La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mise en garde de la Banque d'Algérie
Baisse des prix du pétrole
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 07 - 2012

La baisse des prix du pétrole menace l'équilibre du budget de l'Etat. La Banque d'Algérie a émis hier une sévère mise en garde quant aux conséquences de la chute du baril de l'or noir.
L'équilibre du budget de l'Etat requiert désormais un prix de pétrole supérieur à 110 dollars le baril, a indiqué hier un responsable de la Banque d'Algérie tout en alertant sur la dépendance accrue vis-à-vis des recettes énergétiques. Cette mise en garde est contenue d'ailleurs dans le rapport annuel 2011 sur les tendances financières et monétaires présenté hier à la presse.
«Désormais, l'équilibre budgétaire requiert des niveaux de prix des hydrocarbures supérieurs à 112 dollars le baril pendant que les recettes budgétaires totales restent fortement dépendantes de celles, très volatiles, des hydrocarbures», précise-t-on dans le chapitre «Finances publiques». Dans le rapport sur l'évolution économique et monétaire en 2011, présenté par Djamel Benbelkacem, directeur conseiller à la banque, il a été mentionné que le prix moyen du baril de pétrole algérien (Sahara Blend) était de 112 dollars en 2011.
Après être descendus à moins de 80 dollars le baril à Londres, les prix du brut ont rebondi de sept dollars vendredi, terminant la semaine à près de 85 dollars le baril à la faveur d'un accord surprise conclu en fin de semaine dernière lors du sommet européen de Bruxelles. Interrogé par des journalistes sur le sort des dépenses publiques au cas où le baril du pétrole chutait à un niveau similaire de celui de 2009 (autour de 60 dollars), M. Benbelkacem a répondu :
«Dans ce cas, nous allons recourir au FRR (Fonds de régulation des ressources) qui couvrira, le cas échéant, dix ans de déficit budgétaire». A fin 2011, le solde du FRR, alimenté de l'écart entre la fiscalité pétrolière recouvrée et la fiscalité pétrolière budgétisée, était de 5381,7 milliards DA contre 4842,8 milliards DA à fin 2010, a rappelé M. Benbelkacem. Cette épargne représente 37,4% du PIB, 94,4% des recettes totales de l'Etat et 93,9% des dépenses publiques,
selon le même rapport qui considère que «l'évolution de la structure des recettes budgétaires constitue un élément additionnel de vulnérabilité face à la nouvelle structure des dépenses budgétaires». Selon les statistiques de la BA, les recettes des hydrocarbures, en hausse de 37%, représentaient 27,7% du PIB en 2011 contre 24% en 2010, passant de 2905 milliards DA à 3979 milliards DA.
La fiscalité pétrolière a atteint en 2011 deux fois et demi la fiscalité budgétisée à un prix de référence de 37 dollars le baril de pétrole, contre 1,9 fois en 2010. Les précisions apportées hier par la Banque d'Algérie confirment que le pays n'est pas à l'abri de la crise mondiale qui a touché particulièrement l'Union européenne et les Etats-Unis d'Amérique.
Le président du Conseil national économique et social (Cnes), Mohamed Séghir Babès, a alerté récemment lors d'une rencontre à Alger sur les effets de la conjoncture mondiale sur l'Algérie. Selon des sources citées par la presse, le gouvernement réfléchit d'ores et déjà une politique d'austérité à l'instar des pays européens qui ont décidé de réduire le déficit public de manière à payer leurs dettes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.