe.
Selon le professeur Rayane, une campagne de sensibilisation est lancée annuellement, le 14 juin, date coïncidant avec la journée du don de sang, afin d'encourager la population à aller dans le vrai sens de la solidarité pour perpétuer la vie. Il affirme qu'actuellement, la société de néphrologie compte 500 cartes «officieuses» de donneurs.
L'agence de transplantation et de greffe d'organes bientôt finalisée
La réalisation de l'agence de transplantation et de greffe d'organes, qui est en cours de finalisation et dont le siège sera situé près de l'Institut du rein à Blida,
va permettre la gestion des listes des donneurs et des receveurs, notamment les 6000 insuffisants rénaux chroniques en phase terminale. Et aussi de mettre en place les moyens nécessaires pour la prise en charge des patients nécessitant une greffe.
Réalisé à 80%, selon son chef de projet, à savoir le professeur T. Rayane, l'Institut du rein va permettre la transplantation, mais aussi des soins de haut niveau. Il doit aussi assurer des activités de recherche sur le plan épidémiologique et abriter une sérothèque, ainsi qu'un laboratoire HLA (Human Leucocyte Antigen).
Les greffes des cornées ont été pratiquées jusqu'au 1985 au CHU de Mustapha grâce à l'importation de greffons et aux prélèvements effectués localement sur autorisation ministérielle. Pendant plusieurs années et jusqu'à l'an 2000, les patients algériens ont été transférés à l'étranger avec des résultats de qualité inégale.
Le professeur Hartani, chef de service d'ophtalmologie du CHU Mustapha Pacha, avait déclaré : «Nous avons fourni à nos confrères étrangers un matériel de formation avec des dépenses en devises considérables», ajoutant que ce n'est qu'à partir du 9 décembre 2002 que les premières greffes de cornée ont pu être réalisées en Algérie avec des cornées prélevées sur des donneurs algériens consentants.
Le problème majeur, selon le professeur Rayane, demeure la sensibilisation de la population pour dépasser ce tabou, qui permettra aux patients de disposer des progrès de la médecine. La mise en place d'une banque de cornées est une nécessité, conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.